Chroniques n°51 nov/déc 2009
Chroniques n°51 nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de nov/déc 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : La légende du roi Arthur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Expositions > TALeNTS Photographie : le talent au présent Peu de modes d’expression ont subi autant de mutations que la photographie durant la dernière décennie. C’est dans ce contexte mouvant et incertain, où l’innovation tient une place majeure, que la BnF exposera pour la troisième année consécutive les travaux des jeunes photographes de la Bourse du Talent. Mise en place en 1998 par le magazine Photographie.com et ses partenaires (Kodak Professionnel, Nikon, Picto, Prophot et la BnF) afin de découvrir et promouvoir de jeunes photographes, la Bourse du Talent s’est imposée comme un prix majeur dans l’univers de la photographie. À l’écoute du rythme imposé par un métier en constante évolution et qui attend sans cesse de nouvelles propositions, la Bourse du Talent récompense tous les ans quatre jeunes photographes pour chacune des bourses balayant l’ensemble des genres photographiques : paysage, portrait, reportage et – nouveauté en 2009 – mode. L’accrochage des travaux des lauréats et des finalistes est réalisé sans distinction de genres, les images de reportages côtoyant les portraits ou les clichés de mode, répondant ainsi au profond désir de transversalité manifesté par Didier de Faÿs, directeur de Photographie.com : « Plus que jamais les frontières sont à franchir, le monde moderne fait éclater les genres photographiques, tous se mélangent et s’hybrident. Au-delà des genres, nous recherchons des photographes. » Un jury attentif et exigeant À l’image de Clémence de Limbourg, Bourse du Talent 2009, les candidats sont souvent pourvus d’unC.V. prometteur ; toutefois leur prix leur confère une visibilité immédiate. Et si la Bourse du Talent est devenue au fil des ans un vrai rendez-vous public et professionnel, c’est aussi parce que l’expérience prouve que les choix proposés à cette occasion ne restent pas sans lendemain. Ainsi, Philippe Gassman, directeur général du laboratoire Picto, souligne que, pour la seule année 2008, le prix Niepce a été décerné à Jürgen Nefzger, lauréat de la Bourse du Talent 1998, le prix HSBC est allé à Aurore Valade, Bourse du Talent 2005, et la Bourse de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet a été obtenue par Viviane Dalles, Bourse du Talent 2005. Cette renommée découle aussi directement de l’exigence des différents jurys. La Bourse du Talent demeure sélective et souhaite récompenser un artiste au regard nouveau, qui s’engage pleinement dans son écriture photographique. Scènes de vie, le travail de Lucie & Simon, lauréats 2009 pour le portrait, s’inscrit 14 – Chroniques de la BnF – n°51 Scènes de vie, Lucie & Simon, lauréats 2009 pour le Portrait. parfaitement dans cette optique. Le jeune duo a choisi de montrer des personnages dans l’intimité de leur vie en prenant, littéralement, de la hauteur. Ce point de vue laisse la banalité se fissurer pour inciter le spectateur à s’interroger sur cette étrange perspective et ses implications. Qui regarde de si haut ? Dieu ou Big Brother ? Un satellite de Google Earth ou une simple mouche ? Le travail de Clémence de Limbourg, Escape, s’inscrit, lui, dans une démarche photographique qui se déploie dans la durée. Plus qu’un reportage, elle réalise une véritable narration documentaire dévoilant une jeune femme juive orthodoxe en rupture avec sa communauté. Témoin d’une époque et d’une histoire, son propos s’appuie sur une construction picturale dont la lumière limpide évoque les peintres flamands. Le rôle de la BnF résonne ici comme un écho à l’engagement de ces jeunes artistes. Elle offre à ces photographes un lieu hautement symbolique en exerçant sa vocation patrimoniale à un double niveau : exposer les lauréats de la Bourse du Talent à la BnF, c’est à la fois inscrire la photo contemporaine dans un lieu de patrimoine et enrichir celui-ci, puisque de nouvelles œuvres viennent ainsi rejoindre les collections du département des Estampes et de la Photographie. Une double vocation qui séduit Didier de Faÿs : « Nous construisons l’histoire in vivo ! Il s’est tissé une belle histoire entre la jeune photographie et la BnF. C’est magnifique qu’une telle institution soit si attentive aux jeunes regards. Cet intérêt montre à tous les publics que l’acte photographique n’est pas gratuit ». D’autant moins gratuit que si la photographie est bien une forme de créativité à la croisée de la technologie, de l’art et du témoignage, la façon de représenter choisie par de jeunes créateurs est un baromètre de changements sociaux et culturels qui nous affectent tous. Delphine Andrieux Jeunes photographes de la Bourse du Talent 15 décembre 2009 – 21 février 2010 Site François-Mitterrand – Allée Julien-Cain Avec le soutien de Champagne Louis Roederer. © Lucie & Simon.
Expos hors les murs > Les prêts de la BnF La BnF poursuit sa politique de prêt à des expositions extérieures. Elle noue des partenariats diversifiés, en France et à l’étranger, donnant lieu à d’importantes manifestations. Ile-de-France Isadora Duncan Du 20 novembre 2009 au 15 mars 2010 Musée Bourdelle, Paris François 1 er et Soliman le Magnifique Les voies de la diplomatie à la Renaissance À l’occasion de la Saison culturelle turque, une évocation des relations de deux grands souverains de la Renaissance qu’au départ tout destinait à l’affrontement, et qui marqueront pour plusieurs siècles les rapports entre les deux puissances. Du 18 novembre 2009 au 15 février 2010 Musée national de la Renaissance, Écouen en région Splendeur de l’enluminure Le roi René et les livres Amoureux des arts, lui-même écrivain, le roi René fut l’un des mécènes les plus importants de la fin du Moyen Âge. L’exposition réunit sa collection de livres, dispersée dès la fin du XV e siècle dans toute l’Europe. La BnF a prêté 13 œuvres, dont le célèbre Livre des tournois. Du 2 octobre 2009 au 3 janvier 2010 Château d’Angers Conversation anglaise Le groupe de Bloomsbury Du 20 novembre 2009 au 28 février 2010 La Piscine, musée d’art et d’industrie André Diligent, Roubaix À l’étranger Edward Gordon Craig Du 19 novembre 2009 au 24 janvier 2010 Casa Encendida, Madrid (exposition différente de celle présentée à Avignon et à Charleville-Mézières) Identity Du 25 novembre 2009 au 11 avril 2010 Wellcome Collection, Londres Nicolas de Nicolay, Recueil, costume turc. xvi e siècle. © BnF, Estampes et Photographie. Chroniques : Quelle idée est à l’origine de ce festival montrant des films réalisés pour des écrans aussi divers que le cinéma, la télévision, le net ou les téléphones portables ? Brigitte Marbœuf, secrétaire générale du festival : Le Festival européen des 4 écrans, créé voici trois ans à l’initiative d’Hervé Chabalier, journaliste et fondateur de l’agence Capa, est né d’une double volonté. Celle de faire connaître la création audiovisuelle européenne dans ses formes les plus nouvelles, d’une part, et mener une réflexion dans le cadre de l’Université de l’image, d’autre part. Il s’agit ici de voir mais aussi de comprendre. Par ailleurs, ce festival est tourné vers le réel et les faits de société : ces images, qu’il s’agisse d’un longmétrage réalisé par un cinéaste ou d’un film de trois minutes saisi au vol sur son téléphone portable par un amateur, informent sur le monde contemporain. Combien de compétitions proposez-vous ? B. M. Nous en proposons quatre, longsmétrages, web-films, phone-reporters et mobile. La première présente au MK2 Bibliothèque 12 films européens inédits en France, documentaires ou fictions basées sur une histoire vraie, qui utilisent les nouveaux médias dans leur processus de création ou de diffusion, ou en font le sujet de leur scénario. Nous avons ainsi sélectionné un film ayant pour sujet le jeu social virtuel « Second Life ». Les projections sont suivies d’un débat avec les réalisateurs, acteurs ou producteurs. La sélection web-films montre des documentaires d’un genre nouveau associant vidéos, photos, son, texte et interactivité : diffusés sur des bornes, ils permettent à chaque spectateur de créer son propre film. La compétition phone-reporters présente une quinzaine de séquences d’actualité filmées par des amateurs grâce à leur téléphone portable : autant d’images choc défiant parfois la censure sur les manifestations en Iran, les émeutes en Chine ou la condition des prisonniers en France. Enfin, la compétition Mobile, ouverte aux étudiants de dix écoles européennes de cinéma, multimédia ou communication : en partenariat avec la SNCF, elle récompense un Auditoriums > Images du réel sur 4 écrans Accompagner la révolution numérique dans le domaine de l’image du réel et des faits de société : telle est la mission du Festival des 4 écrans. Cette année, il met les jeunes et l’information à l’honneur. court-métrage de 3 minutes réalisé avec un appareil « nomade » – téléphone portable, caméra ou appareil photo numérique – sur le thème « Un amour de train ». Plusieurs jurys décerneront un Grand Prix des 4 écrans, ainsi que des écrans d’or et des écrans d’argent, dotés cette année pour la première fois. Quels thèmes de réflexion accompagneront ces projections ? Isolde Bertrand, déléguée à l’Université de l’image : L’Université de l’image s’attachera à analyser l’impact du multimédia sur l’information : des représentants des grands groupes médias européens et américains, comme Nick Bilton, chercheur au New York Times Lab, mettront en perspective les différents modèles appliqués dans leurs pays. De nombreux ateliers, de l’écriture d’un scénario à la production en passant par la réalisation d’un web-doc, seront organisés pour les lycéens et étudiants, très présents cette année sur le festival. La génération née avec le web constitue, avec les professionnels et les amateurs avertis, le public privilégié des 4 écrans. Donner à ces digital natives des outils pour prendre du recul et ne pas subir ces images qui déferlent sur notre monde est une des missions prioritaires de l’Université de l’image. Propos recueillis par Laurence Paton Festival des 4 écrans 18, 19 et 20 novembre 2009 Site François-Mitterrand et MK2 Bibliothèque Programme sur www.festival-4ecrans.eu Chroniques de la BnF – n°51 – 15 D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :