Chroniques n°50 sep/oct 2009
Chroniques n°50 sep/oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de sep/oct 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : Choses lues, choses vues

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Miles Davies, 2002. Photo Serge Cohen/Cosmos. Expositions hors les murs > PARIS We want Miles L’exposition propose de retracer le parcours musical et personnel de Miles Davis, de la ville de son enfance, East Saint-Louis, jusqu’au concert rétrospectif qu’il donna sur le site même de La Villette à Paris, à quelques semaines de sa disparition. Le visiteur pourra découvrir l’œuvre et la démarche visionnaire de l’artiste au fil d’un parcours regroupant des clichés pris par les plus grands noms de la photographie musicale, des extraits vidéo de ses concerts, des instruments dont il joua lui-même ou dont jouèrent ses compagnons de route, des partitions rares et des tenues de scène, des documents liés à la réalisation de ses albums, des pressages originaux de ses grands disques ainsi que des œuvres d’art, tableaux ou sculptures, qui témoignent d’une aura qui excède largement la seule sphère de la musique. Une quarantaine de documents ont été prêtés par le département de l’Audiovisuel de la BnF. Du 15 octobre 2009 au 17 janvier 2010, Musée de la Musique, Paris. MUNICH Alfons Mucha Une œuvre foisonnante qui restitue l’atmosphère de créativité caractéristique de la Belle Époque. L’œuvre d’Alfons Mucha, né dans l’ancien empire austro-hongrois, aujourd’hui République tchèque, mêle le dessin, la peinture, la lithographie, les fresques ou encore les bijoux Art nouveau, dans le style de cette époque plongée dans l’humanisme et la foi en l’avenir, et marquée notamment par l’Exposition universelle de 1900. L’exposition retrace son parcours, évoquant les premiers pas de Mucha, notamment les affiches et panneaux décoratifs des années parisiennes marquées par sa rencontre avec Sarah Bernhardt. En décembre 1894, Mucha réalise l’affiche publicitaire de Gismonda, la pièce de Victorien Sardou créée au théâtre de la Renaissance pour Sarah Bernhardt, qui lui confie l’exclusivité des affiches pendant six ans. Grâce à cette fabuleuse rencontre, l’artiste est propulsé sur le devant de la scène et devient célèbre. La BnF a prêté une vingtaine d’œuvres de Mucha conservées au département des Estampes et au département des Arts du spectacle. Du 9 octobre 2009 au 24 janvier 2010, Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung, Munich. 16 – Chroniques de la BnF – n°50 Alfons Mucha, affiche pour la Société populaire des Beaux-Arts, 1897. © ADAGP 2009. Les prêts de la BnF La BnF poursuit sa politique de prêt à des expositions extérieures. Elle noue des partenariats diversifiés, en France et à l’étranger, donnant lieu à d’importantes manifestations. Ile-de-France De Byzance à Istanbul Du 7 octobre 2009 au 25 janvier 2010 Galeries nationales du Grand Palais, Paris Louis XIV, l’homme et le roi Du 19 octobre 2009 au 7 février 2010 Château de Versailles En région Benjamin Rabier (1864-1939), illustrateur Du 9 juillet au 18 octobre 2009 Historial de la Vendée Lucs-sur-Boulogne Picasso et la poésie Du 16 octobre 2009 au 17 janvier 2010 Bibliothèque-musée Pierre-André Benoît, Alès À l’étranger Matisse aujourd’hui Du 1 er septembre au 1 er novembre 2009 Pinacoteca do Estado, São Paulo, Brésil Benjamin Rabier, lithographie, 1907. © ADAGP 2009. BnF, Estampes et Photographie. Painting and photography along the Normandy coast, 1850-1874 Du 10 octobre 2009 au 3 janvier 2010 The University of Michigan Museum of Art, AnnArbor, États-Unis
Auditoriums > Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui Trois années à peine s’étaient écoulées après la conquête d’Alger en 1830 que paraissait le premier ouvrage algérien imprimé en caractères arabes : le Traité abrégé de la grammaire arabe, simplifiée et modifiée, par Joanny Pharaon, interprète militaire en Algérie. Le sujet de ce livre n’a rien de singulier : au siècle des voyages en Orient et de la colonisation du Maghreb, un vif engouement se manifeste pour l’apprentissage de la langue arabe. Les publications de ce type foisonnent sur les deux rives de la Méditerranée, abondance inégalée par la suite. Un renouvellement de l’enseignement de l’arabe À cette époque, la catégorie du manuel ne répond pas à un programme d’enseignement explicitement défi ni. Au public traditionnel des études orientales, missionnaires, philologues ou drogmans, s’adjoignent les voyageurs, colons, militaires, fonctionnaires de justice… En réponse à cette demande diversifiée qui déborde le cadre traditionnel de l’enseignement de la langue arabe, beaucoup d’auteurs, dont certains sont de simples amateurs, composent des ouvrages accessibles à un public élargi. La floraison des manuels, dictionnaires et grammaires, et l’apparition d’ouvrages techniques dédiés à Ci-contre et ci-dessous : Couverture et extrait du Cours préparatoire d’arabe parlé, enseignement par l’image et la méthode directe sans caractères arabes, par M. Soualah, Alger, 1905. BnF, Littérature et Art. la correspondance administrative et judiciaire reflètent le renouvellement d’un cadre d’enseignement et l’émergence à tâtons de nouveaux modèles. Réalisés dans ce contexte caractérisé par la vivacité des débats et la diversité des expérimentations, les dictionnaires de Kazimirski (1840), Belot (1883) ou Dozy (1881) sont encore jusqu’à aujourd’hui des usuels de l’étudiant, preuve de la fécondité de l’époque. Il est difficile de faire la part des caractéristiques matérielles et des choix intellectuels dans ce corpus. Tout au long du XIX e siècle, la mise en œuvre de la typographie arabe demeure une opération complexe et onéreuse, de sorte que nombre de publications sont lithographiées. Procédé privilégié des chrestomathies, la lithographie permet également d’accompagner les choix de textes de spécimens d’écriture arabe de style maghrébin, un style au demeurant peu répandu dans les livres imprimés. Transcriptions de la langue arabe en écriture latine Le recours à des systèmes de transcription de l’arabe en caractères latins, plus ou moins sophistiqués, est une solution alternative fréquente qui permet de réaliser un livre bon marché mais sans doute aussi plus attrayant. Elle dispense le lecteur de l’apprentissage d’un alphabet et lui donne accès aux phonèmes arabes selon un système graphique qui lui est familier. Dicté par des raisons économiques ou en vue de la facilité de lecture, ce choix de la transcription en écriture latine de la langue arabe s’accompagne d’un intérêt accru pour l’arabe oral et, plus précisément, pour le parler de telle ou telle région ; les titres des ouvrages du corpus se réfèrent fréquemment à l’arabe parlé à Alger, en Mésopotamie ou en Égypte, ce qui était rarement le cas à l’époque moderne. Avant que ne soit entreprise par les dialectologues la description de parlers en usage dans des lieux bien déterminés, ces manuels fournissent des indications générales sur l’état de la langue usuelle. L’usage du corpus doit cependant être entouré de précautions car la fiabilité linguistique de certains ouvrages reste relative : les premiers manuels d’arabe algérien, publiés après 1830, se dégagent très difficilement des modèles fournis par l’arabe égyptien, mieux connu alors en France. Une journée d’étude est consacrée aux manuels d’arabe, organisée avec le Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen et avec la collaboration de chercheurs et bibliothécaires du Maghreb. Elle permettra de poser des jalons en vue d’inventorier et de mettre en valeur ce patrimoine ; en prenant en compte l’héritage colonial, il s’agira de mieux situer les enjeux contemporains de l’enseignement de cette langue. Philippe Chevrant Journée d’étude Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui Mardi 29 septembre, 9 h 15 – 18 h 30 Site François-Mitterrand, petit auditorium Chroniques de la BnF – n°50 – 17 BnF, Littérature et Art.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :