Chroniques n°53 mar/avr 2010
Chroniques n°53 mar/avr 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°53 de mar/avr 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (209 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : Qumrân, le secret des manuscrits de la mer Morte

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
vie interne actualité la vie BnF > Richelieu en travaux Le quadrilatère Richelieu va faire l’objet à partir de cette année d’une rénovation et d’une mise aux normes de ses bâtiments. Son fonctionnement et son ouverture au public s’en trouvent forcément quelque peu modifiés. Ce qu’il faut savoir. En 2010, la Bibliothèque nationale de France entame la rénovation complète du site Richelieu. Ce chantier de grande ampleur (2010- 2016) a pour objectif principal de réhabiliter et mettre aux normes les bâtiments et équipements. Cette rénovation permettra aux départements spécialisés de la BnF (Arts du spectacle, Cartes et plans, Estampes et photographie, Manuscrits, Monnaies, médailles et antiques) de redéployer leurs collections aux côtés des bibliothèques de l’Institut national d’histoire de l’art et de l’École nationale des chartes. Elle vise également à ouvrir plus largement le quadrilatère à tous les publics et à améliorer les conditions de travail des chercheurs. La première phase des travaux (2010-2014) porte 24 – Chroniques de la BnF – n°53 sur la moitié du bâtiment le long de la rue de Richelieu. Le quadrilatère Richelieu reste ouvert pendant toute la durée du chantier, mais le fonctionnement et les horaires seront un peu modifiés à partir du 6 avril. © Photo Jean-Christophe Ballot/Emoc/BnF en haut Modulaires dans la cour Vivienne En bas Aménagement de la galerie Mazarine en salle de lecture A droite Le déménagement des collections À partir du 6 avril 2010 Accès au quadrilatère Entrée : 5, rue Vivienne Accueil du public : rez-de-chaussée du bâtiment modulaire. Fonctionnement des salles de lecture Horaires : du lundi au vendredi de 10 heures à 18 heures, samedi de 10 heures à 17 heures. Fermeture le dimanche. Fermeture exceptionnelle des salles de lecture des Manuscrits occidentaux, des Manuscrits orientaux et des Arts du spectacle du lundi 29 mars au samedi 3 avril 2010. © Photo Jean-Christophe Ballot/Emoc/BnF.
© Photo Jean-Christophe Ballot/Emoc/BnF. Vie de la BnF > les ultimes déménagements. À partir du 6 avril, ouverture de nouvelles salles de lecture Les Manuscrits occidentaux et les Arts du spectacle sont transférés dans la galerie Mazarine, les Manuscrits orientaux dans la Crypte. Certaines collections, transférées provisoirement à l’extérieur, restent consultables à Richelieu mais en différé, sous 24 à 72 heures selon les cas. Pour plus d’informations : bnf.fr Expositions dans la galerie Mansart Horaires : du mardi au samedi de 10 heures à 19 heures, dimanche de 12 heures à 19 heures. Fermeture le lundi. Accueil du département de la Reproduction Pour commander ou retirer des reproductions de documents, s’adresser à la banque centrale de renseignements de la salle Ovale de 13 h à 17h. Pour plus d’informations : bnf.fr – rubrique Rénovation Richelieu Ce cognassier extrait d’un manuscrit a inspiré le logo du développement durable à la BnF. BnF, Manuscrits orientaux Ibn Fadl Allahal-Umari. Actions en matière d’énergie et de transport L’achèvement fin 2009 de l’audit énergétique de la Bibliothèque François-Mitterrand ouvre de nouvelles perspectives d’amélioration en matière de consommation d’énergie et de bilan carbone. La réduction de la consommation énergétique de la Bibliothèque François-Mitterrand est déjà bien engagée : - 8,5% en 2007, - 6,5% en 2008, - 9% en 2009. Le classement du bâtiment au titre du DPE est ainsi passé du niveau F en 2006 au niveau E en 2008, fruit d’opérations entreprises dans plusieurs domaines. La bureautique d’abord, notamment par l’arrêt automatique depuis 2008 des postes informatiques pendant la nuit. L’éclairage ensuite, avec le remplacement des sources lumineuses par des modèles plus économes et à durée de vie supérieure. Les années 2010 et suivantes verront ainsi le passage progressif en technologie LED des lampes des tables des salles de lecture. La climatisation enfin, grâce à des modalités d’exploitation qui ont gagné en efficacité. L’audit ouvre de nouvelles pistes pour poursuivre cette réduction, notamment en matière de climatisation. Grâce à un scénario composé d’une vingtaine d’opérations, dont certaines visent à poursuivre l’évolution de l’exploitation et d’autres impliquent des travaux ou des remplacements d’équipements, l’établissement pourra réduire de 9% additionnels sa consommation annuelle, et de 12% les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées, avec un temps de retour sur investissement de 3,5 ans. L’audit rappelle également le poids des comportements individuels dans la consommation (fermeture plus systématique des portes entre zones, par exemple) : la BnF poursuivra la sensibilisation de son personnel sur ce point. Pour aller audelà, l’audit préconise deux opérations structurelles, qui seront étudiées dans les prochains mois : l’installation de brise-soleil extérieurs photovoltaïques sur les façades les plus exposées et la mise en place d’une double paroi aux façades des bureaux des tours. La BnF a mis en place le 1 er janvier 2010 un mécanisme de compensation carbone des déplacements en avion liés à ses activités. Le bilan carbone de la BnF réalisé début 2008 avait mis en évidence d’importantes émissions de GES liées aux transports. Pour diminuer celles relevant de sa responsabilité, la BnF a mis en place plusieurs mesures : installation d’une salle de visioconférence, promotion du train plutôt que l’avion pour les trajets moyens en Europe, facilitation des transports « doux » comme le vélo par aménagement des sites, diminution du parc automobile… Une « compensation carbone » Toutes les émissions ne peuvent toutefois être supprimées, notamment celles liées à la coopération internationale qui constitue un pan important d’activité. La BnF a donc décidé de compenser les émissions associées, qu’elles concernent les missions en avion de son personnel ou les convoiements d’œuvres de collections qu’elle emprunte pour ses expositions. Elle propose aux institutions emprunteuses de procéder à une compensation carbone des convoiements d’œuvres des collections qu’elle prête. Les sommes versées au titre de la compensation carbone alimentent un fonds contribuant au financement de projets réduisant les émissions de GES, soit par substitution de technologies traditionnelles par des technologies moins émettrices, soit par captation de carbone. À l a suite d’un appel d’offres, la BnF a choisi la société Climat Mundi pour procéder à cette compensation. Tous les projets financés sont enregistrés aux Nations-Unies dans le cadre du protocole de Kyoto. Valérie Vesque-Jeancard Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie DPE : diagnostic de performance énergétique calculée sur une échelle allant de A (bâtiment à énergie positive) à G (bâtiment « énergivore »). Chroniques de la BnF – n°53 – 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :