Choiseul Magazine n°6 jan à avr 2019
Choiseul Magazine n°6 jan à avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de jan à avr 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 21 Mo

  • Dans ce numéro : la ville de demain...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
sance de long-terme. L’enjeu est également d’aider les entrepreneurs chinois à trouver de nouvelles opportunités économiques et des sources de profit en dehors de la Chine, qui bascule d’une économie manufacturière à une économie de plus en plus tertiarisée. La Chine doit également considérer son positionnement plus global sur la scène internationale. Elle présente ainsi l’initiative des nouvelles routes de la soie non seulement comme une opportunité gagnant-gagnant, mais également comme un cadeau qu’elle fait au monde. Là où certains prônent l’intervention militaire et obtiennent de piètres résultats, la Chine prône l’investissement et la prospérité. Là où d’autres réduisent d’autres parties du monde à l’esclavage, la Chine vient en amie. Cette initiative s’intègre ainsi dans une vision différente du futur, qui va totalement à l’encontre du « America First » de Donald Trump. « Nombreux sont ceux qui nous disent quoi faire, mais les Chinois sont les seuls à nous proposer leur aide financière », disait récemment un Premier ministre d’Asie du Sud-Est. Tandis que les États-Unis et l’Europe réduisent leurs budgets consacrés à l’aide internationale et se replient sur eux-mêmes, il y a pour la Chine un espace à occuper. C’est ce qui est intéressant dans la conceptualisation de la Chine comme leader mondial et de la prochaine ère qui succèdera à celle de Mao, Deng Xiaoping et aujourd’hui Xi Jinping, dont les idées font aujourd’hui partie intégrante de la Constitution chinoise. Le problème dans cette analyse est que peu des pays les plus petits et les plus pauvres de la zone Asie-Pacifique ou d’Afrique souhaitent avoir un ami aussi grand et aussi puissant, tel que le souhaiterait la Chine. Souvent, les investissements réalisés par les banques et les entreprises chinoises ont des résultats positifs, mais il y a des cas qui ont très mal tourné. Dans le cas de la Sierra Leone, l’aéroport a été un véritable « gouffre financier », expression qui caractérise de plus en plus ce type de projets. Comme le dit toutefois le proverbe  : « il faut être deux pour danser le tango », et comme le souligne Pékin, personne n’impose ces prêts et ces projets ; toutefois, s’il existe une demande ou s’ils sont nécessaires au niveau local, alors la Chine fournira son aide. Il semble que d’importantes leçons aient déjà été tirées quant à la façon d’évaluer les projets et leur faisabilité, ce qui donne quelque espoir pour l'avenir. Dans le même temps, les États-Unis semblent avoir décidé que la meilleure façon de répondre à l’initiative des nouvelles routes de la soie était de critiquer chaque action chinoise et d’attirer l’attention sur ses faiblesses. Il serait au contraire plus utile et plus productif de proposer une alternative concrète. Construire des infrastructures comme des routes, des centrales électriques, LE LIVRE DE... des aéroports ou des lignes de chemin de fer n’est pas une mauvaise chose en soi. À vrai dire, de tels projets peuvent contribuer à la croissance économique, mais ils doivent être financièrement viables. IC  : Pour conclure, vous avez récemment publié un nouvel ouvrage sur le même thème  : Les nouvelles routes de la soie – Le présent et le futur du monde. En quelques mots, pouvez-vous nous expliquer votre vision du monde à venir et pourquoi ces nouvelles routes de la soie en seront le centre ? PF  : Ce livre est essentiellement un chapitre complémentaire qui vient clore Les routes de la soie, qui a connu un grand succès à travers le monde. Je souhaitais actualiser ce récit, puisqu’il s’est passé beaucoup de chose depuis 2015  : l’élection de Donal Trump et le Brexit, bien sûr, mais aussi la montée de l’extrême droite et de l’extrême gauche en Europe. Je voulais aussi attirer l’attention du public sur ce qui se passe dans des régions auxquelles nous n’accordons que trop peu d’intérêt, alors que ces événements ont un impact direct sur notre quotidien. Pour moi, les décisions importantes ne sont plus prises à Londres, Paris ou Berlin, mais à Moscou, Islamabad, Téhéran, New Delhi et bien sûr Pékin. Le coût des interventions Les nouveaux défis posés à l’Occident se multiplient et deviennent toujours plus complexes. L’Europe a plus de mal que jamais à penser son avenir face aux populismes et aux crises migratoires, tandis que les États- Unis sont lancés dans un retrait inédit des affaires internationales, menaçant d’anciennes alliances. Pendant ce temps, tout au long des antiques Routes de la Soie souffle un vent d’espoir. Peter Frankopan dresse dans ce récit un tableau du monde actuel et explique pourquoi il est essentiel d’en comprendre les bouleversements. L’auteur reprend le fil de l’histoire là où Les Routes de la Soie l’a laissé. Ces routes sont en pleine expansion. À nous de faire preuve de vigilance, car nous serons tous concernés. en Syrie, en Irak et en Afghanistan, qui se chiffre non pas en milliards mais en milliers de milliards de dollars, devrait nous faire réagir. Il est toutefois important de réaliser à quel point nous sommes étroitement liés aux aléas de ce nouveau monde  : cela est vrai pour les dirigeants d’entreprises, les décideurs publics et politiques, les professeurs, et par-dessus tout les jeunes. Nous sommes les gardiens de ce monde pour un temps seulement, et la prochaine génération ne tardera pas à prendre le relai. Ils auront beaucoup de défis à affronter  : le changement climatique, les migrations de masse, les failles technologiques, les conflits militaires et vraisemblablement une concurrence accrue pour les ressources, qu’il s’agisse du pétrole, du gaz, des minerais rares, de la nourriture ou de l’eau. L’histoire ne nous donne pas les outils pour reproduire les problèmes avec exactitude, mais elle nous permet de comprendre ce qui se passe quand les choses tournent mal. Cela donne de quoi réfléchir. Plutôt que de vivre dans l’espoir ou dans la peur, le mieux que nous puissions faire est de vivre dans la réalité ; et rien n’est plus utile pour cela que de penser au passé.
TRIBUNES 14. Emmanuelle Flahault-Franc Anne-Sophie Frénove Des (frères) Lumière(s) à la French Tech  : quel est le secret de l'excellence française ? 18. 13 Vincent Daffourd L'assurance santé à l'heure de l'innovation 16. Laurent Giovachini Pour une souveraineté numérique européenne et éthique



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :