Chroniques n°52 jan/fév 2010
Chroniques n°52 jan/fév 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : La bibliothèque du Haut-de-jardin en 2012

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Dossier > HAUT-DE-JARDIN 2012 Partout les bibliothèques changent. Constructions nouvelles ou rénovations complètes, la liste des bibliothèques en voie, en cours ou en fin de mutation est très longue. En France, Troyes, Bordeaux, Montpellier, Toulouse, Rennes, Lille, Aix en Provence, Strasbourg ou encore, dans l’agglomération parisienne, la bibliothèque du musée du quai Branly, la Sorbonne, Paris-Diderot, la bibliothèque Sainte-Barbe parmi beaucoup d’autres… À l’étranger, New York, Seattle, Amsterdam, Rotterdam, Helsinki, Berlin, Montréal, Londres, Singapour, Rabat… Bousculées par la révolution de l’internet et du numérique, des évolutions d’usage à la fois individuel et collectif, les bibliothèques doivent s’adapter au XXI e siècle. Quatre tendances de fond semblent affecter tous les équipements de lecture, qu’elle soit publique ou scolaire, universitaire ou de recherche. Si elle reste indispensable, la qualité des collections ne suffit plus à légitimer ou à rendre attractive la bibliothèque. Les publics sont en demande de plus en plus forte de services documentaires personnalisés (ateliers, services questions réponses, tutorat…) et Fréquentation Etudiants 75% Scolaires (16-18 ans) 10% Enseignants et chercheurs 3% Actifs 8% Retraités et inactifs 4% 100% 14 – Chroniques de la BnF – n°52 de médiation culturelle (rencontres, conférences, expositions, activités pédagogiques…). Les publics transforment les bibliothèques en des lieux privilégiés de socialisation et de rencontre des autres : développement rapide des pratiques documentaires en groupe, influence des réseaux sociaux du web, désirs de lieux d’échanges comme des salons, des foyers, des cafés, accent mis sur la citoyenneté et la tolérance… La rigidité des architectures et des aménagements intérieurs semble en voie de disparition : espaces plus ouverts, plus lumineux, polyvalents, modulaires, mobilier plus divers et parfois mobile permettant des postures de lecture plus détendues, bureaux d’accueil de plain-pied avec les lecteurs… Enfin, le numérique prend peu à peu l’ascendant (collections papier numérisées, collections électroniques, dématérialisation de l’audiovisuel, mobilité, interactivité, personnalisation…), ainsi que pour la communication de la bibliothèque (messagerie, blogs, twitter…). À ces tendances récentes qui s’accentuent, s’ajoutent des défis plus anciens mais toujours d’actualité, celui, par exemple, de la diversification des publics, parfois en progrès mais jamais acquise, de la démocratisation culturelle, objectif majeur des politiques culturelles publiques, celui d’une fréquentation autre qu’épisodique par les publics empêchés ou handicapés. La BnF a décidé de rejoindre ce grand mouvement de mutation pour sa bibliothèque d’étude, dite du Haut-de-jardin. Largement concertée, appuyée sur plusieurs enquêtes de satisfaction et études des pratiques, inspirée d’exemples de bibliothèques françaises ou étrangères particulièrement réussies, cette adaptation se donne pour objectif une bibliothèque à la capacité augmentée, plus réactive à l’actualité, plus médiatrice vers le patrimoine, plus ouverte à la dimension numérique et enfin plus conviviale. Lancée dès 2007, entrée dans les faits en 2009, l’évolution devrait s’achever en 2012. Le présent dossier en présente les principales lignes de force, telles que les a dessinées la réflexion de ces derniers mois. Pour réagir, commenter ces projets : denis.bruckmann@bnf.fr
Dossier > HAUT-DE-JARDIN 2012 Quelques mesures phares « Le cadre est plaisant mais le café est trop cher. » Marie, 22 ans, étudiante Plus de places La capacité de la bibliothèque devrait passer de 1700 à 2000 places. La plupart des salles proposeront des places pour travailler en groupe, des places salons plus confortables, les halls et déambulatoires proposeront également plus de sièges dont certains permettront une connexion informatique. Plus d’actualité… et plus de patrimoine Une nouvelle salle de la presse étendue aux médias télévisuels sera créée en salle B. Dans la lignée de Prisme, le centre de ressources sur l’économie et le monde de l’entreprise, créé dès 1996, seront mis en place également de nouveaux Centres de ressources sur des sujets d’actualité : Europe, Développement durable, Questions de société, Bibliothèques du monde… Interdisciplinaires, mis à jour très régulièrement, ils proposeront les fondamentaux sur ces sujets, les nouveautés éditoriales, un choix de ressources électroniques, et des liens vers les pôles documentaires les plus actifs. Côté patrimoine, outre de nouvelles infrastructures comme la Galerie des donateurs, la consultation des collections patrimoniales de la bibliothèque de recherche sera facilitée pour des consultations ponctuelles. Plus d’accompagnement L’assistance documentaire sera repensée dans le cadre d’un pôle lecteurs en charge de l’accréditation, de l’assistance aux premières étapes de la recherche, de l’initiation aux collections de la bibliothèque et plus largement au patrimoine écrit et graphique. Cette assistance prendra des formes diversifiées : bureaux d’information conviviaux en remplacement des solennelles banques de salles, accompagnement personnalisé sur rendez-vous, ateliers méthodologiques ou thématiques, « bibliothécaire virtuel » consultable dans toutes les salles et espaces de circulation, médiations culturelles… Une nocturne La bibliothèque étudie la possibilité de proposer un jour encore à définir, une nocturne jusqu’à 22 heures qui concernera les salles de lecture, les expositions et les autres services. Des accès gratuits L’accès aux salles de lecture est désormais gratuit à partir de 17 heures, afi n de favoriser les usages des publics actifs à une heure où la bibliothèque est rarement saturée. De même pour favoriser la fréquentation, un titre d’accès gratuit est offert à tout acheteur d’un ticket d’exposition se déroulant sur le site François Mitterrand. Cette expérimentation de quelques mois – jusqu’à juin 2010 – donnera lieu à une évaluation des effets sur la fréquentation. L’identification des lecteurs, garante de bonnes conditions de travail pour tous, reste quant à elle sans changement. Un nouveau café, des foyers rénovés, une librairie agrandie Lieux majeurs pour la convivialité, la flânerie, le plaisir ou le travail dans des conditions moins rigoureuses que celles des salles de lecture, le café sera déplacé vers le hall ouest et agrandi, les foyers des petit et grand auditoriums seront réaménagés, la librairie sera reconfigurée. Chroniques de la BnF – n°52 2– 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :