Chroniques n°48 mar/avr 2009
Chroniques n°48 mar/avr 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de mar/avr 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Controverses : photographies à histoires

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Collections > Le fonds de langues et littératures latino-américaines La BnF aux couleurs du Mexique Depuis les écrits déposés par les missions scientifiques du XIX e siècle qui se sont passionnées pour le Nouveau Monde jusqu’à la littérature la plus contemporaine, la BnF offre des ressources exceptionnelles à tous ceux qui ont l’Amérique latine au cœur. L e Mexique occupe une place très importante dans les collections de la BnF. Le fonds mexicain est le produit à la fois de certains mouvements culturels et scientifiques, et de l’histoire politique et sociale. La puissance d’attraction du Nouveau Monde aux XIX e et XX e siècles a entraîné de nombreuses missions scientifiques dont les travaux ont été déposés à la Bibliothèque. Celle-ci a également reçu en don des collections complètes constituées par des diplomates, des anthropologues, des scientifiques lors de leurs séjours sur le continent latinoaméricain. A contrario et pour des raisons évidentes, les acquisitions ont été moins importantes lors de la Seconde Guerre mondiale. Le rayonnement de la culture latino-américaine Depuis 1945, le fonds latino-américain a connu un développement rapide, lié au rayonnement de la littérature de tous les pays du continent et à l’émergence d’un marché éditorial propre, avec ses éditeurs et ses grands rendez-vous, comme la Foire du livre de Guadalajara (Mexique), équivalent latino-américain de la Foire de Francfort. Les très riches collections d’imprimés de la Bibliothèque couvrent toutes les périodes historiques depuis la conquête du Nouveau Monde. Il reste néanmoins difficile d’établir une estimation chiffrée. Selon l’étude réalisée par le professeur Jackson en 1982, les fonds contiendraient de 100000 à 200000volumes publiés dans les pays latino-américains à partir de leur indépendance ou les concernant. Les ouvrages datant de l’époque coloniale se trouvent pour la plupart dans les collections espagnoles ou portugaises. Plusieurs catalogues permettent de dresser un inventaire plus précis de ces fonds, notamment, le Catalogue de l’histoire de l’Amérique de George Barringer, paru entre 1887 et 1911, dont trois volumes sont consacrés aux différents pays d’Amérique latine, et les catalogues de deux donations très importantes : le fonds Angrand – collection d’une importance primordiale sur la culture mexicaine – et les fonds argentins. Léonce Angrand fut un 16 - Chroniques de la BnF - n°48 m personnage emblématique de ces figures de grands savants, diplomates et voyageurs, qui se passionnèrent pour le Nouveau Monde et contribuèrent à la connaissance mutuelle des cultures et des civilisations. Né à Paris en 1808, il accomplit la majeure partie de sa carrière diplomatique en Amérique latine (Pérou, Cuba, Bolivie, Guatemala, etc.). Passionné par la géologie et l’archéologie du Nouveau Monde, il légua toute sa bibliothèque, soit plus de 1200livres, manuscrits, dossiers d’étude, cartes, photographies, carnets de dessins de voyages en 1885 à la Bibliothèque nationale. ‘‘ » Le Brésil, l’Argentine et le Mexique sont les pays les mieux représentés Après cette période faste, les fonds historiques latino-américains ont été quelque peu délaissés à la fin du XIX e siècle. Les Français s’intéressent alors davantage à l’Afrique et à l’Extrême-Orient. En revanche, le fonds littéraire latino-américain, lui, se développe. À l’orée du XX e siècle, la plupart des auteurs sont des hommes politiques ou des diplomates, puis une génération d’écrivains à part entière se révèle (Sarmiento, Marti, Mitre…). Le mouvement moderniste La littérature moderniste est très bien représentée dans les collections ; premier mouvement autonome de la littérature latino-américaine, il est composé de nombreux écrivains attirés par la France où ils viennent puiser leur inspiration. Nombre d’entre eux s’installent à Paris comme journalistes ou diplomates : Rubén Dario, correspondant du journal argentin la Nacion ; Vicente Huidobro, attaché à la délégation du Chili à Paris, ou Enrique Gómez Carrillo qui travaille aux éditions Garnier et collabore au journal madrilène ABC. Ils créent ou participent à plusieurs revues littéraires à Paris afin de faire connaître la littérature latino-américaine en France, comme la revue Nord-Sud dirigée par Pierre Reverdy. Roger Caillois, avec sa collection La Croix du Sud, créée chez Gallimard en 1951, a joué un très grand rôle dans la diffusion de la littérature mexicaine et latino-américaine. Une politique d’acquisition volontariste Depuis 1940, la politique d’acquisition de la BnF a permis d’enrichir les fonds latino-américains, notamment dans le domaine des sciences humaines. Près de 15000ouvrages ont été achetés jusqu’en 1971. Depuis cette date, environ mille titres sont entrés à titre onéreux chaque année dans les collections. Le Brésil, l’Argentine et le Mexique sont les pays les mieux représentés. Les ouvrages historiques intéressent toujours les lecteurs, mais ils se tournent désormais davantage vers les bibliographies, l’anthropologie, la sociologie, le folklore, les beaux-arts, la musique, tous domaines jusque-là un peu déficients. La littérature et la linguistique tiennent bien évidemment une très grande place, y compris les langues et les littératures amérindiennes, bien représentées. Compte tenu du renouveau de ces littératures et du développement des recherches les concernant, en particulier dans leurs pays d’origine, aux États-Unis et en Allemagne, la BnF a réalisé depuis dix ans un effort particulier dans ce domaine : la rédaction d’un guide de sources en langues et littératures amérindiennes a été mise en œuvre afin de faire connaître ce fonds et de l’ouvrir à la recherche. Parmi les innombrables richesses qu’il contient, retenons en particulier le Dictionnaire de la langue nahualt ou mexicaine, rédigé d’après les
documents imprimés et manuscrits les plus authentiques, et précédé d’une introduction de Rémi Siméon, publié en 1885. La Mission scientifique au Mexique et dans l’Amérique centrale, de Joseph-Marius-Alexis Aubin figure également parmi les plus belles pièces du fonds. L’ouvrage comprend de magnifiques représentations figuratives aztèques (voir illustration). La politique d’acquisition de la BnF en matière de langues et littératures hispanolatino-américaines s’efforce de rassembler toutes les éditions ou rééditions d’un ouvrage susceptibles d’être utiles à la recherche, en privilégiant chaque fois que c’est possible les éditions originales, tout en restant attentif aux publications dans les autres langues (allemand, anglais, italien, etc.). Les échanges internationaux, qui se sont considérablement développés entre la BnF et les bibliothèques nationales et universitaires latino-américaines, ont également permis d’enrichir ces fonds. Tout comme les nombreux ouvrages publiés en France: ouvrages d’auteurs latinoaméricains et traductions (poèmes, romans, À SAVOIR : À l’occasion du Salon du livre, une bibliographie des auteurs invités et de la littérature mexicaine contemporaine sera accessible sur le site Internet de la BnF. Une présentation d’un choix d’ouvrages sera installée en salle des littératures étrangères G. BNF PRATIQUE : les collections de littérature latino-américaine sont disponibles en libre accès en salles G et U (département Littérature et art, bibliothèque du Hautde-jardin) Copie d’un manuscrit aztèque extrait de Mission scientifique au Mexique et dans l’Amérique centrale, de Joseph-Marius- Alexis Aubin, 1885. BnF/Dépt Littérature et art. essais) qui entrent à la BnF par le dépôt légal, publications scientifiques des organismes de recherche consacrées à l’Amérique latine… La création des collections en libre accès et celle des départements thématiques ont permis de développer les fonds d’auteurs, les ouvrages d’histoire et de critique littéraire par pays. Ainsi, le secteur de littérature latino-américaine hispanophone et le secteur du Brésil et des pays lusophones disposent aujourd’hui de budgets propres. Les collections constituées depuis deux siècles contiennent des ouvrages exceptionnels, du passé comme d’époques récentes. À l’instar de cette préface à la traduction du livre Le Llano en flammes du grand auteur mexicain Juan Rulfo, écrite par Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature 2008, dont on sait la passion pour le Mexique: « Lellano en flammes brûle dans la mémoire universelle, chacun de ses récits laisse en nous une marque indélébile, qui dit mieux que tout l’absurdité irréductible de l’histoire humaine, et fait naître la ferveur de l’émotion, notre seul espoir de rédemption. » Nira Reyes Morales Chroniques de la BnF - n°48 - 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :