Chroniques n°59 été 2011
Chroniques n°59 été 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de été 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : Enluminures en terre d'Islam

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Auditoriums > Femmes engagées Un nouveau cycle de conférences est consacré à des figures de femmes du XVIII e et du XIX e siècle qui se sont engagées dans la vie publique. Leurs écrits en portent témoignage. Femmes de lettres et d’action, elles ont rêvé d’un monde meilleur pour les femmes mais aussi pour les hommes, et ont écrit et agi pour que leurs rêves se réalisent, parfois au prix de leur vie. Olympe de Gouges, Flora Tristan, Madeleine Pelletier, Manon Roland, Louise Michel ou Hubertine Auclert ont laissé des textes qui gardent trace de leurs prises de position dans les débats de leur temps, et de leurs combats en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes, du divorce, de l’instruction et du travail. « Ces six conférences sont conçues comme autant de coups de sonde dans une histoire des femmes engagées dans la vie publique, femmes de lettres ou militantes de la première heure. Chacune des conférences éclairera la manière dont elles ont contribué à sensibiliser leurs contemporains aux questions qu’elles jugeaient dignes d’un réel engagement personnel », précise Martine Reid, organisatrice du cycle. Les conférences seront accompagnées de lectures de larges extraits de leurs publications lus par une comédienne. C’est avec la belle figure d’Olympe de Gouges (1748-1793) que s’ouvrira le cycle. L’historienne Nicole Pellegrin évoquera cette femme de lettres emblématique des débuts du féminisme mais aussi d’un humanisme combattant. Née Marie Gouze à Montauban, veuve à 20 ans, elle monte à Paris où elle se fait rapidement une place dans le milieu littéraire et s’affirme comme une femme aux prises de position radicales. Dès ses premières publications sous le pseudonyme Olympe de Gouges, elle critique le Code Noir en vigueur Ci-contre Hubertine Auclert (1848-1914) fut la première militante française à se déclarer « féministe ». Initiatrice d’un mouvement en faveur du droit de vote des femmes, elle fut aussi la fondatrice du journal La Citoyenne, qui plaidait avec force pour la libération de la femme. dans les colonies (Zamore et Mirza ou l’heureux naufrage, 1785), puis publie plusieurs textes en faveur de l’abolition de l’esclavage. « Femme, réveille-toi ! » Elle dénonce également la condition dévolue aux femmes et leur faible niveau d’instruction. En 1791, elle publie la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, qui entend être le pendant de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. « Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers ; reconnais tes droits », note-t-elle dans le postambule. Elle milite en faveur de la liberté d’expression, de l’égalité des hommes et des femmes, de l’abolition de la peine de mort et propose notamment des réformes visant à améliorer le sort des femmes. À l’égard des événements révolutionnaires, elle adopte des positions modérées, défend la monarchie constitutionnelle et ne dissimule pas son aversion pour Robespierre et Marat. Lors de son procès, le procureur a ces mots : « Rappelez-vous cette virago, cette femme-homme, l’impudente Olympe de Gouges, qui voulut politiquer et commit des crimes ; tous ces êtres immoraux ont été anéantis sous le fer vengeur des lois ! » Guillotinée en novembre 1793, elle laisse plus de 70 ouvrages, parmi lesquels de multiples pamphlets, de nombreuses pièces de théâtre, des romans, Le Prince philosophe et Mémoire de Madame de Valmont 1.Ce premier lundi de l’Arsenal consacré à celles qui voulurent « politiquer » a l’ambition de faire découvrir ou redécouvrir ces textes peu connus. Sylvie Lisiecki 1. L’ensemble de ces textes a été réédité aux éditions Côté-femmes au début des années 1990. À lire : Écrits féministes, de Christine de Pizan à Simone de Beauvoir, Nicole Pellegrin, éd. Flammarion, 2010. Les lundis de l’Arsenal Cycle : Femmes engagées• Olympe de Gouges, par Nicole Pellegrin, 26 septembre• Flora Tristan, 7 novembre• Manon Roland, 5 décembre Bibliothèque de l’Arsenal
Klimate der Erde, par W. Köppen, 1918 BnF, Cartes et plans. DOSSIER Cartes, plans, atlas L’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE À L’ÈRE NUMÉRIQUE Du 3 au 8 juillet 2011 se tient à Paris la 25 e conférence Cartographique internationale, qui réunit les acteurs scientifiques et industriels majeurs de la cartographie et de l’information géographique. La BnF, partie prenante de cette manifestation, y est représentée par l’équipe de son département des Cartes et plans. Nichée dans les espaces en pleine rénovation de la Bibliothèque Richelieu, la salle de lecture des Cartes et plans continue d’accueillir du public. Mais qui sont ses lecteurs, que viennent-ils y chercher et qu’y trouvent-ils ? L’univers de la cartographie n’échappe pas à la dématérialisation et à l’interactivité, bien au contraire. À l’instar de tous les supports de l’écrit et de l’image, une mutation de la production et des usages des cartes et des plans s’opère, posant les mêmes questions qu’ailleurs. Le numérique va-t-il se substituer au papier ou les supports vont-ils se stimuler réciproquement ? Pour comprendre les défis qui attendent les producteurs de documents cartographiques, les bibliothécaires, les lecteurs et les internautes, cinq professionnels témoignent. Dossier coordonné par Jean-Yves Sarazin Pour en savoir plus sur la 25 e conférence Cartographique internationale : http:Ilicc2011.fr Chroniques de la BnF – n°58 – 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :