Chroniques n°59 été 2011
Chroniques n°59 été 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de été 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : Enluminures en terre d'Islam

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Hors les murs > À Marseille, Georg Baselitz à la pointe du trait L’artiste allemand traumatisé par les heures noires de son pays exorcise ses démons dans une œuvre gravée puissante et tourmentée. Le département des Estampes et de la photographie, qui conserve un très beau fonds Georg Baselitz, a prêté au musée Cantini quelque 29 estampes à l’occasion de l’exposition consacrée à l’œuvre gravée de ce grand artiste contemporain. Figurative, pour partie autobiographique, l’œuvre de Hans-Georg Kern, né en 1938 en Saxe, et qui prendra le pseudonyme de Baselitz du nom de sa ville natale, témoigne de la crise morale de l’Allemagne de l’après-guerre. Comme d’autres artistes allemands marqués par la culpabilité, il tente de faire face à un passé insupportable. Sa démarche est celle de l’affirmation d’un droit à une figuration, d’un retour au sujet, exprimé de manière gestuelle avec une apparente maladresse autant maîtrisée qu’assumée. Ses motifs sont inspirés de l’imagerie traditionnelle allemande et des symboles de l’histoire germanique détournés par le régime nazi, aigles, forêts mythiques, géants, qu’il revisite et tourne en dérision. Il annule leur charge idéologique pour en faire des personnages pathétiques, stigmatisés, à la fois absents et fragiles. En 1969, Baselitz décide de montrer le monde à l’envers, comme la métaphore d’une impossible continuité ; il refuse 10 – Chroniques de la BnF – n°59 les règles visuelles et picturales et peint en inversant le motif, pour le décaler de son sens et établir une distance avec le sujet représenté. Il efface son contenu symbolique pour lui donner valeur d’expérimentation plastique. Cet artifice du retournement ne nie pourtant pas le sujet, et lui donne paradoxalement une visibilité plus grande en forçant l’attention du spectateur. Les thèmes qu’il aborde mêlent de façon provocante les éléments de sa sphère intime, les événements dramatiques de l’histoire du xx e siècle, les références à l’histoire de l’art et le sujet récursif de l’arbre et de la forêt dans un rapport très fort avec la nature. Baselitz a commencé a réaliser des œuvres gravées en 1963. Il a expérimenté toutes les techniques de la gravure, reprenant les motifs fragmentés, éclatés, fracturés et convulsifs de ses tableaux, figures, corps, paysages, selon la même écriture tourmentée et expressive. Georg Baselitz, à la pointe du trait 24 juin – 25 septembre 2011 Musée Cantini 19, rue Grignan, 13006 Marseille © Philippe Bonan/ACP 1529. Ci-dessus Georg Baselitz, 2010 Prêts de la BnF Dans sa démarche d’ouverture, la BnF a mis en place des partenariats, en France ou à l’étranger, donnant lieu à d’importantes manifestations. En région Louis Valtat, à l’aube du fauvisme Prêt de 17 pièces autour de ce peintre 1 er juin-1 er septembre 2011 Musée de Lodève Limoges révélée – Les débuts de la photographie à Limoges Prêt de 26 photographies anciennes et d’un daguerréotype 23 juin-25 septembre 2011 Limoges, Galerie des hospices Images de la danse, de Degas à nos jours Reprise de l’exposition présentée en 2008-2009 à la BMO, prêt de 38 pièces de la BMO 25 juin-18 septembre 2011 Pont-l’Évêque, Espace culturel Les Dominicaines Poussin et Moïse, du dessin à la tapisserie Prêt de 13 estampes, reprise de l’exposition présentée actuellement à la Villa Médicis à Rome 30 juin-27 septembre 2011 Bordeaux, Galerie des beaux-arts Odilon Redon, prince du rêve Reprise de l’exposition du Grand Palais, prêt d’une soixantaine de lithographies de Redon et de 3 volumes de la Réserve des livres rares 5 juillet-16 octobre 2011 Montpellier, musée Fabre Géo Condé, Jacques Félix et les petits comédiens de chiffon Prêt de 24 pièces des Arts du spectacle dans le cadre du Festival de la Marionnette 8 juillet-25 septembre 2011 Charleville-Mézières, Musée de l’Ardenne Siméon et Gaud de Ravenel Prêt d’une vingtaine de cartes et de 5 estampes autour des deux navigateurs 8 juillet-19 octobre 2011 Granville, Halle au blé Étranger Toulouse-Lautrec and Jane Avril Prêt d’une vingtaine de pièces des Arts du spectacle, de la BMO et du département des Estampes 15 juin-18 septembre 2011 Londres, The Courtauld Gallery Iannis Xenakis, composer, architect, visionary Prêt d’une vingtaine de pièces du fonds Xenakis en dépôt au département de la Musique 3-26 juin 2011 Amsterdam, Muziekgebouw puis 6 septembre-30 novembre 2011 Berlin, Akademie der Künste
Auditoriums > Les frères Grimm et Alexandre Afanassiev À l’occasion d’éditions récentes et bienvenues, les recueils de contes de ces trois grands collectionneurs d’histoires seront au centre d’un colloque consacré aux diverses approches, passées et présentes, du collectage des contes européens. Que reste-t-il des contes quand la voix s’est tue, quand la langue d’origine a disparu, quand le conteur, ses gestes, se sont évanouis ? Que reste-t-il, sinon des écrits qui nous permettent, lecteurs ou conteurs, de les faire vivre à nouveau ? Les contes des frères Grimm semblent à première vue bien connus. Pourtant, sur les 210 récits réunis dans la dernière édition de 1856, une quinzaine seulement sont constamment republiés en France dans l’édition pour la jeunesse. Et la première édition complète, dans la traduction d’Armel Guerne, publiée par Flammarion en 1967, n’est que trop négligée. Quant aux collecteurs de contes germaniques qui les ont précédés ou qui leur ont succédé, ils sont parfaitement inconnus dans notre pays. Les contes populaires russes réunis par Alexandre Afanassiev sont célèbres eux aussi. Et pourtant, sur les 500 récits qu’il a collectés, très peu d’entre eux sont connus, moins encore que pour les frères Grimm. Et, de même, les collecteurs de contes russes qui l’ont précédé, ont été ses contemporains ou lui ont succédé sont eux aussi très peu connus. La conjonction de plusieurs publications est l’occasion d’une rencontre entre divers spécialistes des contes russes, germaniques, français et autres. La seconde édition des contes des frères Grimm dans leur version de 1856 paraît aux éditions José Corti, accompagnée par un appareil critique de Natacha Rimasson-Fertin, ainsi qu’une nouvelle édition corrigée et augmentée de contes populaires russes d’Alexandre Afanassiev chez Imago. S’y ajoute, chez José Corti également, la traduction d’une partie de l’œuvre de Ludwig Bechstein par Claude Lecouteux. Ce sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir des écrivains qui se sont passionnés pour le conte populaire, divers collectionneurs ou collecteurs allemands, autrichiens, russes, roumains, français qui, chacun à leur manière, ont contribué à transmettre ces récits traditionnels. On essaiera de suivre et peut-être de démêler les fils ténus qui relient ces hommes et ces femmes si différents et qui ouvrent le chemin de nos collectages contemporains. Ce sera aussi une belle occasion de s’interroger sur diverses formes d’écritures, réécritures, transcriptions et traductions, ces délicats et parfois douloureux passages de l’oralité à l’écriture. Évelyne Cevin Ci-dessus Illustrations de Nikolaus Heidelbach pour les Contes de Grimm, 2003, éd.du Seuil Ci-dessous Doucette, de René Turc, illustrations Katja Bendlow, éditions Grandir, 2000 BnF, Littérature et arts, CNLJ-JPL. Le conte populaire dans les collections du CNLJ-La Joie par les livres Le Centre national de la littérature pour la jeunesse-La Joie par les livres, service spécialisé du département Littérature et art, offre un fonds de plus de 13 000 livres de contes, en français principalement, mais aussi en anglais, allemand, roumain, russe, espagnol et italien. Environ 5 000 d’entre eux sont en libre accès. En plus des éditions de contes traditionnels pour enfants, ont été acquis des recueils dans des éditions scientifiques s’adressant notamment aux bibliothécaires, éducateurs et conteurs, ainsi qu’un fonds de livres de référence. Ces collections sont consultables en salle I. Colloque Du côté des frères Grimm et d’Alexandre Afanassiev Quelques collectes de contes européens… Séance de contes des frères Grimm et d’A. Afanassiev par Evelyne Cevin et le quatuor Bedrich de 18 h 30 à 20 h Jeudi 29 septembre 2011, 9 h–20 h Site François-Mitterrand, Grand auditorium Entrée sur réservation marion.caliyannis@bnf.fr Organisé par le CNLJ-JPL en partenariat avec l’association « l’Oiselle de feu » BnF, Littérature et arts, CNLJ-JPL. Chroniques de la BnF – n°59 – 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :