Chroniques n°45 sep/oct 2008
Chroniques n°45 sep/oct 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de sep/oct 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : Expositions Babar, Harry Potter, Gaston Leroux

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Expositions > De Rouletabille à Chéri-Bibi, les deux vies de Gaston Leroux Une exposition de la BnF retrace l’itinéraire de l’écrivain, de ses débuts comme chroniqueur judiciaire à la fortune du romancier populaire. 10 - Chroniques de la BnF - n°45 pied, mettant en œuvre toutes les ressources dont son imagination et son sens de l’observation étaient capables. L’exposition organisée par la BnF, à l’occasion du don des archives de Gaston Leroux par ses héritiers, éclaire les grands moments de ce parcours : manuscrits, photographies, affiches, éditions illustrées, unes de journaux de l’époque, révèlent les aspects les plus connus de l’œuvre du romancier à la lumière des épisodes, tombés dans un oubli immérité, d’une carrière journalistique palpitante. La chronique judiciaire C’est dans le contexte des attentats anarchistes qui frappent la France dans les années 1890 que Gaston Leroux fait ses débuts de chroniqueur judiciaire. De janvier à août 1894, il couvre les procès de Vaillant, Léauthier, Henry et Caserio. Ses articles se font l’écho du mélange de fascination et d’horreur que les anarchistes éveillent dans la société. Sous sa LES PRÊTS DE LA BNF : EXPOSITIONS HORS LES MURS Couverture illustrée du Mystère de la chambre jaune, par Gaston Leroux, éd. Pierre Lafitte, 1908. Depuis 1907, un certain Rouletabille fait parler de lui. En « prenant la raison par le bon bout » pour résoudre Le Mystère de la chambre jaune, en démasquant le bandit Larsan dans Le Parfum de la dame en noir – on célèbre cette année le centième anniversaire de sa parution – le reporter-détective est devenu une célébrité dont le cinéma et la télévision se sont emparés à leur tour. Ce héros de la culture populaire, dont le nom a parfois éclipsé celui de son créateur, est né de la fantaisie et de la verve créatrice d’un écrivain, Gaston Leroux (1868-1927), qui, dans la foulée, a inventé deux autres figures promises à l’im - mortalité : Erik, le fantôme de l’Opéra, et le bagnard Chéri-Bibi. C’est beaucoup pour un seul homme. Or, justement, la vie de Gaston Leroux, journaliste et romancier à succès, n’a pas été de tout repos : d’abord chroniqueur judiciaire et grand reporter, puis feuilletoniste et scénariste, il n’a cessé de travailler d’arracheplume de journaliste, ces figures de criminels annoncent aussi celles des personnages de parias qui peupleront ses romans. En 1899, la révision du procès de Dreyfus sera le second temps fort pour le chroniqueur judiciaire Gaston Leroux. En effet, le 3juin de cette année, Dreyfus est renvoyé devant le conseil de guerre de Rennes. Gaston Leroux, envoyé spécial du Matin, prend alors le pouls de l’Histoire: « Cette minute qui datera dans l’histoire de la justice et que les écoliers ne devront pas plus ignorer que la date de la bataille d’Actium ou celle du couronnement de Charlemagne, la France l’attend, et celui qui gîte à l’île du Diable, depuis le supplice de la dégradation, l’espère dans un désespoir sans bornes. » Le grand reportage La deuxième partie de la carrière journalistique de Leroux est consacrée au grand reportage. En 1902, l’explorateur suédois Nordenskjöld part en expédition au pôle Sud. En février 1903, son navire, GASTON LEROUX, DE ROULETABILLE À CHÉRI-BIBI 7 octobre 2008 – 4 janvier 2009 Site François-Mitterrand – Galerie François-1 er Dans sa démarche d’ouverture à un plus large public, la BnF poursuit sa politique de prêts à des expositions extérieures. Cette action se renforce parfois par des partenariats, noués en France et à l’étranger, et donnant lieu à d’importantes manifestations. Images de la musique française de piano (1871-1940) Le musée des Beaux-Arts d’Orléans présente à partir du mois d’octobre 2008 une exposition qui retrace la brillante histoire de l’école française de piano sous la Troisième République. Réunis autour du piano, musiciens, interprètes, compositeurs, peintres, sculpteurs et graveurs se sont rencontrés, accompagnés, interpellés et répondu tout au long de cette période faste. Les compositeurs renouvellent alors complètement l’écriture pour piano en même temps qu’un style nouveau d’interprétation pianistique, le « jeu français », apparaît en réaction contre les excès d’effusions romantiques et les démonstrations de virtuosité alors en vogue. Pour évoquer cette période, de nombreux dessins, peintures, photographies, partitions et documents divers seront présentés, dont près d’une centaine issus des collections de la Bibliothèque nationale de France (département de la Musique essentiellement, mais aussi département des Estampes et bibliothèque-musée de l’Opéra). Du 16 octobre 2008 au 18 janvier 2009 Musée des Beaux-Arts – Orléans Le roi Arthur, une légende en devenir, à Rennes Considérée comme l’un des plus importants thèmes littéraires et artistiques en Europe, la légende arthurienne a connu un succès qui ne s’est jamais épuisé. Les exploits prodigieux, les conquêtes amoureuses et la quête du Graal fascinent toujours l’imaginaire populaire, les historiens ou les simples curieux. En Bretagne, l’ombre du roi Arthur plane depuis des siècles sur la forêt de Brocéliande, et son destin continue d’inspirer la création contemporaine, au cinéma, à la télévision ou dans la littérature de jeunesse. L’exposition des Champs libres explore la vie du roi Arthur, clé de voûte d’une construction littéraire hors norme où se mêlent le merveilleux, l’amour et la guerre. Au-delà du récit historique, elle croise les sources anciennes et les adaptations contemporaines pour évoquer la naissance et le devenir d’une légende et
l’universalité du mythe. Le parcours de l’exposition présente plus de 200 œuvres liées aux aventures du roi et de ses chevaliers. De nombreux documents historiques et iconographiques (manuscrits et livres précieux, tableaux, objets d’art, affiches de film…) illustrent le rayonnement culturel des légendes arthuriennes. Parmi eux figurent l’un des plus anciens manuscrits enluminés des romans de la Table ronde, conservé à la bibliothèque de Rennes, ainsi que 18 manuscrits de grande valeur prêtés par la BnF. Celle-ci a conçu également certains produits multimédia. Un partenariat réunit la bibliothèque de Rennes métropole, la Bibliothèque nationale de France et À gauche : dessin de Paul Verlaine, La musique adoucit les mœurs (Rimbaud au piano), XIX e siècle. BnF/Estampes. Ci-contre : Lancelot (secourant Guenièvre), vers 1274. BnF/Manuscrits © ◊Coll. part, cliché Bertrand Huet l’Antarctic, fait naufrage. À l’annonce du retour de l’expédition, Gaston Leroux décide de se porter à la rencontre des rescapés pour décrocher un scoop. Il partage ainsi une partie de leur voyage de retour : le télégraphe sans fil à bord du navire lui permet de faire bénéficier les lecteurs du Matin de la primeur d’un reportage en direct. Mais c’est la Russie qui sera la grande destination du reporter. Gaston Leroux y effectue trois séjours à partir de 1897. Le dernier, le plus long, aura lieu en pleine agitation révolutionnaire, de mars1905 à mai1906. Les chroniques qu’il écrit alors constituent un témoignage historique passionnant: d’abord sans sympathie pour les révolutionnaires, Leroux se montre de plus en plus révolté par la dureté du régime tsariste. La répression sanglante de la grève d’octobre 1905 l’amène enfin à intégrer le prolétariat dans son analyse politique. Du journalisme au roman À partir de 1907, le journalisme passe à l’arrière-plan de la vie professionnelle de Gaston Leroux, qui se consacre à son œuvre littéraire. Ses romans paraissent d’abord en feuilleton dans la presse, puis en librairie chez Pierre Lafitte ou Fayard dans des collections de poche aux couvertures abondamment illustrées. Pour la première fois, un ensemble remarquable de neuf maquettes originales réalisées la médiathèque de l’agglomération troyenne autour de trois expositions successives sur le cycle arthurien. L’exposition « La légende du roi Arthur » sera présentée à la BnF à partir d’octobre 2009. Pour en savoir plus : http:Ilexpositions.bnf.fr/arthur Du 15 juillet 2008 au 4 janvier 2009 Les Champs libres – Rennes Et aussi… à Paris : Andrea Mantegna et la France, du 22 septembre 2008 au 5 janvier 2009, musée du Louvre – Paris Les Misérables, un roman inconnu, du 18 mars au 20 octobre 2008, musée national de la Marine (Palais de Chaillot) – Paris pour certaines de ces couvertures et récemment retrouvées sera d’ailleurs présenté au public. Gaston Leroux va ainsi explorer tous les genres, policier, science-fiction, fantastique, de la littérature populaire, en plein essor depuis la deuxième moitié du XIX e siècle… Il en produira aussi certains des chefs-d’œuvre. En 1907 paraît Le Mystère de la chambre jaune, roman qui ouvre la série des aventures de Rouletabille, dont le héros est reporter au journal L’Époque. Son talent de détective amateur se déploiera au gré d’un cycle de neuf aventures, jusqu’en 1922. Le succès, immédiat, sera confirmé par les nombreuses adaptations, notamment au cinéma, qui feront de Rouletabille l’une des figures les plus populaires du détective. Avec Chéri-Bibi, créé en 1913, Gaston Leroux réinvente la figure du bagnard victime de la fatalité qui le poursuit et qui l’oblige à tuer. Paru tout d’abord en feuilleton dans Le Matin, puis en volumes, Chéri-Bibi, personnage à michemin de la grandeur et de la misère, sera le héros d’un cycle d’aventures très mélodramatiques. La Nouvelle Aurore, film à épisodes écrit pour René Navarre, fondateur de la Société des cinéromans, donnera son visage cinématographique au personnage. Guillaume Fau La France regarde le Japon, du 15 octobre au 30 décembre 2008, musée d’Orsay – Paris Bonaparte et l’Égypte, ombres et lumières Du 13 octobre 2008 au 12 janvier 2009, Institut du monde arabe – Paris En région : Les Très Riches Heures de Champagne, du 2 septembre au 1 er novembre 2008, bibliothèque Carnegie – Reims À l’étranger : Notation, du 20 septembre au 16 novembre 2008, Akademie der Künste – Berlin Spectacle du pouvoir – Rituels dans l’Europe ancienne, de 800 à 1800, du 20 septembre 2008 au 4 janvier 2009, musée d’Histoire culturelle – Magdebourg Matisse : Menschen, Masken, Modelle, du 27 septembre 2008 au 11 janvier 2009, Staatsgalerie – Stuttgart Pays du rêve, voyages d’artistes, du 27 septembre 2008 au 11 janvier 2009, Landesmuseum für Kunst – und Kulturgeschichte – Münster Degas, mas alla de la pintura, du 8 octobre 2008 au 6 janvier 2009, Fundacion MAPFRE – Madrid Chroniques de la BnF - n°45 - 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :