Chroniques n°46 nov/déc 2008
Chroniques n°46 nov/déc 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de nov/déc 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Seventies, le choc de la photographie américaine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28  |  Aller à la page   OK
28
Focus > La couleur retrouvée du salon de musique de l’Arsenal La Bibliothèque de l’Arsenal, ce n’est pas seulement une salle de lecture, un million de livres imprimés, un fonds précieux de manuscrits, des archives inattendues comme celles de la Bastille, ou encore des estampes ; c’est aussi un monument historique méconnu. 28 - Chroniques de la BnF - n°46 L’ancienne résidence des grands maîtres de l’artillerie a en effet conservé une part non négligeable de ses décors historiques. Et si l’appartement du maréchal de La Meilleraye bénéficie déjà d’une certaine notoriété, il faut également compter maintenant © David Paul Carr/BnF au nombre de ces trésors le salon de musique. Cette salle est située au premier étage de l’hôtel particulier construit dans la première moitié du XVIII e siècle par l’architecte Boffrand pour le duc du Maine, le fils légitimé de Louis XIV et de madame de Montespan, qui fut le dernier à porter le titre de grand maître de l’artillerie. Le salon, qui doit son nom aux attributs musicaux ornant sa partie haute et sa corniche, avait perdu depuis de très nombreuses années sa splendeur d’origine. Ses murs étaient recouverts d’une épaisse couche de peinture grise qui dissimulait la finesse des boiseries. Le temps avait terni les peintures en grisaille représentant les quatre saisons et reproduisant les basreliefs sculptés par Edme Bouchardon pour la fontaine des Quatre Saisons de la rue de Grenelle à Paris. Grâce à l’action du World Monuments Fund, organisation privée fondée en 1965, dont le siège se trouve à New York, et qui se consacre à la restauration de monuments sur l’ensemble de la planète, le Salon de musique vient d’être restauré, sous l’impulsion aussi compétente qu’acharnée de Bertrand du Vignaud, son président pour l’Europe. Des sondages préalables permettaient d’espérer retrouver les couleurs d’origine. Le résultat dépasse les espérances. Les panneaux ont été soigneusement démontés, ce qui a permis de retrouver sur la pierre des murs un ensemble très pittoresque de graffitis anciens et les dessins préparatoires. Ils ont été ensuite soigneusement décapés. La peinture d’origine est alors réapparue, miraculeusement pourrait-on croire, en fait grâce aux soins des peintres restaurateurs. La couleur retrouvée est violine et vert céladon, changeant radicalement l’aspect de la pièce. Deux grands miroirs sont venus s’ajouter aux deux qui subsistaient. Les quatre grisailles ont été restaurées, tout comme la cheminée avec sa splendide plaque représentant Hercule filant la laine. Inauguré le 2 octobre 2008, meublé avec les chaises et les fauteuils qui l’ornaient déjà au XVIII e siècle, le salon de musique compte désormais parmi les plus beaux décors parisiens de cette époque. Il sera évidemment inclus dans le circuit des visites de la bibliothèque. L’ensemble de ces travaux a été réalisé sous la conduite de Jean-François Lagneau, architecte en chef des monuments historiques. Leur coût, d’un montant de quatre cent mille euros, a été financé par deux des principaux mécènes du WMF : Mr Robert Wilson et l’International Music and Art. Bruno Blasselle



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :