Choiseul Magazine n°5 sep à déc 2018
Choiseul Magazine n°5 sep à déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de sep à déc 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : retour sur le Choiseul Africa Summit Abidjan...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
La SNCF, acteur de la renaissance de la marque patrimoniale Orient Express Mathias Vicherat est Directeur général adjoint du Groupe SNCF. Ancien élève de l'ENA, il fait ses armes en 2004 dans le corps préfectoral en Picardie et Seine Saint Denis. En octobre 2008, il devient chef du pôle territorial de la direction générale de la Police nationale au ministère de l’Intérieur. De 2010 à 2016, il a travaillé à la Mairie de Paris où il a occupé le poste de directeur de cabinet de Bertrand Delanoë, puis d’Anne Hidalgo. En janvier 2017, il rejoint le groupe SNCF, et a la charge la Stratégie, la Communication et l'Image. Il est également lauréat du Choiseul 100. 135 ans après son premier départ de la Gare de l’Est, le public s’apprête à découvrir une nouvelle page de l’histoire de l’Orient-Express. La circulation de l’Orient-Express a cessé en 1977, la concurrence de l’aviation a eu raison de ce train transcontinental inauguré en 1883, le premier du genre en Europe. Depuis lors, la SNCF a veillé à conserver et protéger ce nom, symbole pour le public français et européen d’un Âge d’or du ferroviaire. Dans le cadre de notre politique patrimoniale, nous avons restauré certaines de ses plus remarquables voitures historiques  : Train bleu, Taurus, Anatoli, Riviera, Étoile du Nord etc. en collaboration avec des ateliers et artisans français, garants d’un savoir-faire d’exception. Elles circulent pour des occasions exceptionnelles ou sont exposées lors d’événements culturels de grande envergure comme en 2014, à l’Institut du Monde Arabe. D’autres, notamment des voitures-lits, sont visibles à la Cité du Train de Mulhouse, plus grand musée ferroviaire d’Europe, qui permet au public de découvrir les pièces principales du patrimoine historique de la SNCF. Le pouvoir de l’Orient-Express, c’est de parler au plus grand nombre. L’Orient-Express fascine autant pour ce qu’il est, un train de standing qui allie confort et raffinement, que pour ce La tribune de Mathias Vicherat 18 qu’il représente dans l’imaginaire collectif  : « Les femmes dans les couloirs paraissaient plus belles, les hommes plus audacieux », écrit Joseph Kessel dans Wagon-lit (1932). « Le miracle était à l'intérieur dans cette boîte close, vernie et capitonnée. » C’est sans doute l’un des trains de l’histoire qui réunit le plus de progrès techniques  : le chauffage, la restauration, « À travers lui [l'Orient-Express] c'est l'histoire du rail que l'on devine et, pour un groupe comme le nôtre, il est primordial de veiller à faire vivre ce patrimoine la vitesse, l’électrification... En 1883, il est le plus rapide, le plus confortable et le mieux équipé. On qualifie souvent son créateur, Georges Nagelmackers, de « visionnaire », et à raison, car l’Orient-Express - tout comme les autres trains mythiques de la Compagnie des Wagons-Lits dont il est le fondateur (Flèche d’Or, Transsibérien, Taurus Express…) - ont marqué une véritable révolution dans le paysage du transport du 19 e et du 20 e siècle. L’Orient-Express est un objet culturel universel. A travers lui, c’est l’histoire du rail que l’on devine et, pour un groupe comme le nôtre, il est primordial de veiller à faire vivre ce patrimoine. Cette démarche s’inscrit dans une politique globale de préservation et de valorisation du patri-
moine qui nous tient particulièrement à cœur à l’échelle du groupe SNCF. À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine qui se sont tenues les 15 et 16 septembre, le grand public a ainsi pu (re)découvrir les six voitures historiques de l’Orient-Express, restaurées en 2015. La fascination qu’exerce ce train ne s’est pas démentie avec plus de 2500 visiteurs sur le week-end ! C’est également cette volonté de faire vivre notre patrimoine qui nous a conduit à créer, avec Orient Express, un Fonds de dotation, Orient-Express Heritage, qui œuvre à la conservation, la valorisation et l’enrichissement d’une vaste collection constituée d’un fonds d’archives et d’artefacts remarquables liés au train et à la Compagnie Internationale des Wagons-Lits qui gérait son exploitation. Cet organisme d’intérêt général que je préside représente un outil solide pour la protection et le partage de notre patrimoine à travers la participation à des projets éditoriaux, l’organisation d’expositions etc. Il est également un vecteur de création contemporaine car il est fondamental pour nous de faire dialoguer sans cesse le passé et le présent. Nous soutenons particulièrement la création artistique et documentaire, au travers de « cartes blanches » confiées à des artistes pour la réinterprétation de ce patrimoine. La SNCF s’engage aujourd’hui dans la poursuite de ce rêve ferroviaire et, pour qu’il se réinvente une nouvelle fois, s’associe au groupe AccorHotels. Une histoire commune existait déjà entre le groupe AccorHotels et le ferroviaire car l’entreprise a créé en 2007 sa chaine d’hôtels Pullman, du nom du wagon-salon-Pullman, sorte d’« appartement de luxe roulant » qui a circulé de 1926 à 1971. C’est pourquoi il a semblé logique à nos deux entreprises de s’associer pour développer cette marque historique dans un nouvel univers  : l’hospitalité de luxe à l’échelle internationale. 19 LA TRIBUNE CHOISEUL Porter l’Orient Express au-delà du rail et des frontières et ainsi, faire la promotion d’un art de voyager singulier, authentique et ouvert aux différentes cultures, c’est là aussi une mission qui nous est chère et pour laquelle nous nous reposons sur le savoir-faire d’AccorHotels. « Nous sommes les héritiers d'un passé qui a su inventer et offrir une nouvelle façon de voyager et notre objectif reste le même [...] toujours mieux servir le voyageur Dans les années à venir, le public aura l’opportunité d’expérimenter des lieux de vie, de rencontre et d’échange qui le replongeront dans l’univers de l’Orient Express. Nous souhaitons profiter de ce développement international pour porter plus loin le message qui est le nôtre ; nous sommes les héritiers d’un passé qui a su inventer et offrir une nouvelle façon de voyager et notre objectif reste le même qu’à l’origine  : toujours mieux servir le voyageur et anticiper ses besoins en s’appuyant sur les innovations industrielles et technologiques de notre temps. Si vous voulez en apprendre davantage sur l’épopée de ce train mythique, je vous invite à voir le documentaire « À la recherche de l’Orient-Express », qui sera diffusé en prime time sur Arte à la fin de l’année 2018. Vous découvrirez notamment comment les recherches menées par le département patrimoine de notre filiale Orient-Express ont permis de retrouver des voitures historiques de l’ancienne Compagnie des Wagons-Lits en Europe de l’Est et ainsi, qui sait, de les faire revivre dans le cadre d’un futur projet.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :