Chroniques n°49 été 2009
Chroniques n°49 été 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de été 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : John Batho, le champ d'un regard

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Sommaire/Éditorial > « Chroniques de la Bibliothèque nationale de France » est une publication bimestrielle. Président de la Bibliothèque nationale de France : Bruno Racine. Directrice générale : Jacqueline Sanson. Délégué à la communication : Marc Rassat. Responsable éditoriale : Sylvie Lisiecki : sylvie.lisiecki@bnf.fr Comité éditorial : Élizabeth Giuliani, Jean-Loup Graton, Thierry Cloarec, Hélène Richard, Anne-Hélène Rigogne, Romuald Ripon. Ont collaboré à ce numéro : Sylvie Aubenas, Anne Biroleau, Jocelyn Bouraly, Céline Chicha-Castex, Pascal Cordereix, Thierry Delcourt, Sabine Deniau-Lahaye, Anne Dutertre, YannFauchois, Bruno Gaudin, Elizabeth Giuliani, Jean-Loup Graton, Thierry Grillet, Joël Huthwohl, Marie de Laubier, Patrick Le Bœuf, Sandrine Le Dallic, Frédéric Martin, Laurence Paton, Stéphane Pillorget, Françoise Simeray, Valérie Sueur-Hermel. Coordination graphique : Françoise Tannières. Iconographie : Sylvie Soulignac. Coordination des relectures : Nadège Ricoux Maquette et révision :. Impression : Stipa ISSN : 1283-8683 Abonnement : Marie-Pierre Besnard, marie-pierre.besnard@bnf.fr Retrouvez Chroniques sur www.bnf.frn 2 – Chroniques de la BnF – n°49 Couverture• John Batho, Manèges (1980) Expositions P.5• Craig et la marionnette• John Batho, le champ d’un regard• Jean-Michel Alberola, le perturbateur• Henri Rivière, entre Bretagne et Japon Collections P.12• Girault de Prangey, photographe voyageur Dossier P.13• Richelieu, demain Agenda Conférences P.19• Invitation à la philosophie• David, cantate inédite de Bizet• Histoire(s) du disque• Woodstock 40 ans après : « Where did our love go ? » • Emmanuel Le Roy Ladurie, historien et précurseur Actualités du numérique P.23• Un nouvel axe de coopération• Romandelarose.org• Les prestigieuses collections de Dunhuang en ligne• Que trouve-t-on dans Gallica ? Focus P.28• Temples du savoir Erratum : dans le numéro 48 de Chroniques, nous avons omis de mentionner le nom du photographe auteur des portraits de Elena Poniatovska et Paco Ignacio Taibo II. Nos excuses à l’auteur, Daniel Mordzinski. Édito Berceau historique de la Bibliothèque nationale de France, le quadrilatère Richelieu est sur le point d’entrer dans une nouvelle étape de sa longue histoire : le grand projet de rénovation et de modernisation tant attendu se met en place, grâce à l’engagement du ministère de la Culture, qui a encore accentué son effort de financement dans le cadre du plan de relance du gouvernement, et au concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. L’architecte Bruno Gaudin donnera son nouveau visage à cet ensemble unique, à la suite de ses illustres prédécesseurs, Henri Labrouste, concepteur de la superbe salle de lecture qui porte son nom et abritera la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, ou Pascal et Secoura qui construisirent la salle Ovale toujours utilisée aujourd’hui par les chercheurs. Chroniques consacre son dossier au quadrilatère Richelieu et ouvre ses pages à l’architecte qui s’exprime sur la philosophie de son projet, ainsi qu’aux différents acteurs de la Bibliothèque qui accompagnent cette aventure. Faut-il rappeler que le site Richelieu restera ouvert au public tout au long des travaux ? Cet été, le public pourra y découvrir Le Champ d’un regard de John Batho, dont les photographies reflètent à la fois une passion jubilatoire pour la couleur et sa hantise du travail de l’effacement. En octobre 2009, la salle Labrouste sera investie par Alain Fleischer, cinéaste, photographe et écrivain, pour un événement d’envergure sur le thème de la lecture. Dans les salles du site François-Mitterrand, une exposition de l’œuvre imprimé de Jean-Michel Alberola rendra hommage à l’un des artistes les plus importants de la scène française actuelle. Côté auditoriums, la Bibliothèque consacrera une journée, le 11 juin, à l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, qui a été aussi l’un de ses administrateurs, fêtera, le 19 juin, le quarantième anniversaire du concert mythique de Woodstock, et poursuivra ses cours de philosophie méthodique et populaire en collaboration avec l’université Paris-Diderot. Le lecteur trouvera enfin dans ce numéro un point sur les avancées de la numérisation, et pour tous ceux qui n’en sont pas encore des pratiquants familiers, un mode d’emploi des nouvelles possibilités offertes par la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica, dans sa version 2009. Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France
© Alain Goustard/BnF En bref > Un collectif iranien Prix Simone de Beauvoir Le prix Simone de Beauvoir « pour la liberté des femmes » 2009 a été décerné le 21 janvier dernier à Simin Behbahani, pour le collectif « Un million de signatures pour la parité entre hommes et femmes » dont le but est de changer la législation iranienne et d’améliorer les droits des femmes en Iran. Créé en 2008 à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir, sous l’impulsion de Julia Kristeva, ce prix récompense l’œuvre et l’action exceptionnelles de femmes et d’hommes qui contribuent à promouvoir la liberté des femmes dans le monde. Il est financé par Culturesfrance, la Bibliothèque nationale de France, le Centre national du livre et les éditions Gallimard. Promenons nous dans les bois… Conçu comme un « morceau de forêt », le jardin du site François-Mitterrand de la BnF est habituellement interdit au public : il sera accessible les 6 et 7 juin prochains, dans le cadre des Rendez-vous aux jardins qui, à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication, rendent accessibles plus de 2000 parcs et jardins en France. © Electa/AKG-Images Les archives de Guy Debord classées « trésor national » Les archives de l’écrivain et philosophe situationniste Guy Debord ont été classées « trésor national » par le ministère de la Culture et de la Communication. Les archives de Guy Debord recouvrent plus de soixante années de sa vie. Ce fonds comprend la quasi-intégralité des archives de l’écrivain (1931-1994), dont le manuscrit de La Société du spectacle (1967), l’un des textes fondateurs de l’Internationale situationniste, qui prône une critique radicale de la société occidentale. Après le suicide du philosophe en 1994, les archives qu’il avait lui-même classées et triées ont été reprises par sa veuve, Alice Debord, qui a poursuivi ce travail. La Commission consultative des trésors nationaux a souligné que « cet ensemble s’avère unique pour l’étude de la genèse de l’œuvre de Guy Debord, l’un des penseurs contemporains les plus importants Guy Debord au 3 e Congrès de l’Internationale situationniste à Munich, 1959. et capital dans l’histoire des idées de la seconde moitié du XX e siècle ». L’État français dispose à présent d’un délai de trente mois pour parvenir à un accord avec Alice Debord, détentrice des droits moraux du philosophe, et pour acquérir le fonds, qui rejoindrait le département des Manuscrits de la BnF. Cet enrichissement des collections s’accompagnerait d’un important effort de valorisation (colloque, exposition notamment). Chroniques de la BnF – n°49 – 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :