Choiseul Magazine n°4 mai à aoû 2018
Choiseul Magazine n°4 mai à aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mai à aoû 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : Choiseul et la santé...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
La région île-de-France et les enjeux de santé Cédric Arcos est Directeur général adjoint en charge des solidarités, de la sécurité et de la modernisation auprès de la Présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. Ancien, de l'École nationale de santé publique (désormais EHESP) et véritable expert des questions de santé publique, il a officié comme Directeur de cabinet du Directeur général puis Directeur de la communication du Centre hospitalier Universitaire de Lyon, puis comme Directeur général adjoint de la Fédération Hospitalière de France où il était en charge du projet « Smart Region ». Projet tendant à faire de l'Île-de-France, la 1 ère région d'Europe en matière de dispositifs numériques innovants. Cédric Arcos est également lauréat du Choiseul 100 2018. Région Capitale, l’Île-de-France est un territoire riche (31% de la richesse nationale), marqué par un fort dynamisme économique et démographique, mais aussi un territoire en bonne santé, au sein duquel le taux de mortalité est relativement faible et l’espérance de vie moyenne supérieure au taux national. La forte densité en matière d’offre de soins n’est sans doute pas étrangère à ces bons résultats puisque l’Île-de-France se singularise par un nombre élevé de médecins spécialistes ainsi que par un dense tissu hospitalier, avec pas moins de 420 établissements de santé, et avec tout particulièrement la présence de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (APHP) qui irrigue la Région d’une expertise et de compétences de rang mondial. La tribune de Cédric Arcos 26 Ces données positives ne sauraient toutefois faire oublier que l’Île-de-France est aussi un territoire de contrastes et d’inégalités, au sein duquel perdurent de puissantes fractures territoriales, sociales, environnementales mais aussi sanitaires. Ainsi, la région est marquée par un taux de pauvreté supérieur à la moyenne nationale (15,4% contre 14,5% en moyenne nationale, et un pic de 28% en Seine Saint Denis) et par la persistance de poches de très grande pauvreté qui ne sont pas sans effet sur l’état de santé des populations et territoires concernés avec, par exemple, un écart de deux ans d’espérance de vie entre les Hauts de Seine et la Seine Saint Denis... Une inquiétude persistante pour l’avenir réside en outre dans la désertification médicale à laquelle le territoire est confronté et qui a vu, ces 8 dernières années, sa population médicale diminuer de 6%, au point qu’aujourd’hui une commune sur deux n’a pas de médecin généraliste. Parce qu’au travers des inégalités de santé c’est la question de la pertinence et de la vitalité de notre contrat social qui est posée ; parce qu’améliorer l’accès à la santé et à la prévention est un puissant moyen de lutter contre les fractures territoriales et sociales et de redonner confiance dans l’avenir, le Conseil Régional d’Île-de-France a choisi, sous l’impulsion de sa Présidente, d’engager une politique ambitieuse et pragmatique. La santé n’étant pas une compétence régionale, il ne s’agit pas d’intervenir de manière brouillonne en multipliant les initiatives redondantes ou désordonnées. Il s’agit au contraire de poser le postulat selon lequel la santé est un sujet transversal devant irriguer l’ensemble des politiques régionales. Trop souvent en effet la santé est réduite à l’offre de soins là où nous savons que l’éducation, l’environnement, le logement, la formation, la recherche, les transports participent d’un bon état de santé. L’enjeu pour le Conseil Régional est de penser la santé à l’échelle des grands projets d’urbanisme en cours de réalisation. En d’autres termes, pour préparer l’avenir de la Région Métropole et assurer un développement équilibré du territoire, il est essentiel de penser en amont l’organisation de la santé, d’anticiper les besoins de la population, notamment en intégrant l’impact des fu-
tures lignes de transport, de structurer une offre de soins moderne au sein des nouvelles aires urbaines ou encore de renouveler l’approche en matière de prévention. C’est donc bien un projet politique pour la santé qu’il s’agit de porter, en pleine complémentarité du travail technique conduit par l’Agence Régionale de Santé. Seule l’autorité politique régionale est en effet légitime et pertinente pour répondre aux besoins des franciliens et pour intégrer la santé dans la dynamique d’ensemble de développement du territoire. Pour nourrir cette politique, la Présidente de Région a défini l’ambition d’une « Région Solidaire », par laquelle l’ensemble des actions régionales sont coordonnées et mises au service d’un territoire réconcilié. 5 priorités ont notamment été identifiées  : En matière de handicap, des initiatives ont été engagées pour améliorer l’accessibilité des transports, développer l’offre de transports à la demande en particulier en milieu rural, améliorer l’accès aux soins mais aussi soutenir des pôles d’excellence de recherche autour des déficiences sensorielles notamment ; L’Île-de-France étant le premier désert médical français, une politique volontariste pour améliorer l’accès aux soins a été initiée, basée sur un soutien fort à l’installation des jeunes professionnels, sur la sécurisation de leur exercice professionnel mais aussi encourageant les nouvelles formes d’exercice pluri-professionnel permettant aux acteurs de conjuguer leurs compétences au service des patients ; En matière de prévention, un ambitieux plan « Îlede-France sans sida » est déployé et un réseau des « ambassadeurs de santé » est en cours de constitution avec les associations de jeunes étudiants en santé, qui interviendra auprès des jeunes franciliens pour inscrire la prévention dans leur vie quotidienne ; 27 CHOISEUL ET LA SANTÉ « Pour préparer l'avenir de la Région et assurer un développement équilibré du territoire, il est essentiel de penser en amont l'organisation de la santé, d'anticiper les besoins de la population. Geoffroy Didier, Vice-président de la Région Île-deFrance à l'occasion du Colloque Medicen Choiseul dont la Région était partenaire. Cédric Arcos à l'occasion du dîner célébrant le nouveau Choiseul 100 2018 dont il est lauréat. Le soutien à la recherche, à l’innovation, à la filière industrielle de la santé est une autre priorité majeure. L’ambition est simple  : tout miser sur l’intelligence pour faire de la région un territoire d’innovation ; favoriser les écosystèmes d’innovation ; encourager, sur le plateau de Saclay comme à Cancer Campus, la rencontre entre les sciences de la vie et les sciences de l’ingénieur ; stimuler le lien et les transferts entre recherche, hôpitaux et acteurs industriels ; poursuivre la rénovation des formations paramédicales et médicales. C’est ainsi qu’un ambitieux appel à projets autour de l’intelligence artificielle, doté de 1 million d’euros, a été récemment lancé afin d’attirer les meilleures équipes. Enfin, de nouvelles solutions numériques destinées à faciliter les parcours de santé sont mobilisées à travers le programme « Smart Région » et mises au service de la réponse aux besoins quotidiens des franciliens. La Région Île-de-France a donc choisi de faire de la santé une préoccupation transversale par excellence et de mettre en place des politiques destinées non seulement à réduire les fractures sanitaires et sociales mais aussi à faire de la santé un secteur économique prioritaire, à même de générer de nouveaux emplois, de l’innovation, d’attirer des investissements et ainsi de créer les conditions d’une croissance durable.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :