Choiseul Magazine n°4 mai à aoû 2018
Choiseul Magazine n°4 mai à aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mai à aoû 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : Choiseul et la santé...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
La médecine de demain sera préventive et participative L'interview de Briac Le Lous, Membre du Directoire du Groupe URGO Briac Le Lous est Président d'Urgo Consumer Healthcare, la division santé grand public et bienêtre du Groupe URGO pour lequel il est également membre du directoire. Briac Le Lous est également alumni du classement Choiseul 100 France. Institut Choiseul  : Briac Le Lous, vous êtes membre du Directoire du Groupe URGO, l’un des fleurons français de la santé. Comment se porte URGO ? Briac Le Lous  : Très bien ! URGO est un groupe familial français de 3 000 collaborateurs, présent dans plus de 60 pays. Nos cœurs de métiers sont la santé grand public avec le pôle URGO Consumer Healthcare qui compte des marques à forte notoriété comme « Merchurochrome », « Humer », « Juvamine », « Sonalto », « Urgo », « Super Diet », ou encore « Ricqlès » ; et la cicatrisation de plaies 24 graves et invalidantes avec le pôle URGO Medical. Nous développons également des innovations de rupture en santé connectée avec « UrgoTech », la start-up du groupe URGO. I.C  : Président d’URGO Consumer Healthcare, vous êtes un observateur de la santé grand public en France et dans le monde. Quelles sont selon vous les évolutions les plus marquantes ? B.L.L  : Nous assistons dans beaucoup de pays à une explosion des troubles et maladies chroniques liés au vieillissement, au stress, à la pollution et au surpoids. Face à ces problèmes, les gens ne guérissent plus  : le système de santé traditionnel, parfaitement adapté à court terme, n’est pas suffisant sur le long terme. Les professionnels de santé au contact quotidien des patients, nous alertent et réclament une autre approche axée sur la responsabilité, grâce à une meilleure éducation et la prévention, notamment par la nutrition et le soin par les plantes. Dans le cas de la France où la sécurité sociale est en place depuis longtemps, une partie grandissante de la population prend aussi conscience que chacun doit contribuer à l’entretien de sa santé. On assiste ainsi à de grands mouvements comme le veggie « sans gluten » etc. qui concernent une communauté grandissante. Laboratoire du Groupe URGO à Chevigny I.C  : La santé responsable viendrait-elle remplacer la santé remboursée que nous connaissons aujourd’hui en France ? B.L.L  : La santé responsable sera au contraire complémentaire de la santé remboursée. Dans cette optique, l’objectif est de mettre à disposition des produits de santé sans or-
donnance permettant une réponse rapide à une pathologie bénigne et qui éviteront par la suite d’autres coûts ou complications aux consommateurs. Des produits de prévention ciblés sur la physiologie permettent également d’améliorer le bien-être des personnes. Ces solutions étant payantes et s’utilisant sur le long terme, l’éducation des personnes et le conseil des professionnels de santé jouent un rôle central. I.C  : Comment votre entreprise accompagne-t-elle cette transformation de la santé grand public ? B.L.L  : URGO Consumer Healthcare joue un rôle clé dans cette transformation grâce à deux axes majeurs  : l’innovation et l’éducation. D’une part, l’innovation animée par notre R&D et nos multiples partenariats avec la recherche publique nous permet de donner accès à des technologies innovantes à forte valeur ajoutée. Soutenus par des études cliniques, nos 1 400 solutions de santé permettent de couvrir les besoins de nos consommateurs de manière graduée. En parallèle, nous sommes très actifs dans les organisations professionnelles en lien avec les autorités de tutelle car la réglementation doit évoluer parallèlement aux usages de santé. D’autre part, nous accompagnons nos clients et consommateurs dans la prise en main de ces nouvelles technologies en créant de nouveaux métiers et déployant des équipes de formation auprès des médecins et pharmaciens. Nous utilisons également de plus en plus le média digital pour rendre la connaissance scientifique accessible à tous. I.C  : Pourriez-vous nous en dire plus sur le rôle de conseil des professionnels de santé ? 25 CHOISEUL ET LA SANTÉ B.L.L  : La connaissance des alternatives aux médicaments prescrits et remboursés est clé. 15% de la population française est ultra informée sur sa santé, les 85% restant ne font pas encore cette démarche qui nécessite de consacrer du temps à se renseigner sur Internet, à lire des livres, à parler avec son entourage ou avec des professionnels de santé. Aujourd’hui, les pharmaciens et les médecins généralistes complètent de plus en plus leur apprentissage universitaire par des formations. C’est primordial car leur rôle sera déterminant dans l’éducation en santé des français. Le professionnel de santé va au-delà de la prescription de solutions curatives et aide le patient à prendre conscience qu’il est le premier défenseur de sa santé. « 85% des français ne font pas cette démarche [de s'informer sur leur santé] qui nécessite de consacrer du temps à se renseigner sur Internet, à lire des livres, à parler avec son entourage ou avec des professionnels de santé. I.C  : Et au niveau réglementaire, y-a-t-il des freins et leviers à cette évolution ? B.L.L  : Le changement de la réglementation est au cœur de cette évolution vers une santé responsable qui renforce la sécurité du patient. A titre d’exemple, une évolution récente de la réglementation sur les vitamines et les minéraux permet d’encadrer très clairement leur utilisation. Il existe encore des chantiers à mener sur les plantes, dont nous utilisons 1 500 variétés différentes. Autre exemple de l'importance de la réglementation  : en juin 2016, la création du statut d’assistant d’écoute par le Conseil d’Etat a permis à URGO Consumer Healthcare de commercialiser sa solution SONALTO, une alternative aux prothèses auditives prête à l’emploi et coûtant cinq fois moins cher. Elles s’adressent aux six millions de français atteints de presbyacousie (ils représentent 80% des cas de perte de l’audition), et aujourd’hui La recherche dans les laboratoires du Groupe URGO plus de 50 000 patients sont équipés grâce aux 6 500 pharmaciens formés spécialement pour les conseiller. La France doit être à la pointe de cette démarche vers la santé responsable, mais cette ambition exige que tous les acteurs, professionnels de santé, laboratoires, consommateurs et État aient la même vision sur le long terme.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :