Chroniques n°52 jan/fév 2010
Chroniques n°52 jan/fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : La bibliothèque du Haut-de-jardin en 2012

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Collections > Don d’affiches de Philippe Apeloig Le graphiste, dont l’univers visuel porte l’empreinte de la lettre et du livre, a fait don à la BnF d’une cinquantaine d’affiches. Cette page est l’occasion d’ouvrir une première fenêtre sur un fonds dédié au graphisme contemporain à la BnF. Différents aspects de ce fonds seront ainsi présentés au fil des prochains numéros de Chroniques. Philippe Apeloig est né à Paris en 1962. Au début des années 1980, il suit les cours de l’École supérieure des arts appliqués Duperré puis de l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Formation au cours de laquelle il effectue deux stages dans le studio Total Design à Amsterdam, où il est particulièrement sensibilisé à la typographie et plus généralement à la qualité du design graphique néerlandais. En 1985, à peine son diplôme en poche, il est engagé comme graphiste au musée d’Orsay qui vient d’ouvrir. Il y crée notamment sa fameuse affiche pour l’exposition Chicago, naissance d’une métropole (1987) qui est primée et exposée dans le cadre d’un prix de l’affiche de manifestations culturelles, organisé à la BnF 1. Entre la France et la Californie C’est à cette occasion que Philippe Apeloig fait don de ses premières affiches à la Bibliothèque Il est alors entre deux avions car il a quitté la France et approfondit son exploration de l’outil informatique en Californie, chez April Greiman – dont l’atelier est alors un pionnier dans le domaine – avant de revenir fonder son studio à Paris en 1989. Quelque vingt ans plus tard, l’énergie, la rigueur, l’exigence de Philippe Apeloig sont intactes. La 22 – Chroniques de la BnF – n°52 Ci-dessus Affiche pour TDC (Type Directors Club), TDC 54 – Call for entries 2007, 175 x 120 cm. Ci-contre, de gauche à droite Affiche pour l’exposition Bateaux sur l’eau, rivières et canaux, à Rouen, 2003, 175 x 120 cm. Affiche pour le 57 e congrès de l’ABF, Des Bibliothèques à vivre, 2009, 175 x 120 cm. construction et les choix de ses mises en page manifestent plus que jamais l’acuité de son regard. Il a depuis longtemps reçu la reconnaissance de ses pairs à travers de nombreuses distinctions honorifiques ainsi que par sa cooptation, en 1998, au sein de la prestigieuse association de graphistes, l’Alliance graphique internationale (AGI). La lettre et le mot « La vocation du graphiste, explique-t-il, s’apparente à celle d’un acteur qui a pour mission de créer un personnage et de déclamer le texte d’un auteur de la façon la plus claire et la plus personnelle qui soit. » En tant que graphiste, il est amené à conjuguer texte et image sur des supports variés, mais le titre de sa monographie Au cœur du mot 2 comme celui de sa dernière exposition parisienne Vivo in typo 3 sont très significatifs de sa prédilection pour la lettre. Il travaille celle-ci comme un artiste travaille son matériau, dans des travaux en réponse à une commande (affiche, couverture, logotype) ou bien pour le seul « amour de l’art », comme le montrent ses recherches menées durant son séjour à la Villa Médicis, en 1993-1994, aboutissant à l’alphabet Octobre, ou encore l’animation du caractère La Lorraine en 2005. La typographie peut devenir spectaculaire, notamment dans les titres des affiches qui doivent forcer l’attention. Au fil du temps, Philippe Apeloig a enrichi son œuvre à la BnF. Dernièrement, c’est un ensemble d’une cinquantaine d’affiches qu’il donne généreusement dans des tirages de grandes dimensions, des épreuves d’artistes imprimées en sérigraphie de haute qualité. Il s’agit souvent de travaux pour le monde de la musique et de la danse (séries pour le Théâtre musical du Châtelet, pour le festival de danse et musique Octobre en Normandie), pour des expositions (Bateaux sur l’eau, De la Lorraine, etc.), et également pour le livre : du Festival du livre d’Aix en Provence pour lequel il travaille depuis 1997, à l’Association des bibliothécaires de France qui lui confie sa communication visuelle depuis 2006, en passant par ses conceptions graphiques pour des éditeurs comme le Serpent à plume, la Martinière ou encore le relieur Jean de Gonet, l’univers de Philippe Apeloig s’inscrit au cœur de la Bibliothèque ! Anne-Marie Sauvage 1. Prix organisé annuellement par l’Académie des Arts de la rue en partenariat avec la BnF, et donnant lieu à une exposition des lauréats à la BN de 1987 à 1994. 2. Éditeur Lars Müller, 2001. 3. Espace Topographie de l’Art, Paris, 2008. © Philippe Apeloig.
© Bibliothèque de l’Assemblée nationale. Coopération > La Bibliothèque de l’Assemblée nationale et la BnF sur le chemin de la coopération La BnF et la Bibliothèque de l’Assemblée nationale ont décidé d’engager une collaboration ambitieuse et durable et de donner un relief exceptionnel à leur coopération en signant officiellement une convention de pôle associé. À même de fournir dans les meilleurs délais aux députés la documentation la plus moderne utile aux travaux législatifs, la Bibliothèque de l’Assemblée nationale est aussi un lieu de mémoire et une grande bibliothèque patrimoniale. Les collections, riches de plus de 600 000 volumes, sont encyclopédiques et s’étendent bien au-delà des domaines juridiques et parlementaires. Si la réserve contient quelques curiosités – comme l’épée par laquelle Boulanger fut blessé en duel ou le masque mortuaire de Mirabeau – elle abrite aussi plusieurs trésors de notre patrimoine national : une copie de l’acte de condamnation de Jeanne d’Arc, le projet de la Constitution de l’An I annoté de la main de Robespierre, le manuscrit autographe de la Marseillaise de Rouget de Lisle… La priorité sera dans un premier temps l’informatisation du catalogue de la Bibliothèque de l’Assemblée, opération de signalement relativement lourde et complexe, qui portera sur les 25 volumes manuscrits du catalogue « matière » de la bibliothèque, produits entre 1789 et 1920. La BnF contribuera au financement de l’opération à hauteur de 50% et apportera son soutien et son expertise technique, avec pour objectif le référencement des collections dans le Catalogue collectif de France. Un ambitieux programme de numérisation Mais c’est surtout en matière de numérisation que les projets s’annoncent les plus prometteurs. La Bibliothèque de l’Assemblée a déjà confié à la BnF pour numérisation son exemplaire manuscrit du Roman de la Rose, afin de participer au projet franco-américain soutenu par la Fondation Mellon. Pour aller plus loin, elle a souhaité faire don à la BnF de la copie numérique d’une pièce exceptionnelle de ses collections : le manuscrit autographe de La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau. Ce document pourra rejoindre le corpus des manuscrits déjà présents dans Gallica et devenir accessible à partir d’Europeana. La Bibliothèque de l’Assemblée nationale participera à d’autres programmes de numérisation à l’avenir, par exemple dans le cadre de l’initiative de numérisation concertée en sciences juridiques lancée par la BnF avec la bibliothèque Cujas, qui comporte un volet « Lois et débats parlementaires » visant à porter en ligne les éléments significatifs de la mémoire législative nationale. La signature de cette convention de pôle associé constitue un tournant pour les deux établissements. Elle permettra à la Bibliothèque de l’Assemblée de mieux s’inscrire dans les réseaux documentaires nationaux afin de donner au patrimoine dont elle est la gardienne la visibilité et le rayonnement qui lui sont dus. Pour la BnF, il s’agit également d’élargir le cercle de la coopération en direction des bibliothèques des grands corps de l’État – domaine pour l’instant peu exploré, mais riche de potentialités. À cet égard, une convention de pôle associé a déjà été signée avec la Documentation française en 2008 et de nombreux contacts ont eu lieu ces derniers mois avec les bibliothèques et centres de documentation des ministères de la Défense, des Affaires étrangères, de la Justice, de l’Économie et des Finances. Aline Girard La Bibliothèque de l’Assemblée nationale. Chroniques de la BnF – n°52 – 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :