Choiseul Magazine n°5 sep à déc 2018
Choiseul Magazine n°5 sep à déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de sep à déc 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : retour sur le Choiseul Africa Summit Abidjan...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
La pile à combustible  : des composants issus de matériaux rares et chers S’agissant à présent de la pile à combustible, son coût demeure très élevé. Ses composants sont onéreux, entre autres le rhodium, le platine (catalyseur), et d’autres éléments fluorés incorporés dans les membranes etc… Des innovations, au niveau des matériaux rares et coûteux de la pile à combustible, sont indispensables pour rendre cette technologie plus compétitive (la nano- structuration pourrait à la fois améliorer le stockage de l’hydrogène et abaisser le coût de la pile à combustible) L’autre problème majeur pour le développement des véhicules à hydrogène demeure celui de la distribution de l’hydrogène. La problématique d'une distribution complexe et coûteuse L’utilisateur de ce type de véhicule sera très attentif au développement d’un réseau de distribution capillaire. L’Agence Internationale de l’Énergie avait chiffré à 2000 milliards de dollars l’édification d’un tel réseau de distribution au niveau mondial. En France, le seul coût d’installation d’une station distribuant 200kg d’hydrogène par jour ressort à 2 millions d’euros. La très faible densité volumique de l’hydrogène nécessite la mise en place d’un réseau spécialisé d’hydrogène gazeux, voire l’injection d’hydrogène dans les réseaux de gaz (« power to gas ») , ou le transport d’hydrogène liquéfié par camion. Le développement récent d’un nouveau véhicule de livraison permet le transport de l’hydrogène sous forme de gaz comprimé à 500 bars. Dans tous ces cas, les normes de sécurité doivent être respectées et rendent complexe et coûteux le transport de ce gaz léger, fuyant, et inflammable. On notera cependant que l’énergie explosive de l’hydrogène (2.02 kgTNT/m3) est beaucoup plus faible que celle des vapeurs d’essence (44.22 kgTNT/m3) Dans le plan Mobilité Hydrogène France, il est prévu l’implantation de cent stations pour 2018, et 600 à l’horizon 2030. La France, contrairement à l’Allemagne ou au Japon, a déterminé un maillage territorial fondé sur une logique de « clusters ». En 2018, l’objectif de 100 stations opérationnelles ne sera pas atteint, mais il existe une trentaine de projets en cours. L'hydrogène  : une filière prometteuse mais encore empreinte d'incertitudes La filière hydrogène est encore empreinte d’incertitudes, mais le secteur de « l’automobilité » paraît le plus prometteur. Une seule technologie ne s’imposera pas, plusieurs motorisations et donc différentes énergies coexisteront encore de nombreuses années. Le véhicule à hydrogène a sa place, qu’il s’agisse d’une berline familiale, ou d’un utilitaire léger, d’un poids lourd ou encore d’un véhicule de transport en commun. En un premier temps, son usage sous forme de flottes de véhicules paraît le mieux adapté. L’hydrogène « vert », issue d’énergies renouvelables, est l’une des solutions les plus efficientes pour stocker l’électricité. À titre d’exemple, 50m 2 de panneaux solaires permettent de produire une quantité d’hydrogène suffisante pour rouler 15 000km. Le gouvernement Français n’a pas manqué de relever en 2015 que la filière hydrogène-énergie devait faire l’objet d’un encadrement et d’un accompagnement pour monter en puissance. Il est proposé de soutenir des technologies de rupture (stockage par hydrures, électrolyse haute température) et d’identifier des solutions pour réduire les coûts de production de l’hydrogène et de la pile à combustible. Enfin, il est proposé d’investir dans des solutions innovantes de distribution de l’hydrogène pour des dispositifs stationnaires ou mobiles afin d’assurer sa distribution efficace et sécurisée. Le décollage d’une technologie innovante requiert un soutien de la puissance publique. La France est bien armée pour développer cette filière, elle dispose des compétences requises et compte de grands industriels prêts à s’investir dans la filière hydrogène. La transition énergétique dans le domaine de la mobilité va requérir une approche intégrée impliquant tous les acteurs, et au sein de laquelle, les gouvernants devront mettre en œuvre une réglementation cohérente et prévisible. Enfin, rien ne se fera durablement sans un changement des comportements de mobilité ce qui sous-entend une profonde implication du consommateur et du citoyen dans la conduite de ce changement majeur. 40 Ouverture d'une station service à hydrogène produit sur site au Royaume-Uni en mai 2016 GÉOÉCONOMIE
41 UNIQUE comme votre vision de demain. IMAGINONS L’AVENIR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :