Chroniques n°61 jan/fév/mar 2012
Chroniques n°61 jan/fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°61 de jan/fév/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : Bibliothèques : faut-il avoir peur du numérique ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
BnF, Manuscrits. exposition > Miniatures flamandes, trésors d’enluminure Deux expositions, l’une à Bruxelles à l’automne dernier, l’autre ce printemps à Paris, réunissent d’exceptionnelles collections de miniatures flamandes du XV e siècle. Le site François-Mitterrand met ainsi en lumière des manuscrits rarement présentés au public et apporte un éclairage nouveau sur leur attribution et localisation, parfois difficiles à établir. Le volet parisien des expositions coproduites par la Bibliothèque royale de Belgique et la BnF présente quelque 90 manuscrits enluminés, fleurons des deux bibliothèques qui proviennent pour la plupart des ducs de Bourgogne et de leur proche entourage. Pour l’enluminure flamande, le xv e siècle fait figure de siècle d’or. Philippe le Bon, qui s’empara de tous les Pays-Bas méridionaux, exerça un mécénat actif et 4 – Chroniques de la BnF – n°61 fut un bibliophile fastueux. À partir de 1446, il commande de nombreux manuscrits qu’il confie aux meilleurs enlumineurs ; les ouvrages sont souvent des chroniques historiques, des traités de gouvernement, des vies de héros proposées en exemple et, si les livres de dévotion restent importants, on voit se développer des romans de chevalerie et des traductions d’auteurs antiques. Les ouvrages recèlent une iconographie Ci-contre Jean Miélot, Vie de sainte Catherine, enlumineur : Simon Marmion, vers 1475 À droite David Aubert, Conquêtes et chroniques de Charlemagne : vue urbaine sur le palais ducal et présentation de l’ouvrage à Philippe le Bon, enlumineur : Jean Le Tavernier, vers 1458-1460 inédite et souvent profane, qui offre aux artistes l’occasion d’innover. Une impulsion décisive aux arts du livre Le livre enluminé, lorsqu’il atteint un certain point de sophistication, devient un attribut emblématique du pouvoir ; réservé à une élite, il contribue à valoriser son commanditaire, lequel rivalise, dans ce registre comme sur le terrain politique, avec le roi de France. Philippe le Bon donne ainsi une impulsion décisive aux arts du livre, et son fils Charles le Téméraire suivra son exemple. Ils sollicitent les meilleurs artistes : quantité de miniaturistes, de copistes et de relieurs s’installent ou prospèrent à Bruges, Gand, Hesdin, Bruxelles, Lille ou Tournai. Ces artistes sont dits « flamands » par convention, en un terme générique qui dépasse de loin les frontières du comté de Flandre, car ils œuvrent aussi en Artois, en Hainaut, en Brabant, dans certaines régions aujourd’hui françaises, et se déplacent au gré des commandes et des collaborations d’un foyer artistique à l’autre. C’est ainsi que des artistes comme Liéven Van Lathem ou Simon Marmion produisent quelques-unes des plus belles pages de l’enluminure médiévale. Beaucoup demeurent anonymes, mais témoignent de fortes personnalités artistiques. Le dispositif de l’exposition est à la fois chronologique et thématique. Il s’ouvre sur la présentation du manuscrit de la Vie de Sainte Catherine, chefd’œuvre de Simon Marmion, « prince des enlumineurs », récemment acquis par la BnF grâce au mécénat. Le parcours propose une circulation entre des œuvres choisies pour leur beauté et leur singu larité, et une mosaïque de thèmes qui permettent de mieux appréhender la réalité historique et artistique des miniatures flamandes. Bibliothèque royale de Belgique, Manuscrits



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :