Chroniques n°47 jan/fév 2009
Chroniques n°47 jan/fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de jan/fév 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : La conservation et la numérisation de la presse

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28  |  Aller à la page   OK
28
Focus > L’énigme des sphères Les globes terrestre et céleste de la fin du XVIII e siècle, récemment acquis par la BnF, renferment une énigme : leurs auteurs sont célèbres, ils sont les supports d’innovations fidèles à l’esprit de leur époque, leur exécution est parfaite et complétée par une brochure imprimée qui en vante les mérites… Tout était donc réuni pour en asseoir le succès commercial… Or, très peu de paires ou de sphères isolées ont pu être recensées dans le monde jusqu’à aujourd’hui, et c'est la première paire qui entre dans les collections publiques en France. Le globe terrestre est l’œuvre d’un cartographe, Rigobert Bonne (1727-1795), resté célèbre pour la projection qui porte son nom et qui sera adoptée pour la carte de France au XIX e siècle. Ingénieur géographe et maître de mathématiques, il est l’auteur de plusieurs atlas, dont 28 - Chroniques de la BnF - n°47 certains publiés par Jean Lattré, le graveur des deux sphères, et est nommé en 1775, date à laquelle paraît son globe terrestre, ingénieur hydrographe de la Marine. Le globe céleste est l’œuvre d’un non moins célèbre astronome, Joseph-Jérome Français de Lalande (1732-1807), qui a déjà pleinement obtenu, en 1775, la reconnaissance de ses pairs : professeur au collège de France (1760), directeur de l’Observatoire de Paris à partir de 1768 et pensionnaire astronome de l’Académie des sciences en 1772. Il a publié et publiera encore nombre d’ouvrages traitant de l’astronomie. Lorsqu’ils paraissent en 1775, après quatre années de maturation, les deux globes semblent attendus : « Cinq ou six voyages autour du monde, faits depuis quelques années, ont changé la face de nos globes, soit pour le Ciel, soit pour la Terre », souligne-t-on dans la brochure publicitaire. De fait, de son voyage au cap de Bonne-Espérance en 1750, l’astronome Nicolas-Louis de La Caille est revenu avec une moisson d’étoiles et de constellations nouvelles, et plusieurs navigations autour du monde – Bougainville (1766-1769), Surville (1769-1770) et Marion-Dufresne (1772) et les deux premières de James Cook (1768-1771 et 1772-1773) – ont considérablement enrichi les connaissances, notamment sur l’océan Pacifique. Quelque peu encrassés et endommagés par divers accidents, les globes ont été entièrement restaurés par les ateliers de la BnF sous la responsabilité d’Alain Roger. Catherine Hofmann© BnF/Dépt Cartes et plans



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :