Choiseul Magazine n°8 sep à déc 2019
Choiseul Magazine n°8 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de sep à déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 32,9 Mo

  • Dans ce numéro : focus sur les nouveaux classements Choiseul.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Carlo Purassanta est Président de Microsoft France depuis septembre 2017. Il dirigeait auparavant Microsoft Italy depuis janvier 2013 et il était également partie prenante de l’écosystème numérique italien, occupant diverses responsabilités au sein de Confindustria Digitale, de la chambre de commerce américaine en Italie ou encore de l’école de commerce du Politecnico di Milano. Francophile et francophone, Carlo Purassanta a été, de 2011 à 2013, Directeur de l’entité Services de Microsoft France. Carlo Purassanta est ingénieur, diplômé du Politecnico di Milano et titulaire d’un MBA de Henley Business School. Faire de l’Europe le fer de lance de l’innovation pour un monde 22 souhaitable Pendant deux siècles, et traversant trois révolutions industrielles, celle de la vapeur, celle de l’électricité et celle de l’automatisation des processus, l’Europe était devant. Elle faisait la course en tête dans la fabrication et commercialisation de produits physiques, qui constituaient le cœur de l’économie mondiale. Aujourd’hui, l’Europe se voit dépassée. Les business model reposent de plus en plus sur « l’économie de l’immatériel »  : la capacité à innover, le design, la production d’idées et de propriété intellectuelle et, bien sûr, l’émergence foudroyante des intelligences numériques extraites des données. À ce jour, l’Europe n’a pas su embrasser cette nouvelle révolution industrielle avec l’engagement et la rapidité nécessaires. Ces derniers mois, la France a été frappée par d’extrêmes tensions sociales. Nous ressentons tous que cela est dû à une fracture croissante entre la confiance des uns et la défiance des autres et des visions d’avenir résolument divergentes. Certainement, le rythme de transformation économique et sociale de notre société augmente la sensation de marginalisation de certaines parties de la population. Les évolutions de la technologie constituant l’un des principaux leviers de cette transformation, je considère que nous avons le devoir d’aider les français à imaginer le monde de demain, à la fois inclusif et synonyme d’épanouissement pour tous. Je suis italien, je travaille en France et je désire que l’Europe retrouve de sa superbe. Je suis intimement convaincu que nous avons la responsabilité de maîtriser les nouvelles technologies afin de créer des services éthiques et ouvrant les champs des possibles pour notre planète et le vivre ensemble. « Je considère que nous avons le devoir d’aider les Français à imaginer le monde de demain, à la fois inclusif et synonyme d’épanouissement pour tous.
L’Europe est une opportunité puissante de prospérité pour 500 millions de citoyens d’une grande diversité, pétris de valeurs fortes et forts d’un équilibre socio-économique sans précédent. L’Europe c’est aussi un projet ambitieux et complexe, qu’il faut continuer de faire grandir. Nous devons inventer nos propres modèles de croissance et les proposer au monde. Notre économie doit servir à cela. Notre politique doit servir à cela. Nous vivons une nouvelle transformation, l’« Intelligence Artificielle », assurons-nous que le chemin soit vertueux. Dans la tradition des Lumières, nos entreprises et institutions ont toujours réussi à se différencier à travers une conception bien précise de la responsabilité et une volonté de définir les règles du jeu et les standards souhaitables pour chaque individu. Le RGPD en est un exemple et connait un écho à travers le monde  : certains pays réfléchissent, en ce moment même, à l’adopter. Maintenant, il ne s’agit pas de créer uniquement des standards pour la protection des citoyens, mais bien d’imaginer des politiques industrielles, de financer des filières de recherche et de concevoir le développement d’écosystèmes, afin de créer les nouveaux standards pour l’expansion de notre influence économique dans le monde. Il ne tient qu’à nous de raisonner autour des innovations « possibles » pour un monde souhaitable. Notre mission  : faire de l’Europe le cœur mondial d’une innovation respectueuse de l’éthique, des droits et libertés de chacun, de l’environnement, synonyme de transparence afin d’évoluer dans ce nouveau monde que nous souhaitons tous voir naître. Carlo Purassanta était l'invité d'honneur du neuvième petit-déjeuner du Club Choiseul digital qui s'est tenu le 23 octobre 2018. 23 LA TRIBUNE DE CARLO PURASSANTA Vous vous dites surement « pourtant, Microsoft est une entreprise américaine ». C’est vrai. Mais nous n’avons rien à voir avec ces acteurs qui viennent proposer leurs innovations en opposition ou conflit avec les business model des entreprises européennes. Notre modèle est radicalement différent. Notre portefeuille de technologies et d’innovations est conçu pour aider ceux qui inventent les nouveaux standards  : pour une meilleure alimentation, une meilleure santé, une meilleure mobilité, etc. Notre mission est de permettre à chaque personne et à chaque organisation de réaliser ses ambitions. Nous souhaitons permettre aux innovations porteuses de sens pour la France, l’Europe et le monde, de trouver leur place. Notre rôle est celui d’un catalyseur, au centre d’un système de coopération complexe, qui tend à fluidifier les relations entre le médecin, l’agriculteur, le producteur et le distributeur, et offre ainsi une alimentation non seulement saine mais également bonne pour la santé. Avec, bien sûr, l’indispensable lutte contre le réchauffement climatique comme présupposé à toute innovation. Nous sommes différents car nous mettons à disposition des autres organisations les outils pour créer leurs conditions de succès. Avec les plateformes que nous construisons, nous permettons aux citoyens, aux entreprises et aux gouvernements, de faire mieux. Nous créons une dynamique de marché platformto platformpour permettre à des acteurs de s’unir et de mieux servir les citoyens et les consommateurs. Si je prends l’exemple des transports  : il s’agira de connecter les plateformes de données des grands constructeurs et des grands opérateurs de service pour une meilleure expérience de la mobilité au service de tous. Nous ne prendrons jamais la place de l’un de ces acteurs auprès de l’usager final. Catalyseur de l’innovation, nous jouons les traits d’union entre start-up, grands groupes, PME ou ETI d’une même filière et libérons leur potentiel créatif et de croissance au service de l’intérêt général. C’est toute la force des logiques écosystémiques que je souhaite voir s’appliquer au niveau européen pour encore plus d’impact. Mobilisons-nous pour faire de l’Europe le fer de lance de l’innovation pour un monde souhaitable. J’en appelle à toutes les entreprises françaises et européennes  : unissons nos forces pour donner à cette révolution numérique le sens qu’elle mérite. Dans ces transformations majeures, à nous de faire comprendre à chaque citoyen qu’il y a une place pour tout le monde, dès aujourd’hui, et qu’il y en aura tout autant pour ses enfants.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :