Chroniques n°44 été 2008
Chroniques n°44 été 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de été 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : L'estampe moderne et contemporaine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Dossier > Chroniques Comment les estampes entrent-elles dans les collections de la BnF ? Marie-Cécile Miessner : Essentiellement par le dépôt légal. Institué en 1537 pour les imprimés, il a été étendu à l’estampe et à l’image dès 1642. À l’époque, on y voyait une source d’enrichissement ainsi qu’un moyen de contrôle de la production imprimée. Au cours du temps, le dépôt légal a intégré toutes les nouvelles techniques de multiplication des images. Ce cadre législatif représente une manne pour la constitution des fonds et singulièrement pour l’estampe contemporaine. Près de 2000 estampes intègrent nos collections chaque année dont 75% grâce au dépôt légal, le reste y accédant par don ou par acquisition. Nous devons à Françoise Woimant la création de ce service en 1965. Céline Chicha : Les dons sont souvent faits à l’occasion d’expositions. Les grandes expositions organisées depuis quelques années autour des maîtres de l’estampe contemporaine (Tàpies, Geneviève Asse, Soulages, Alechinsky, et cette année Zao Wou-Ki) ont permis aux artistes de compléter leur œuvre, par des estampes qui n’avaient pas été déposées à l’époque de leur production ou qui, parce qu’éditées à l’étranger, ne relevaient pas du dépôt légal. Les dons émanent également d’artistes étrangers. Ainsi, il y a deux ans, l’artiste américain d’origine irlandaise, Sean Scully, a fait don de l’ensemble de sa production gravée à la Bibliothèque. Une exposition a été organisée pour lui rendre hommage. Quelles sont les modalités du dépôt légal des estampes ? M-CM : Le dépôt légal concerne toutes les estampes imprimées et éditées en France, aussi bien par des artistes français qu’étrangers. Il incombe à l’imprimeur ou à l’éditeur et à l’artiste lorsqu’il s’auto-édite. Les dépôts sont demandés hors numérotation. Il est très rare que le dépôt se fasse spontanément. Nous devons mener des démar ches auprès des ateliers, des éditeurs et des artistes qui, en général, acceptent volontiers de déposer lorsqu’ils sont 6 - Chroniques de la BnF - n°44 Joan Miró, La Grande Écaillère, 1975. Lithographie. BnF/Estampes et photographie. © ADAGP 2008.
QU’EST-CE QU’UNE ESTAMPE ? Une estampe est une image multipliable à l’identique à partir d’un élément d’impression, ou matrice, planche de bois ou plaque de métal gravée qui, encrée, transfère, lors de son passage sous une presse, sa charge d’encre sur une feuille de papier. (Anatomie de la couleur, sous la direction de F. Rodari, 1996). sollicités par la Bibliothèque, dont ils connaissent les compétences en matière de conservation, de restauration et d’archivage. À la différence des musées, dont les politiques sont plus sélectives, nous rassemblons une collection qui reflète les tendances et les goûts de l’époque, toutes techniques confondues. Depuis le début des années 1970, le service de l’estampe contemporaine se consacre aussi à la collecte des livres d’artistes, ces livres qui ne portent sur leur page de titre que le nom d’un artiste plasticien, Gette, Le Gac, Closky ou Boltanski, parmi d’autres. Cent cinquante à deux cents livres en moyenne entrent chaque année dans la collection, qui regroupe plus de 4 000 pièces. Ni livre-objet, ni livre unique, le livre d’artiste se distingue du livre illustré, qui repose tantôt sur une création littéraire tantôt sur le texte d’un écrivain, et trouve place à la Réserve des livres rares. CC : Dans la pratique, le dépôt légal des estampes n’a rien d’une formalité administrative : nous recevons les artistes ou nous nous rendons dans leur atelier à l’occasion du dépôt de leurs œuvres. Ces rencontres permettent d’obtenir des informations qui servent à alimenter les archives de notre service. Nous collectons également, à cette occasion, de la documentation (catalogues d’exposition, plaquettes, articles, etc.) qui sont fort utiles et que nous sommes, le plus souvent, les seuls à conserver pour un aussi grand nombre d’artistes. Vous effectuez aussi tout un travail de veille et de prospection… M-CM : Pour constituer des collections de qualité, nous devons en parallèle rechercher les artistes les plus importants et veiller à ce qu’ils nous confient des exemplaires de leurs œuvres. Nous suivons de près l’art contemporain en prospectant dans les galeries, les expositions, les foires et les salons en France et à l’étranger. C’est le seul moyen de déceler un talent dans la nébuleuse de l’art contemporain, même si les manifestations dédiées à ce médium sont rares. Philippe Favier, Caroube et Carraghenate, 1985. Eau-forte. BnF/Estampes et photographie. © ADAGP 2008. Le public doit trouver dans nos fonds un ensemble significatif de la production globale du plus grand nombre d’artistes. En revanche, nous recherchons l’exhaustivité pour les artistes majeurs. CC : Nos acquisitions concernent des œuvres ne relevant pas du dépôt légal (dessins préparatoires, états intermédiaires, épreuves uniques) et portent également sur l’estampe étrangère. Le travail de veille se tourne aussi vers l’estampe moderne. Nous dépouillons les catalogues de ventes et de marchands, ce qui nous permet d’envisager l’acquisition Les Nouvelles de l’estampe La revue Les Nouvelles de l’estampe, du Comité national de la gravure française, fondée en 1963 par Jean Adhémar, est publiée par le département des Estampes de la BnF. Seule publication de langue française à défendre l’estampe sous toutes ses formes et à renseigner sur les manifestations consacrées à cet art, la revue, bimestrielle, propose des articles de fond qui abordent tous les aspects de l’histoire de l’estampe, mais aussi ses évolutions et celles de ses pratiques. On y trouve des dossiers sur les artistes, des entretiens très illustrés et, une fois par an, le compte rendu des enrichissements dans le domaine contemporain, estampes et livres d’artistes. www.nouvellesdelestampe.fr Chroniques de la BnF - n°44 - 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :