Chroniques n°55 sep/oct 2010
Chroniques n°55 sep/oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de sep/oct 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : La France de Raymond Depardon

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Expositions > Les territoires pluriels de France 14 Allée Julien Cain, ils sont quatorze photographes à relever un défi, celui de donner autant de regards, individuels mais complémentaires, du paysage social et géographique de l’Hexagone. Un passionnant écho au travail de Raymond Depardon. En contrepoint de La France de Raymond Depardon, l’allée Julien Cain accueillera l’exposition France 14, consacrée aux œuvres récentes d’un groupe de jeunes photographes français. Quelque 150 photo graphies de moyen et grand format, en couleurs, s’attachent à la représentation sociale et géographique du territoire français, entretiennent un audacieux dialogue avec le travail que mène depuis plusieurs années Raymond Depardon. « Prenez la relève ! », lançait-il aux jeunes photographes qu’il présentait 8 – Chroniques de la BnF – n°55 aux Rencontres d’Arles 2006. Les quatorze auteurs ont choisi de consolider provisoirement le groupe originel et de relever le défi : confrontation des générations et croisement des regards. « Nous avons décidé de nous regrouper et de proposer, nous aussi, nos regards sur le territoire : autant de points de vue complémentaires, autant de contrepoints à celui de Raymond Depardon. » Ces photographes professionnels ont parcouru et scruté la France, construit des projets liés à leurs champs de Récréation, par Marion Poussier. © Marion Poussier. réflexion individuels, et la notion de territoire y est envisagée dans une acception large et libre. Ils nous présentent des regards sans apitoiement et sans concessions, des récits où l’observation paysagère et le constat social se nourrissent aussi de la sève autobiographique. Ni mission, ni observatoire, ni inventaire La question du territoire peut être envisagée sous de nombreux aspects, et l’expérience requérir des outils très divers, émaner de volontés administratives ou de désirs personnels, se mouvoir en des champs scientifiques ou plastiques, aboutir à un inventaire objectif, une déconstruction ou une reconstruction originale du concept. La forme de l’inventaire demande le pré requis d’un protocole invariable, l’établissement d’une norme, la mise au point d’outils d’accompagnement de l’image. Elle demande la mise en œuvre d’un formatage dont l’avatar ultime a la forme d’un discours institutionnel. Loin du tourisme, un territoire intime L’exposition France 14, au rebours, tisse un réseau de regards, de thèmes, de lieux. Loin d’aplatir et d’abraser les particularités liées à l’idiosyncrasie du vocabulaire plastique et du choix de chacun des photographes, l’exposition construit l’image d’un monde et le portrait d’une génération, de sa culture et de ses préoccupations. Aspérités et reliefs ! L’ensemble scrute le concept de « territoire français », la notion d’appartenance et d’identité, met en évidence une évolution inéluctable et irréversible. Le lieu géographique France s’y révèle un objet plus complexe et biscornu que ne le laisserait supposer la vision d’un Atlas classique. Une ligne commune et forte unit ces regards : une pratique documentaire
Expositions > solide, un souci de montrer le quotidien le plus habituel, le plus trivial, le plus inaperçu. Sans doute ces auteurs sont-ils plus habiles que la moyenne des gens à approcher et à écouter les êtres qu’ils rencontrent par choix, par lien personnel ou par hasard. Leurs méthodes, leurs modes de prises de vue, leurs manières de construire un récit ne se calent pas dans le format de l’ethnologie ou de la sociologie, cependant ce travail répond à une urgence historique, à une interrogation transversale à notre société. Ils explorent banlieues ou grandes villes. Ils s’attachent à la représentation de l’univers péri urbain ou à son heurt avec ce qui persiste du terroir traditionnel. Certains se livrent à un voyage initiatique, à une errance personnelle, à la recherche d’eux-mêmes ou de leurs racines. D’autres se laissent méduser par les surprises celées par le déjà connu. Tous désignent un monde en mouvement confronté à l’érosion des singularités et à l’évaporation des repères historiques. Notre société montre ses blessures, ses échecs, ses espérances, ses multiples facettes, sous l’objectif riche d’enseignements des jeunes photographes de France 14. « C’est la nouvelle génération de reporters, de photographes, prenant des risques, avec un style rapide, passant du temps sur le terrain, concret, attentif, et patient pour ne pas dire courageux. Derrière le scoop, il y a la force et l’énergie d’un bon photographe… » déclarait en 2006 Raymond Depardon. Anne Biroleau Les p hotographes : Jean-Christophe Béchet, Philippe Chancel, Julien Chapsal, Cyrus Cornut, Gilles Coulon, Olivier Culmann, Raphaël Dallaporta, Franck Gérard, Laurent Gueneau, Olivier Jobard, Stéphane Lagoutte, Gilles Leimdorfer, Malik Nejmi, Marion Poussier. France 14 Du 30 septembre au 21 novembre 2010 Site François-Mitterrand, Allée Julien Cain Commissaire : Anne Biroleau Avec le soutien de HSBC France, en partenariat avec Les yeux de la terre. Dans le cadre de Paris Photo et du Mois de la Photo à Paris, novembre 2010. De haut en bas et de gauche à droite Paris, face à face par Gilles Leimdorfer. Être laotien en France par Malik Nejmi. Dominante verte par Laurent Gueneau. Par ailleurs par Stéphane Lagoutte. © Gilles Leimdorfer. © Stephane Lagoutte. © Malik Nejmi. © Laurent Gueneau. Chroniques de la BnF – n°55 – 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :