Choiseul Magazine n°4 mai à aoû 2018
Choiseul Magazine n°4 mai à aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mai à aoû 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : Choiseul et la santé...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
VUE DU MONDE CORÉE DU NORD  : DES ARMES IDENTITAIRES AU SERVICE DU RÉGIME 34
Par Antoine Bondaz Antoine Bondaz est chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et enseignant à Sciences Po. Il a été chercheur invité au Carnegie Endowment for International Peace et à l’Université de Corée. L’offensive diplomatique lancée par la Corée du Nord depuis le début de l’année, symbolisée par sa participation aux Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang et la participation passée ou future à des sommets de haut niveau avec la Chine, la Corée du Sud et les Etats-Unis, fait désormais l’objet de toutes les attentions. La reprise du dialogue peut permettre d’éviter une dangereuse escalade dans la péninsule, elle ne suffira cependant pas à court terme pour dénucléariser le régime nord-coréen. L’origine de l’aggravation des tensions américano-nord-coréennes n’est pas la twitto-rhétorique du Président, bien qu’elle n’aide pas à une gestion apaisée et fournit des éléments de langage rêvés pour la propagande régime nord-coréen, mais le renforcement sans précédent des capacités nucléaires et balistiques nord-coréennes qui impacte la perception américaine de la menace. Alors que la Corée du Nord menaçait les intérêts américains en Asie, ce serait désormais le territoire américain qui serait menacé. Si dénucléariser à très court terme semble irréaliste, cela n’empêche pas de parvenir, dans un premier temps, à contenir la menace nord-coréenne. La radicalisation de la Corée du Nord Depuis que Kim Jong-un est arrivé au pouvoir en 2011, le régime a radicalisé sa position sur les armes nucléaires. Premièrement, le jeune dirigeant a défini dès 2013 les priorités techniques à suivre  : miniaturiser, alléger, diversifier et augmenter la précision 35 des armes nucléaires. Des objectifs officiellement réalisés puisque le régime considère avoir miniaturisé la bombe en 2013, développé une bombe H miniaturisée en 2016, et développé une arme thermonucléaire multifonctionnelle pouvant équiper un ICBM en 2017. Deuxièmement, le régime a institutionnalisé la possession de ces armes. L'Assemblée populaire suprême a révisé la Constitution en 2012 pour désigner le pays comme un « État doté d'armes nucléaires », une première dans le monde. Leur développement a également été inscrit dans la stratégie nationale présentée le 31 mars 2013, dite ligne Byungjin, qui vise « à réaliser la construction économique et à construire les forces armées nucléaires simultanément ». Troisièmement, le programme balistique de la RPDC a été considérablement accéléré. Depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un fin 2011, ce sont plus de 80 essais balistiques qui ont été réalisés. Le régime a également diversifié ses missiles, testant désormais des missiles à portée intermédiaire (Hwasong 12) et intercontinentale (Hwasong 14 et 15), mais également des missiles mer-sol (Pukguksong-1). Les sites de lancement ont enfin été multipliés et le régime entraîne ses unités balistiques à combattre, y compris la nuit ou par le biais de lancements multiples simultanés, et ne teste donc plus seulement les caractéristiques techniques de ses missiles L'objectif est clair  : rendre les capacités nucléaires de la RPDC opérationnelles



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :