Choiseul Magazine n°8 sep à déc 2019
Choiseul Magazine n°8 sep à déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de sep à déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 32,9 Mo

  • Dans ce numéro : focus sur les nouveaux classements Choiseul.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Titulaire d’un diplôme de droit public, Laura Le Goff rejoint Vendée Expansion, société dont le principal actionnaire est le Conseil Départemental de la Vendée, comme Directrice juridique entre 2004 et 2016. Elle est nommée Directrice générale du Vendée Globe en mai 2016 à quelques jours du départ de la 8 ème édition. Laura Legoff est également lauréate du Choiseul Sport & Business. Institut Choiseul  : Le premier départ du Vendée Globe a été lancé en 1989. Depuis, « l’Everest des mers » est devenu l’une des courses à la voile les plus suivies. Comment organise-t-on un tel événement ? Quels en sont les principaux enjeux et défis ? Laura Legoff  : C’est Philippe Jeantot qui lança cette idée un peu folle pour l’époque – réaliser un Tour du monde en solitaire par les trois caps (Bonne Esperance, Leeuwin et Horn), mais sans escale et sans assistance ! Sans le savoir, il venait de LAURA LE GOFF 10 « La 8 ème édition a été un succès sportif et médiatique. Je peux déjà dire sans trop m'avancer que cette 9 ème édition se présente également plutôt bien ! poser les bases de cette épreuve aujourd’hui mythique. Évidemment au fur et à mesure des éditions, l’événement a évolué et son organisation s’est structurée même si son concept reste le même. D’un point de vue sécuritaire d’abord, afin d’éviter les drames des éditions passées, mais aussi avec l’avènement des images embarquées qui ont démultiplié la médiatisation et permis aux skippers de renforcer un peu plus la légende au gré d’aventures et d’exploits variés qui résonnent encore aujourd’hui. Par ailleurs et grâce à la volonté du Département de la Vendée, le Vendée Globe a pu maintenir un ancrage territorial fort, faisant des Sables d’Olonne son désormais célèbre port d’attache. En effet, c’est une société d’économie mixte, la « SAEM Vendée », dont l’actionnaire majoritaire est le Département de la Vendée qui organise l’événement depuis l’édition de 2004. Outre le Département, la ville des Sables d'Olonne, la Région des Pays de la Loire et 32 entreprises du monde économique vendéen composent l'actionnariat de la SAEM Vendée. Afin de répondre à notre principal objectif de conserver notre place d’événement leader de la course au large, nous devons donc être à l’écoute et nous adapter aux évolutions tout en préservant les valeurs fondamentales de l’événement  : - Indissolublement lié au Conseil départemental de la Vendée, le Vendée Globe est un bien public. L'accès au Village est gratuit, aucune exclusivité médiatique n'est possible, et les bénévoles sont associés à son organisation. C’est vraiment inscrit dans l’ADN de l’événement que de rester un événement populaire, accessible et compréhensible par tous. Je rappelle qu’en 2016, sur toute la durée de l’événement, nous avons reçu environ 2,25 millions de visiteurs sur nos villages ainsi que sur le départ et l’ensemble des arrivées. - La sensibilisation des jeunes générations à la protection des
Photo du groupe « organisation » sur le podium du Vendée Globe, le 25 janvier 2017. Photo Arnaud Letrsor DPPI océans et au respect de l'environnement, et la transmission des valeurs comme le dépassement de soi ou la solidarité sont la pierre angulaire du projet pédagogique du Vendée Globe. En tant qu’événement majeur, nous avons bien sûr un devoir d’exemplarité. C’est pourquoi, nous mettons en place une feuille de route responsable. - Un lien étroit avec les sponsors et les partenaires. Le Vendée Globe est étroitement lié à l'engagement et au soutien des sponsors qui accompagnent les skippers et leurs teams dans leurs projets de course ainsi que de ses propres partenaires que l’événement entend fidéliser. En outre, l’organisation entend favoriser la diversité du sponsoring et l'accès des entreprises à l’événement. - L’innovation technologique  : les bateaux du Vendée Globe sont des monocoques de 60 pieds (18,28m) qui doivent répondre à la jauge définie par l’IMOCA (International Monohull Open Class Association). La jauge du Vendée Globe vise à garantir la diversité des projets de course et la liberté d'innovation. C'est une jauge ouverte où la prototypie ce qui ouvre la porte à des innovations, comme les foils par exemple en 2016. IC  : La 9 ème édition qui sera lancée en novembre 2020 fait suite à une 8 ème course record, autant sportivement que médiatiquement. Comment appréhendez-vous ce nouveau départ et quelles sont vos attentes ? LL  : La 8 ème édition a été un succès sportif et médiatique. Je peux déjà dire sans trop m’avancer que cette 9 ème édition se présente également plutôt bien ! En effet, nous observons un nombre très important de projets, avec une belle diversité de profils. Personnellement je suis ravie de voir arriver des femmes skippers ce qui a manqué sur la précédente édition. La présence du premier skipper en situation de handicap avec Damien Seguin est également un très beau message de dépassement de soi, fidèle à nos valeurs. Quant au plateau, il sera de nouveau international avec sans 11 Globe ? INTERVIEW CHOISEUL doute des nationalités nouvelles. Par ailleurs, je l’évoquais précédemment, la présence encore plus forte de bateaux à foils, l’innovation la plus visible en 2016 et qui sera encore plus marquée en 2020, sera un attrait majeur de cette prochaine édition car les bateaux devraient battre à nouveau des records de vitesse, et donc peut-être le record de la course. À titre personnel, vous avez été nommée Directrice générale du Vendée Globe en mai 2016, quelques mois seulement avant le départ de la 8 ème édition. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre rôle à la tête du Vendée LL  : En tant que Directrice générale, je suis nommée par le conseil d'administration de la SAEM Vendée pour représenter, diriger et gérer la société organisatrice du Vendée Globe. J’effectue ma mission en toute transparence avec mon Président, Yves Auvinet, qui est également Président du Département de la Vendée. Si l’objectif de la mission est clair, elle n’en reste pas moins vaste et s’apparente souvent à celle d’un chef d’orchestre. Mon rôle est de définir le fonctionnement de la société tout en veillant au bon équilibre budgétaire de l’événement. Je supervise également l'ensemble de l’activité de la société ce qui m’amène à traiter des sujets d’ordre très divers compte tenu de l’ampleur de l’événement (communication, marketing, juridique, commercial, sécurité, réceptif, logistique, technique, etc.), ce qui me conduit à manager de nombreux intervenants dans le pilotage de projets très variés. Par ailleurs j’effectue également un travail de veille auprès des autres grands événements, afin de rester informée des évolutions du secteur. Et enfin, j’anticipe et je prépare l'entreprise aux changements à venir, en suggérant des orientations auprès du conseil d’administration pour lequel j’ai un devoir de reporting régulier. Pour revenir à mon parcours, avoir été nommée à moins de 6 mois du précédent Vendée Globe fut évidemment un honneur mais aussi un véritable challenge professionnel pour moi car je ne venais pas du milieu de l’événementiel sportif. Il a donc fallu appréhender l’ensemble des intervenants et des enjeux dans un laps de temps somme toute assez court. Mais j’ai eu la chance d’être bien entourée et nous sommes parvenus à assurer une très belle 8 ème édition. J’ai donc désormais l’expérience de cette édition 2016 - 2017 pour préparer sereinement celle à venir, dont le départ sera donné le 8 novembre 2020 aux Sables d’Olonne.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :