Chroniques n°60 oct/nov/déc 2011
Chroniques n°60 oct/nov/déc 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60 de oct/nov/déc 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : L'abolition de la peine de mort a trente ans

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Expositions > Images de l’homme : Terre humaine en photographies Une exposition rassemble 200 photographies de la collection Terre humaine, dont la photothèque a été donnée à la BnF par les éditions Plon. Une belle illustration de l’engagement de cette collection pour la diversité et la liberté de penser. Après avoir lui-même écrit Les Derniers Rois de Thulé (1955), Jean Malaurie, directeur de collection, lit les travaux de Claude Lévi- Strauss. Cette écriture académique n’est pas l’« autre regard sur les sciences de l’homme 1 » qu’il recherche. Cependant, les photographies de Lévi-Strauss trahissent son amour des Indiens d’Amazonie. Pour Malaurie, c’est une révélation : il convainc Lévi-Strauss d’écrire Tristes Tropiques, loin des canons universitaires, pour remettre l’humain au centre du discours ethnologique. Dès l’origine, la photographie tient donc une place essentielle dans Terre humaine. La plupart des livres de la collection incluent un cahier photographique qui n’est pas simplement illus tration ou documentation. Sa « dimension imaginaire et subjective 2 » permet de communiquer l’empathie et la force de conviction d’auteurs et de photographes divers, du témoin le plus humble à l’homme de science. La plupart des ethnologues de Terre humaine ont usé de la photographie : Robert Jaulin, Georges Condominas, Pierre Clastres, Éric de Rosny et surtout Margaret Mead (Mœurs et Sexualité en Océanie, 1963), fondatrice de l’anthropologie visuelle. L’explorateur Wilfred Thesiger a partagé pendant un demi-siècle la vie des peuples nomades d’Afrique orientale, d’Arabie et d’Asie (Le Désert des déserts, 1978, Les Arabes des marais, 1983, Visions d’un nomade, 1987). En ethnologue « captif amoureux 3 », il a réalisé de merveilleux portraits de ces populations au mode de vie menacé. Livre majeur de Terre humaine, Louons maintenant les grands hommes (1972) accorde une place centrale à la photographie. Pour ce reportage sur la misère des métayers d’Alabama pendant la dépression des années 1930, James Agee considère que les photos de Walker Evans sont intimement 12 – Chroniques de la BnF – n°60 Jacques Lacarrière Femme grecque filant la laine pour L’Été grec, 1976. liées à son regard d’écrivain. Tout aussi remarquables sont celles de Bruce Jackson, sociologue enquêtant en milieu carcéral (Leurs Prisons, 1975 et Le Quartier de la Mort, 1986). Enfin, de grands écrivains comme le poète Jacques Lacarrière (L’Été grec, 1976, Chemins d’écriture, 1991) savent aussi © Jacques Lacarrière Photothèque Terre humaine/Plon. BnF, Cartes et plans.
Expositions > Bruce Jackson Quartier d’isolement (prison de Cummins, Arkansas, USA) pour Leurs Prisons, 1975. exprimer par l’image leur sensibilité aux lieux, aux hommes et aux cultures. Grands noms et anonymes Les auteurs de Terre humaine ne sont pas tous photographes. Archives privées, collections de musées ethnologiques et photographies d’agence accompagnent des livres de témoignage tels que Le Cheval d’orgueil (1975) de Pierre-Jakez Hélias, De mémoire indienne de Tahca Ushte (1972) ou La Maison Yamazaki de Laurence Caillet (1991). Un patrimoine familial ou régional apparaît dans les livres d’Antoine Sylvère, Gaston Lucas, Augustin Viseux, aux côtés de photographies d’Ara Güler, Hiroshi Hamaya, Carlos Freire, Jean Dieuzaide ou Henri Cartier-Bresson. Une place particulière doit être reconnue au travail empreint de spiri tualité d’Hector Garcia dans Les Barrières de la solitude de Luis Gonzalez (1977) et à celui de Sebastião Salgado, dont les visions saisissantes d’un Mali agonisant sont indissociables du livre de René Dumont Pour l’Afrique : j’accuse (1986). © Claude Lévi-Strauss Photothèque Terre humaine/Plon. BnF, Cartes et plans. L’exposition d’une sélection de clichés organisés en sujets fondamentaux (l’espace, les peuples, la filiation, le sacré, la mort lente…) révèle une trame commune, un souffle, un cri. De l’exotisme de Condominas à l’horreur du camp de concentration de Sachsenhausen, la palette de Terre humaine ne connaît pas de frontière. Évelyne Hénaff-Bargot et François Nawrocki 1. Pierre Aurégan, Des récits et des hommes. Terre humaine : un autre regard sur les sciences de l’homme, Paris, Nathan, 2001. 2. Emmanuel Garrigues, « Quelques réflexions à partir des photographies de Claude Lévi-Strauss et d’un entretien avec lui », Revue d’ethnographie, n°109, 1991. 3. Jean Duvignaud, Le Pandémonium du Présent : idées sages, idées folles, Paris, Plon, 1998. Terre humaine en photographies 4 octobre – 20 novembre 2011 Site François-Mitterrand Galerie des donateurs Commissaires : Évelyne Hénaff-Bargot et François Nawrocki Jeune fille nambikwara au singe, 1938. Photographie de Claude Lévi-Strauss pour Tristes Tropiques, 1955. Chroniques de la BnF – n°60 – 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :