Chroniques n°47 jan/fév 2009
Chroniques n°47 jan/fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°47 de jan/fév 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : La conservation et la numérisation de la presse

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Expositions > Visites guidées, parcours autonomes, ateliers en direction des classes du primaire et du collège, formations pour les enseignants, l’exposition Babar, Harry Potter et Compagnie. Livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, suscite un vaste dispositif d’accompagnement pédagogique. Des classes à la rencontre de Babar, Harry Potter et Compagnie 12 - Chroniques de la BnF - n°47 C’est autour de la rencontre entre deux personnages choisis au hasard dans la grande farandole de ces compagnons de l’enfance – de Babar à Bambi, en passant par Michka, Alice, Fifi Brindacier, Rahan, Titeuf, et bien d’autres – que s’organisent les visites-ateliers. Libre aux enfants de se rêver héros à leur tour, d’inventer des histoires, des dialogues, ou des décors, de dessiner la couverture du livre qu’ils inventent et de devenir ainsi créateurs. Favoriser l’éveil des enfants à l’univers du livre Présenter un panorama du livre pour enfants en France depuis le XVII e siècle jusqu’à nos jours est le premier propos de l’exposition. Grands et petits pourront ainsi retrouver leurs émotions d’enfance tout en découvrant des richesses méconnues ou oubliées à travers un cheminement construit autour de héros qui ont traversé les générations. Public privilégié, les enfants y trouvent des vitrines et des bornes audiovisuelles à leur hauteur, des espaces de lecture et un parcours spécifique qui leur est destiné. Dans ce cadre, l’action pédagogique propose pour les classes et leurs enseignants une approche originale qui favorise l’éveil des enfants à l’univers du livre. Caroline Doridot, chargée d’animer ces visites, constate que « les enfants n’ont pas tous la même approche du livre. Chez certains, la culture est majoritairement audiovisuelle. Rendre l’exposition attractive, c’est aussi adapter le discours selon les classes et savoir raconter, fédérer l’attention autour du livre et de l’écrit à partir de personnages que les enfants connaissent ». Des lectures à voix haute émaillent ces visites, conçues pour capter l’attention par l’émotion. « Les enfants aiment qu’on leur raconte des histoires. C’est un moment privilégié qui ressemble à la lecture du soir, assez libre. Il nous arrive de prendre des toutpetits sur les genoux pour partager ce moment de lecture. » Des ateliers stimulant la créativité Pour les classes de primaires du CP au CE2, des ateliers prolongent la visite de l’exposition : les élèves y reçoivent une histoire écrite dans un livre insolite qui aura parfois la forme d’un cœur, d’une étoile, d’une montagne… Amour, rêve, effroi, la forme du livre raconte elle aussi l’histoire, ou plutôt des bribes de l’histoire. Le texte est troué et les élèves doi- vent remplir les espaces laissés libres et animer selon leur inspiration les personnages en inventant aventures et rencontres. Les enfants sont ensuite invités à créer la couverture de leur livre et repartent avec ce souvenir de leur venue à la Bibliothèque. Un deuxième atelier intitulé le « petit théâtre du choixpeau » invite les élèves du CE1 au CM2 à un travail d’improvisation : ils piochent deux personnages, un lieu, une émotion et la première phrase de leur histoire. Le petit théâtre les attend ensuite pour mettre en scène les aventures de leurs personnages. Place est alors laissée à l’improvisation verbale, au dialogue entre des héros différents dont les mondes s’opposent parfois. Caroline Doridot précise que « ces mini théâtres sont une nouveauté. Ils ont été fabriqués par les menuisiers de la Bibliothèque. Ils permettent aux enfants de mettre en scène les personnages, de leur faire jouer un rôle, d’imaginer les décors. » Les collégiens ne sont pas en reste : un travail d’écriture théâtrale leur est proposé selon le même principe. Un deuxième atelier, « Le cercle du héros inconnu », met l’accent sur l’argumentation orale : les collégiens incarnent un
personnage à l’aide d’une fiche signalétique et d’objets emblématiques. Puis, en cercle autour d’un « journaliste » (l’animateur), ils sont invités à répondre à ses questions et à échanger leurs points de vue. Un héros inconnu se glissera parmi eux, qu’il faudra bien sûr démasquer. Cette exposition et les activités proposées autour d’elle offrent ainsi à l’action éducative un bel outil pour sensibiliser les jeunes générations au monde du livre. Sandrine Le Dallic inscription et réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 L’exposition et sa farandole de personnages. ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES Pour les classes : visites guidées mardi, mercredi, jeudi, vendredi à 10h et 11h30 | Ateliers pour les élèves mardi, jeudi, vendredi : pour les primaires de 14h à 16h et pour les collèges de 14h à 17h Pour les enseignants : visites guidées mercredi à 14h30, réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 Visites libres gratuites pour les classes accompagnées de leurs enseignants : réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 Informations sur les activités proposées aux enseignants et à leurs classes : 01 53 79 41 00, action.pedagogique@bnf.fr © D.P Carr/BnF ©C.HELIE/Gallimard/Opale Créateur du blog La République des livres, créé en 2004 et l’un des plus fréquentés des blogs littéraires avec 7000 consultations par jour, Pierre Assouline, journaliste écrivain, a été l’un des premiers contributeurs du blog récemment ouvert par la BnF. Que pensez-vous de cette initiative de la BnF ? Pierre Assouline : C’est une bonne idée de faire parler de la littérature et des lectures de jeunesse ; c’est de toutes façons une expérience intéressante, et l'étiquette BnF va attirer un certain lectorat. Cela dit, le mot blog n’est pas un mot magique et tout dépend de la façon dont il est tenu, alimenté, animé dans la durée. En quoi le blog est-il comme vous l’écrivez, un « nouvel âge de la conversation » ? P.A. : La conversation a été un art de vivre en France au XVII e et surtout au XVIII e siècle, qui fut son âge d’or : cette forme de sociabilité qui fut appelée plus tard les « salons littéraires » était considérée comme une institution. Cet art s’est ensuite figé au cours du XIX e siècle, et a connu une forme de renaissance à la télévision avec l’émission littéraire Apostrophes de Bernard Pivot puis de façon différente dans les talk-shows. Aujourd’hui, ce n’est plus à la télévision ni dans les revues littéraires que se fait la conversation et que se tient le débat d’idées, mais sur Internet. La Toile permet des échanges multiples et d’une diversité incomparable : un blog, c’est souvent une centaine d’individus de tous les horizons, de tous les âges et de tous les pays qui commentent, discutent, polémiquent. C’est une évidence pour moi qui entretient cette conversation depuis quatre ans sur mon blog. C’est ainsi que j’ai pu sélectionner parmi les quelque 160000 articles et commentaires déposés sur La République des livres environ 600 billets qui donnent une idée de la qualité, de l’originalité, de l’humour des débats. La dimension d’appartenance à un groupe, à un réseau est-elle importante ? P.A. : Converser, c’est aussi une façon d’être ensemble. Le blog est animé d’un sentiment de convivialité hérité du banquet philosophique. Il crée une vraie communauté : les gens se retrouvent pour commenter l’actualité des livres ; l’éventail des sujets et des thèmes est très vaste, et on y participe pour parler, échanger, donner son point de vue et écouter celui des autres. La dimension de partage, d’informations, de références, de La BnF entre dans la blogosphère livres, de traductions, est très forte. Cette communauté virtuelle se prolonge même parfois par des rencontres dans la vie réelle. Qu’apporte ce blog à l’écrivain que vous êtes ? P.A. : C’est une source permanente d’enrichissement, même s’il me prend aussi du temps bien sûr. La République des livres est composée de deux volets : l’un de critique littéraire, l’autre d’information – je diffuse une information que je commente et mets en perspective. Toutes les lectures que je fais pour le blog m’apportent beaucoup, ainsi que les réactions de ceux que j’appelle les « intervenautes », leurs critiques, commentaires, interpellations qui souvent m’ouvrent des pistes de recherche ou des sujets de réflexion. Propos recueillis par Sylvie Lisiecki Pour en savoir plus : Brèves de Blogs. Le nouvel âge de la conversation, Pierre Assouline, éditions les Arènes, 2008. passouline.blog.lemonde.fr ON EN PARLE SUR LE BLOG L’exposition Babar, Harry Potter et Compagnie a été l’occasion pour la BnF de se lancer dans la blogosphère en ouvrant un premier blog sur la littérature de jeunesse. Ce blog est un lieu d’échange où chacun peut déposer un billet sur les héros de ses lectures d’enfance, raconter un souvenir, donner son point de vue, critiquer et débattre. Il est ouvert à tous, aux juniors comme aux seniors, sans aucune limite d’âge, bref à tous les enfants que nous sommes restés. Venez nous rejoindre sur blog.bnf.frn Chroniques de la BnF - n°47 - 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :