Chroniques n°43 mar/avr 2008
Chroniques n°43 mar/avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°43 de mar/avr 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Bibliothèque nationale de France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : L'accompagnement des jeunes vers les collections

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
En bref > Salon du livre Le 28 e Salon du livre, dont Israël est l’invité d’honneur se tient du 14 au 19 mars 2008, Porte de Versailles. La BnF y est présente, comme chaque année, au côté des autres grands établissements culturels. Les visiteurs peuvent y découvrir l’offre éditoriale de l’établissement ainsi que celle de la Joie par les Livres, dont les équipes et les activités sont intégrées à celles de la BnF depuis le début de l’année 2008. Un espace multimédia permet la consultation de l’offre numérique proposée sur le site bnf.fr: Gallica 2, les catalogues, l’offre culturelle : expositions virtuelles et dossiers pédagogiques, les services proposés aux professionnels. Des personnels de la Bibliothèque sont constamment à la disposition des visiteurs pour leur présenter cette offre et les guider dans leur navigation. Un test original d’offre éditoriale en ligne mené sous l’égide du Syndicat national de l’édition (SNE) avec le concours de quelques éditeurs est également proposé aux visiteurs (cf.P.13). Association des amis de la Bibliothèque nationale de France L’association a pour mission d’enrichir les collections de la BnF et d’en favoriser le rayonnement. De nombreux avantages sont accordés aux adhérents. Informations: comptoir d’accueil, site François-Mitterrand, hall Est Tél.: 01 53 79 82 64 www.amisbnf.orgn 4 - Chroniques de la BnF - n°43 Goya graveur Le Petit Palais présente une exposition consacrée à Goya graveur. L’évolution de son œuvre, depuis ses premiers essais de gravure, en 1778, jusqu’aux lithographies réalisées à la fin de sa vie, à Bordeaux, y est retracée autour des séries phares des Caprices (1797-1799), des Désastres de la guerre (1810-1820) de la Tauromachie (1815-1816) et des Disparates (1816-1823). Plusieurs épreuves d’état éclairent les étapes successives du travail de l’aquafortiste alors que la confrontation entre les épreuves éditées de son vivant et À la suite de la nomination de Jacqueline Sanson à la direction générale de la BnF par le président Bruno Racine en novembre 2007, une nouvelle organisation a été mise en place avec la nomination de trois directeurs généraux adjoints aux compétences transversales. Arnaud Beaufort, directeur des services et des les éditions posthumes permet de mesurer la différence entre les tirages supervisés par l’artiste et les autres. Évoquant les influences dont Goya a bénéficié, l’exposition prolonge son propos jusqu’à la réception et la fortune de son œuvre gravé au XIX e siècle. Aux deux cent-dix oeuvres du maître espagnol s’ajoutent ainsi plus de soixante-dix dessins et gravures d’artistes qui, comme Delacroix, Manet et Redon, ont été marqués par son influence. Conçue à partir des collections parisiennes, principalement des fonds du Petit Palais (collection Francisco de Goya, Le Colosse, 1808. BnF/Estampes et photographie Nouvelle organisation de la direction de la BnF Dutuit) et de l’Institut national d’histoire de l’art (collection Jacques Doucet), l’exposition bénéficie de la collaboration de la BnF par le prêt d’une cinquantaine de pièces et par une contribution au catalogue retraçant l’histoire de la constitution de l’œuvre de Goya au Cabinet des estampes au XIX e siècle. Le recueil des quatrevingts planches des Caprices de la collection du baron Vivant Denon, acquis en 1827 à sa vente après décès, a formé le noyau initial de la collection que de nombreux artistes de la génération romantique ont pu consulter. Quarante planches de ces belles épreuves de la première édition de 1799 des Caprices sont présentées dans l’exposition. Outre ce fleuron du département des Estampes et de la photographie, d’autres pièces issues de ses collections sont présentes sur les cimaises du Petit Palais parmi lesquelles la première eau-forte connue de Goya, ses premiers essais de lithographies ou encore l’une des rarissimes épreuves du Colosse, acquise en 1869 par la Bibliothèque nationale. Valérie Sueur-Hermel Du 13 mars au 8 juin 2007 Paris. Petit Palais, musée des Beaux- Arts de la Ville de Paris réseaux, Denis Bruckmann, directeur des collections et Valérie Vesque-Jeancard, directeur de l’administration et du personnel, ont été nommés directeurs généraux adjoints. Le nouvel organigramme de la BnF est consultable sur : www.bnf.frn
Dossier > Si l’offre éducative de la BnF concernait à ses débuts de manière privilégiée les lycéens, elle s’est, depuis l’exposition Bestiaire médiéval (11octobre 2005-8 janvier 2006) largement ouverte aux publics enfants. Aujourd’hui, la Bibliothèque souhaite intensifier encore cette offre, parce qu’elle fait le constat d’une forte attente, aussi bien du milieu scolaire que des structures périscolaires ou des familles. Chemin faisant, il est avéré que les nouvelles formes de médiation inventées pour les plus jeunes, et détaillées dans le présent dossier, permettent de poser les bases d’une politique éducative plus large, à destination de tous les nouveaux publics de la Bibliothèque. Visite de la Bibliothèque commentée par les Dames de la Bibliothèque pour les élèves du primaire. L’accompagnement des jeunes vers les collections Quoi de neuf à la BnF L’établissement connaît aujourd’hui un changement profond de son rapport au public. Conçue à l’origine comme bibliothèque de dernier recours, devant se protéger d’un trop large public, la BnF est désormais, en tant que bibliothèque numérique de très grande ampleur, en mesure d’offrir de très nombreux contenus. À la mesure de ce bouleversement, son public a changé, tant en ligne que sur place, tant qualitativement que quantitativement. La Bibliothèque souhaite aller encore plus loin dans la diversification de ses publics. Elle est ainsi conduite à se poser des questions de médiatisation, d’accès démocratique au savoir, d’augmentation de l’audience de son offre, qu’elle n’avait pas jusqu’alors l’occasion de se poser. Or, c’est évidemment avec le public le plus jeune ou avec celui qui est sociologiquement le plus éloigné des pratiques de bibliothèque, que l’effort de médiatisation doit être le plus important. C’est un défi passionnant. L’accompagnement vers les documents par une médiation, sur place telle que la pratique, à destination des enfants, dans le cadre du temps scolaire ou, pour une moindre part, en dehors, de celui-ci, le service de l’action pédagogique de la BnF est un des piliers de l’action de la Bibliothèque dans ce domaine. Le pari ainsi fait est de (re)nouer le lien avec le livre et l’écrit en en dévoilant la part de magie, en privilégiant dans un premier temps les approches sensibles de cet univers. Les récits d’expériences qui constituent ce dossier, la présentation de la future malle pédagogique sur le livre et l’écrit, témoignent de ces tentatives de frayer pour les plus petits de nouveaux chemins d’accès aux collections. Le multimédia, également, est riche de grandes potentialités. D’une part, parce qu’en tant que mode de structuration de l’accès au savoir, il est au cœur des enjeux soulevés par les nouvelles technologies. Dans une période historique qui bouleverse profondément ces accès au savoir, la BnF a un rôle majeur à jouer pour proposer de nouvelles pratiques culturelles permettant de construire du sens face au flux sans fin de textes, d’images et de sons disponibles désormais sur Internet. Elle doit le faire aussi sur le terrain même où ce flux grossit. D’autre part, parce que le multimédia permet d’explorer de manière interactive des documents, de les confronter les uns aux autres, d’enrichir cette offre documentaire par les commentaires des conservateurs, les regards croisés de la recherche. Il permet par ailleurs de proposer à travers ces documents des navigations personnelles selon les publics, les âges, les niveaux, les disciplines, et par là même, il donne les perspectives d’un possible développement des propositions pédagogiques à des publics diversifiés. Ce dossier permet de montrer toute la richesse des enjeux d’une politique de médiation renouvelée et soucieuse des plus jeunes générations. Thierry Grillet et Cécile Portier Chroniques de la BnF - n°43 - 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :