Chroniques n°50 sep/oct 2009
Chroniques n°50 sep/oct 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de sep/oct 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : Choses lues, choses vues

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Expositions > Aux sources de la légende du roi Arthur Une grande exposition revisite le mythe arthurien dans ses multiples aspects : histoire et légende, aventures guerrières, amour courtois et quête mystique, création littéraire et résonances dans l’histoire de l’art. Jusqu’à ses interprétations contemporaines, au cinéma ou à la télévision. Arthur est un souverain toujours jeune qui n’a pas fini de faire parler de lui. La légende du roi Arthur est sans doute le mythe médiéval qui a donné naissance à la production littéraire et artistique la plus riche. Du Conte du Graal de Chrétien de Troyes au XII e siècle à Monty Python Sacré Graal, en passant par les Idyls of the King de Tennyson au XIX e siècle, les chevaliers de la Table ronde ont essaimé dans toutes les formes d’expression : enluminure médiévale, gravure à la Renaissance, peinture, bande dessinée, cinéma, musique… et continuent d’ailleurs à alimenter l’imaginaire des créateurs d’aujourd’hui. L’exposition de la BnF revisite la légende arthurienne et son histoire à travers 140 pièces : 80 manuscrits médiévaux enluminés provenant de ses collections et de celles de plusieurs bibliothèques françaises et étrangères (British Library, Bibliothèque royale de Belgique…), mais aussi des objets d’orfèvrerie, des ivoires, des extraits de films et des documents qui témoignent de la postérité du mythe aux époques moderne et contemporaine. La scénographie guide le visiteur dans un cheminement qui fait la part belle à la découverte, à la surprise et à l’imagination. Un roi généreux et cultivé La première partie de l’exposition s’attache aux plus anciens textes pour tenter de cerner la part de l’histoire et celle de la légende dans la genèse de la littérature arthurienne. Il n’existe aucune preuve de l’existence d’un roi des Bretons appelé Arthur, même si l’origine du mythe semble s’enraciner dans la résistance celte contre les envahisseurs anglo-saxons, au début du VI e siècle de notre ère. La figure du roi conquérant mais aussi généreux et cultivé, qui attire à sa cour l’élite de la chevalerie en quête d’aventures, est fixée au XII e siècle par l’Histoire des rois de Bretagne de Geoffroy de Monmouth. Mais c’est Chrétien de Troyes qui fait du roi la figure centrale de ses romans « bretons », Érec et Énide (1170), Yvain ou le chevalier au lion (1177-1181), Lancelot ou le Chevalier de la charrette (1177-1181), Perceval ou le Conte du Graal (avant 1190)… Chrétien de Troyes est réellement l’inventeur de l’univers arthurien et des thèmes qui se répandront dans l’imaginaire de tout 12 – Chroniques de la BnF – n°50 Lancelot à la Table ronde, apparition du Graal, compilation de Micheau Gonnot, 1470, centre Jacques d’Armagnac. BnF, Manuscrits.
BnF, Manuscrits. le Moyen Âge : l’aventure chevaleresque, l’amour courtois, les enchantements de Bretagne, la quête mystique du Graal. Une machine à produire de l’imaginaire Tout au long du XIII e siècle, la littérature arthurienne se développe en fonction d’un jeu complexe de réécritures successives : ainsi se constitue un ensemble foisonnant de textes, d’une longueur extraordinaire, sans cesse complété, enrichi, passant du vers à la prose, et où la dimension chrétienne occupe une place importante, notamment dans les récits qui mettent en scène la Quête du Graal. La deuxième étape du parcours explore d’ailleurs les thèmes constitutifs de la légende arthurienne — l’aventure, la vaillance chevaleresque, l’amour, la quête mystique — ainsi que les grands personnages de la légende : Arthur, Guenièvre, Lancelot, Merlin, les fées Viviane et Morgane, Perceval, Tristan et Iseut… Enfin, l’exposition s’intéresse à la réception du mythe dans l’Europe médiévale et de la Renaissance. « Les manuscrits de romans de la Table ronde, souvent richement enluminés, comptent parmi les plus beaux témoins du goût des princes du Moyen Âge pour les beaux livres », remarque Thierry Delcourt, commissaire de l’exposition. Presque exclusivement destinée à un public aristocratique, cette littérature impose sa vision du monde et de la société. En attestent la vogue des prénoms inspirés par la légende au XIII e siècle, comme la multiplication des tournois, joutes, fêtes et sociétés du Graal ou de la Table ronde. À partir de la Renaissance, la littérature arthurienne connaît cependant une longue éclipse et ne survit guère qu’en Angleterre, à partir de l’œuvre de Thomas Malory. Elle est redécouverte au XIX e siècle par les romantiques, renaît et fait l’objet au XX e siècle de nombreuses adaptations pour le cinéma et la télévision, de Merlin l’enchanteur de Walt Disney à la série télévisée Kaamelott. Sylvie Lisiecki BnF, Manuscrits. À gauche Lancelot et l’envoyée de Pellés chevauchant, Armagnac, Évrard d’Espinques, vers 1475. En haut Le baiser de Lancelot et Guenièvre, Maître des Cleres femmes, entre 1404 et 1465. À droite Assaut du Château d’amour — Lancelot, coffret d’ivoire, vers 1300, musée national du Moyen Âge. © RMN/Michel Urtado. Catalogue La Légende du roi Arthur Coédition BnF/Le Seuil, 260 p., 240 ill., 40 €. Sur internet Exposition virtuelle, fac-similés numériques des plus beaux manuscrits de la légende arthurienne. expositions.bnf/arthur La légende du roi Arthur 20 octobre 2009 - 24 janvier 2010 Site François Mitterrand, Grande Galerie Commissariat : Thierry Delcourt, conservateur général, directeur du département des Manuscrits. En partenariat avec Métro et la chaîne Histoire. Billets couplés, activités pédagogiques, concerts de chansons courtoises en lien avec le Musée de Cluny musee-moyenage.fr Chroniques de la BnF – n°50 – 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :