Chroniques n°59 été 2011
Chroniques n°59 été 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de été 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : Enluminures en terre d'Islam

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Expositions > Les vestales du Palais Garnier (1875-1939) Cet été, l’Opéra de Paris et la BnF célèbrent les divas, de Rose Caron à Fanny Heldy, des héroïnes de Gluck à celles de Milhaud. À travers des documents souvent inédits, voyage au cœur du théâtre lyrique. L’opéra se nourrit de ses divas, déesses toutes-puissantes, objets de tous les fantasmes, mais également esclaves sacrifiées à leur art, aux compositeurs et à leur public. À travers elles, à travers leur science, leur destin, leur culte, c’est une histoire du théâtre lyrique qui se dessine : les créations des compositeurs français, de Gounod à Massenet, de Saint- Saëns à Xavier Leroux, de D’Indy à Tournemire, l’arrivée et le triomphe des œuvres de Wagner, puis de Richard Strauss, le maintien au répertoire de Gluck et Meyerbeer. Cette exposition évoquera ainsi quelques grandes figures liées au Palais Garnier, temple dédié à l’art lyrique et à tous ses excès : citons notamment Rose Caron (créatrice des œuvres de Reyer, mais aussi de la Sieglinde de La Walkyrie ou de la Desdémone d’Otello), Gabrielle Krauss (créatrice des derniers ouvrages de Gounod), Sybil Sanderson (muse de Massenet pour Thaïs), Lucienne Bréval, modèle de la chanteuse noble, et qui va y régner trente ans… Dans les premières années du xx e siècle, la modernité y entre grâce à des tempéraments de feu comme Aino Ackté, Emma Calvé ou Mary Garden, sulfureuse Salomé. Sous le règne de Jacques Rouché, c’est encore une nouvelle génération qui fait son entrée avec Fanny Heldy, Marisa Ferrer ou Germaine Lubin. Les grands mezzos ne sont pas oubliés, de Blanche Deschamps-Jéhin à Marie Delna et de Meyriane Héglon à Ketty Lapeyrette. Évoquons encore les noms légendaires de Félia Litvinne, Marthe Chenal ou Lina Cavalieri, mais aussi des surprises comme Françoise Rosay, splendide Thaïs sur la scène de Garnier avant de faire au cinéma la carrière que l’on sait. L’exposition ravivera donc le souvenir de ces femmes d’exception à travers photographies, objets, bijoux, maquettes de costumes et documents rares. Les maquettes sont signées des plus grands BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra. En haut Lina Cavalieri dans le rôle-titre de Thaïs de Massenet, Palais Garnier, 1907 en bas Geneviève Vix dans le rôle-titre de Salomé de Strauss, Palais Garnier, 1926, Estampe de P.Godard artistes : Lacoste ou Bianchini au xix e siècle, Alexandre Benois ou André Masson au xxe. D’une rare splendeur, elles montrent la place que tenait le genre lyrique dans l’imagination du spectateur. La collection des bijoux de l’Opéra n’est pas moins légendaire : ils ont été réalisés pour les grandes productions de la fin du xix e siècle comme Salammbô, Aïda ou Thaïs. Coiffes, bustiers ou ceintures évoquent une Antiquité ou un Orient fabuleux, d’une audace et d’une sensualité éblouissantes. Dans les lieux mêmes du Palais Garnier, cette exposition évoquera ainsi le passage d’un siècle à l’autre qui se traduit autant dans le répertoire que dans l’image reflétée de ces déesses et leur rapport au public. Mathias Auclair et Christophe Ghristi À lire : Tragédiennes de l’Opéra, textes de Mathias Auclair, Rémy Campos, Christophe Ghristi, Elizabeth Giuliani, José Pons, André Tubeuf et Pierre Vidal, éd. Albin Michel. Les tragédiennes de l’Opéra Du 7 juin au 25 septembre 2011 Bibliothèque-musée de l’Opéra Opéra Garnier, rotonde de l’Empereur, angle rues Scribe et Auber, 75009 Paris Commissaires : Mathias Auclair, Christophe Ghristi, Pierre Vidal. D.R. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra.
© L & M Services B.V. The Hague 20110522. Expositions > L’histoire du label Vogue s’étend sur une trentaine d’années, les cinq continents et des dizaines d’artistes souvent à la réputation internationale. Fondé en 1947 par trois collectionneurs de disques de jazz, Léon Cabat, Charles Delaunay et Albert Ferreri, le label est d’abord consacré aux artistes de jazz, et Sidney Bechet en sera la première vedette. Le catalogue s’étoffe rapidement : Dizzy Gillespie, Gerry Mulligan, Claude Luter, Martial Solal... À la fi n des années 1950, les répertoires s’émancipent pour se tourner vers la chanson française, la musique classique ou des répertoires instrumentaux. À l’orée des années 1960, la déferlante yé-yé débarque en France et Vogue sort les premiers disques de Johnny Hallyday, Françoise Hardy, Jacques l’histoire d’un label français Pendant trente ans, le label Vogue a exploré tous les répertoires musicaux, de Sidney Bechet au hip-hop, en passant par Johnny Hallyday ou Dionne Warwick, et aidé à la découverte de talents internationaux. La BnF retrace l’aventure d’une maison de disques, une aventure musicale et technologique, mais aussi profondément humaine. Dutronc... Mais le label défend également des artistes d’un tout autre univers de la chanson française comme Pierre Perret, Marc Ogeret ou Colette Renard. Vogue s’ouvre également aux répertoires internationaux : Frank Sinatra, Dionne Warwick, Adriano Celentano… Au début des années 1970, un nouveau son rock investit le studio Vogue avec le Système Crapoutchik et les Martin Circus. De cette pop résolument moderne découle la première comédie musicale rock hexagonale, la Révolution française, de Jean-Max Rivière et Claude-Michel Schönberg. À la fin de la décennie, Vogue, bien qu’entreprise à dimension quasi familiale au sein de laquelle le contact humain reste essentiel, s’exporte sur les cinq continents, produisant ses Une exposition en partenariat avec l’association Zebrock : Edgard Garcia, son directeur BnF, Audiovisuel. En haut à gauche Logo du label Vogue par Sonia Delaunay en 1972 Ci-contre Pochette du 45 tours Walk on by de Dionne Warwick, disque Scepter Records distribué par Vogue, 1964 Ci-dessous Charles Delaunay, Django Reinhardt et Jack Platt dans les studios de l’AFN (American Forces Network), le 26 octobre 1945 Chroniques : L’association Zebrock que vous dirigez est à l’origine de cette exposition… Edgard Garcia : Depuis vingt ans, notre association mène une action culturelle dans le champ des musiques actuelles en Seine-Saint-Denis, en direction des jeunes. Nous travaillons avec des collégiens et des lycéens pour cultiver le désir de musique, à la fois en le renforçant et en le nourrissant par des connaissances. Nous accompagnons de jeunes musiciens qui ont un projet musical. Enfin, nous cherchons à transmettre des patrimoines et des savoirs autour de la musique à travers des rencontres sur diverses thématiques. Comment est né ce projet ? E. G. : Villetaneuse, petite ville du nord de Paris, a abrité les usines Vogue. Nous avons collecté des témoignages et organisé, avec la Mairie, des réunions publiques. Nous préparons actuellement une exposition sur la Maison Vogue, puis la BnF s’est intéressée au projet Retrouvez cette exposition à l’Hôtel de Ville de Villetaneuse du 10 septembre au 15 octobre 2011. albums, de la matrice de l’enregistrement, au pressage et à la distribution. Devant faire face à une concurrence toujours plus nombreuse, mais restant fidèle à sa vocation ouverte aux nouveaux talents, le label signe au milieu des années 1980 encore quelques grands noms des nouveaux courants de la musique afro-américaine, rap, hip-hop ou new wave. Vogue va suivre l’évolution des différents supports : 78-tours, Vinyle, K7 audio, mais l’arrivée du CD sonnera la fin de la maison de disques qui n’aura pas les ressources financières pour adapter son appareil de production au nouveau support. L’exposition retrace cette histoire à la fois artistique, technologique, mais avant tout humaine, en exposant des reproductions de pochettes de disques, d’affiches, de photographies et de catalogues. Pierre Pichon et Anne Legrand Vogue, l’aventure d’une maison de disques Du 18 septembre au 13 novembre 2011 Site François-Mitterrand, Allée Julien Cain Commissaires : Anne Legrand et Pierre Pichon Sur une idée originale d’Edgard Garcia Autour de l’exposition, une après-midi d’étude : Vogue, histoire d’un label mythique, et trois séances des samedis des savoirs sur la chanson yé-yé [voir agenda] Chroniques de la BnF – n°59 – 7 Photo Scepter Records, BnF, Audiovisuel.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :