Chroniques n°57 jan/fév/mar 2011
Chroniques n°57 jan/fév/mar 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°57 de jan/fév/mar 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : Gallimard : un siècle d'édition

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Hors les murs > Redécouvrir Odilon Redon Grâce au département des Estampes et de la photographie qui conserve la quasi-totalité de l’œuvre gravé et lithographié d’Odilon Redon, la BnF est partenaire de la rétrospective consacrée à l’artiste, au printemps prochain, au Grand Palais. Depuis l’exposition organisée en 1956, à l’Orangerie des Tuileries, aucune rétrospective nationale n’avait rendu hommage à Odilon Redon (1840-1916), figure essentielle du courant symboliste dont l’influence fut déterminante sur les Nabis et les Fauves. Les prêts exceptionnels de la BnF d’une grande partie de l’œuvre gravé et lithographié et de nombreux musées à travers le monde offriront au grand public comme aux spécialistes l’occasion unique de découvrir ou redécouvrir un artiste dont l’évolution stylistique témoigne de la richesse du monde intérieur. Des « Noirs » angoissés des débuts à l’avènement de la couleur qu’il a « épousée », selon ses propres termes, à la fin des années 1890, un parcours chronologique permettra de prendre toute la mesure d’un œuvre qui fait appel aussi 12 – Chroniques de la BnF – n°57 BnF, Estampes et photographie. bien aux techniques graphiques (fusain, pastel, eau-forte, lithographie) que picturales (huile sur toile ou détrempe). À côté des tableaux de chevalet, les applications décoratives, moins connues, ont occupé une place importante dans les dernières années. En témoigneront les cartons de tapisserie exécutés pour la manufacture des Gobelins, un paravent, et la décoration murale de la salle à manger du château de Domecy, exceptionnellement reconstituée pour l’exposition. Près de la moitié des quelque 220 œuvres présentées sont des estampes. À l’exception des eauxfortes gravées, c’est la lithographie qui fut le terrain d’expérimentation privilégié de Redon, lui offrant non seulement la possibilité de multiplier ses dessins, mais aussi un médium particulièrement adapté à son art suggestif et visionnaire. Issues des collections de la réserve du département des Estampes et de la photographie, les épreuves exposées y sont entrées, pour leur grande majorité, grâce à l’occultiste René Philipon qui avait réuni une collection presque complète de l’œuvre lithographié, donnée, en 1910, à la Bibliothèque nationale. À côté des pièces isolées, parmi lesquelles l’inquié tante Araignée, les albums lithographiques tels Dans le rêve, À Edgar Poe, Hommage à Goya ou encore La Tentation de Saint-Antoine, seront présentés dans leur intégralité et non de manière sélective, comme ce fut trop souvent le cas jusqu’à présent. Valérie Sueur-Hermel Odilon Redon du 22 mars au 20 juin 2011 Paris, Galeries nationales du Grand Palais Commissariat : R. Rapetti, M.-P. Salé, Valérie Sueur-Hermel Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux et le musée d’Orsay en collaboration avec la BnF. À gauche Odilon Redon, L’œil comme un ballon bizarre se dirige vers l’INFINI (Edgar A. Poe, planche 1), 1882 Ci-contre Pierre-Joseph Buc’hoz Son Altesse royale Madame dans le jardin d’Eden, Paris, 1783 Prêts de la BnF Dans sa démarche d’ouverture à un plus large public, la BnF poursuit sa politique de prêt à des expositions extérieures. Cette action se renforce parfois par des partenariats noués en France ou à l’étranger, donnant lieu à d’importantes manifestations. Ile-de-France Cranach et son temps Prêt d’une vingtaine de pièces du département des Estampes et de deux médailles. 7 février-23 mai 2011 Paris, musée du Luxembourg Sciences et curiosités à la cour de Versailles Prêt de nombreux documents très précieux, dont les globes de Nollet récemment acquis et des instruments de mesure conservés au département des Cartes et plans… 26 octobre 2010-27 février 2011 Château de Versailles En région Michel Butor, mots et peinture Prêt d’une vingtaine de volumes de Michel Butor conservés à la Réserve des livres rares. 5 mars-29 mai 2011 Saint-Omer, musée de l’Hôtel Sandelin Chrétien de Troyes et la légende du roi Arthur Troisième exposition du « cycle arthurien » après celles des Champs Libres à Rennes, et de la BnF à Paris. Prêt d’environ 25 manuscrits du département des Manuscrits et de la Bibliothèque de l’Arsenal. 14 mars-30 juin 2011 Troyes, Médiathèque de l’agglomération troyenne Étranger Jean-Michel Alberola, l’œuvre imprimé Reprise de l’exposition présentée à la BnF du 19 mai au 23 août 2009 18 février-15 mai 2011 La Louvière (Belgique), Centre de la gravure et de l’image imprimée BnF, Réserve des livres rares.
© H. Raguet/BSIP. Femmes savantes Dans le contexte d’une crise globale de désaffection des sciences dans le monde occidental, le cycle de conférences Femmes & Sciences, organisé par l’association du même nom et la BnF, pose le problème de la place des femmes dans les métiers scientifiques et techniques au cours de l’Histoire, mais également aujourd’hui. Meilleures élèves dans le secondaire, plus nombreuses que les garçons à accéder aux études supérieures, les femmes hésitent pourtant encore à s’engager dans certaines filières scientifiques et techniques, accèdent difficilement aux plus hautes responsabilités, subissent davantage le chômage que les hommes et gagnent moins bien leur vie que ces derniers. L’association Femmes & Sciences est née de ce constat accablant. Depuis dix ans, femmes chercheuses, enseignantes et ingénieures agissent pour faire face à deux réalités : le faible nombre de filles choisissant de mener des études scientifiques et techniques, et les difficultés rencontrées par les femmes scientifiques pour obtenir les mêmes opportunités de carrières que leurs homologues masculins. Femmes & Sciences se tourne d’abord vers les lycéennes afin de les encourager à s’engager vers des filières qui continuent de les rebuter. Face à la méconnaissance des métiers scientifiques et techniques, les témoignages des parcours personnels de femmes scientifiques sont cruciaux : « Nous leur montrons que, dans l’exercice quotidien de nos professions, nous ne sommes pas isolées, nous travaillons en équipes, sans être coupées des réalités », explique Claudine Hermann, professeur honoraire de physique à l’École polytechnique et présidente d’honneur de Femmes & Sciences. L’association soutient par ailleurs les femmes scientifiques qui voient trop souvent leurs carrières stagner. Leurs ambitions se heurtent à des problèmes d’organisation d’une société favorisant toujours aussi peu le travail des femmes. Les proportions hommes/femmes dans chaque secteur changent trop lentement. Si le discours sur la parité est désormais mieux entendu, les actions concrètes visant à laisser aux femmes la place qui leur revient demeurent peu nombreuses. Une passi vité qui fait écho à celle du législateur : « Il existe plusieurs lois sur Greffe de rétine, 2002 l’égalité professionnelle. Si la première avait été appliquée correctement, il n’y aurait pas eu besoin de faire passer les autres, regrette Claudine Hermann. Si on ne sanctionne pas le non-respect de ces lois, c’est comme si elles n’existaient pas. » Ce cycle de conférences offrira justement une nouvelle visibilité aux enjeux de la faible représentation des femmes dans les métiers scientifiques et techniques. Pour qu’un jour enfin les sciences dures ne soient plus privées d’un tel potentiel d’intelligences féminines. Delphine Andrieux Cycle de conférences Femmes & Sciences De Sofia Kovalevskaya à Dorothy Hodgkin : les femmes scientifiques en Europe. Par Annette Vogt, Institut Max Planck, Berlin. Jeudi 6 janvier 2011 – 18 h 30–20 h BnF, site François Mitterrand, Petit auditorium, hall Est Chroniques de la BnF – n°57 – 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :