Choiseul Magazine n°3 jan à avr 2018
Choiseul Magazine n°3 jan à avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan à avr 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : retour d'Astana.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
PORTRAIT CHOISEUL La générale de l’armée des petites lumières Si vous vous rendez dans l’un des hôtels du groupe AccorHotels, peut-être que la jeune femme rayonnante qui fera votre chambre, ce sera elle. Celle qui vous renseignera à l’accueil, ce sera encore elle. Celle qui vous présentera petits fours et champagne lors d’une réception dans un salon du groupe, toujours elle. Plus qu’un principe, il semble que ce soit une nécessité pour Maud Bailly d’être toujours dans le concret  : « Dès mon arrivée, j’ai parcouru le monde entier pour échanger avec les directeurs d’hôtels et leurs collaborateurs. Tout savoir sur leurs attentes et leurs suggestions, jamais les mêmes selon la région, le pays visités ». Pour elle, à l’instar des gares, les hôtels sont des lieux de vie ; les seuls à être ouverts « H 24 », faits pour orchestrer le brassage des gens et conjuguer une multitude de métiers différents. « Comme à la SNCF, j’ai retrouvé ce joyeux fourmillement où se croisent une foule de destins ». Ajoutant avec humour  : « Après les gares et les hôtels, on va me croire une passion pour le Monopoly ! ». Déjà, cette brillante normalienne, diplômée de Sciences Po Paris et sortie de l’ENA « dans la botte » (promotion République) pour intégrer la prestigieuse Inspection des Finances, ne rêvait que du terrain. Après quatre années dans l’audit, elle rejoint Guillaume Pepy à la SNCF. Mais avant de prendre de hautes responsabilités – notamment directrice de la gare Montparnasse et directrice déléguée du produit TGV pour la région parisienne – elle a passé les six premiers mois à vendre des billets au guichet, à contrôler dans les trains et même à accrocher ou décrocher des wagons avec les agents de manœuvre. Un parcours initiatique bien utile quand, en 2014, le même Guillaume Pepy lui confie la responsabilité de la ligne de métier Trains. En clair, il s’agit de piloter le changement et la transformation managériale pour les 10 000 contrôleurs de la SNCF et les 3 000 agents d’escale du TGV. « Ce week-end, je vais faire le service en chambre. Puis c’est Matignon. Deux années en tant que cheffe du pôle économique du Premier ministre Manuel Valls. C’est ainsi sous la houlette de Maud Bailly que sont conçus les projets de loi sur le respect du consommateur et des citoyens à l’heure du digital, qui aboutiront aux nouvelles lois garantissant notamment le droit à l’oubli numérique qui permet au consommateur de ne plus donner – souvent d’ailleurs à son insu – des informations sur tous les aspects de sa vie ou la totalité de ses contacts. Ne plus être non plus harcelé par des mails de sites marchands, ou encore pouvoir se désabonner d’un site sans que cela ne devienne 8 Maud Bailly est lauréate du classement Choiseul 100 qu’elle a intégré en 2016 un véritable parcours du combattant. Quand Manuel Valls démissionne et annonce sa candidature pour la présidence de la République, elle est à nouveau disponible pour une nouvelle aventure. Maud Bailly a l’embarras du choix, on s’en doute. Même si elle reste très attachée au service public, l’opérationnel et le management des hommes lui manquent vite, persuadée qu’elle est par ailleurs que l’on peut servir aussi bien l’intérêt général dans le privé. Un choix qui ne doit rien au hasard. En février 2016, quand on lui demande le principal critère qui lui a fait choisir AccorHotels, elle répond  : « Sébastien Bazin ». En effet, le PDG du groupe est en train de transformer son groupe à la vitesse d’un TGV afin de répondre à un monde désormais en mutation permanente. Pas question de s’endormir, donc. Ça lui va bien, car Maud Bailly a une capacité d’énergie équivalente à celle de New-York. Ainsi qu’une mission, précisée en une phrase par son nouveau boss  : « Écris la nouvelle feuille de route de la transformation du groupe en matière technologique, digitale et aussi culturelle » ; et aie la pédagogie qui va avec. À l’heure d’Airbnb, d’Uber comme de Trip Advisor, le défi n’est pas mince. Autre signe fort de l’ampleur de sa mission  : son équipe et elle sont rattachées directement à Sébastien Bazin, et Maud Bailly fait partie du comité exécutif du groupe. En prime, le fait qu’AccorHotels soit une entreprise française qui permet au pays de rayonner partout dans le monde a aussi pesé dans sa décision.
Reste qu’à l’heure des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) et autres licornes françaises (Priceminister, Bla- Blacar, Meetic…), inscrire dans la modernité un groupe dont le métier existait déjà sous l’Antiquité est une gageure. Mais, quand on lui demande si elle n’aurait pas préféré un groupe plus glamour, Maud Bailly répond par une formule  : « Les disrupteurs d’hier seront tôt ou tard les disruptés de demain ». Autrement dit, personne n’a le monopole de l’innovation et un logiciel est forcément moins glamour que l’hôtel MGallery Molitor, ou moins branché que le Sofitel Berlin avec son architecture à la fois sobre et audacieuse, réalisée par Jan Kleihus, primé pour cet ouvrage. Mais le grand œuvre de Maud Bailly s’appelle « Impact ». Réalisé en co-construction avec les utilisateurs sur le terrain, il s’agit de mettre en place une stratégie digitale globale. Exemple cette année avec la création d’une base de données qui reliera tous les hôtels du groupe dans le monde afin d’obtenir une meilleure connaissance de chaque client – savoir s’il boit de l’eau plate ou gazeuse, s’il préfère les mandarines ou les spécialités locales, bref, tout ce qui peut permettre de mieux cibler ses attentes et personnaliser son arrivée. Mais ces données resteront confidentielles et seulement accessibles aux personnes autorisées. Pas question de faire comme nombre de sites qui revendent les informations collectées plus ou moins élégamment sur vous  : « Le groupe AccorHotels a des valeurs et c’est aussi cela qui m’a séduite ». Un challenge qui, selon elle, n’aura de sens qu’à partir du moment où chaque collaborateur du groupe, quels que soient son niveau de 9 PORTRAIT CHOISEUL MAUD BAILLY « Les disrupteurs d’hier seront tôt ou tard les disruptés de demain. Maud Bailly, Pascal Lorot et Angélique Gérard au pied des pyramides lors du Choiseul Africa Summit au Caire (janvier 2017) responsabilité et son métier, se sera approprié « Impact ». C’est là qu’interviennent ensemble les dimensions pédagogiques et culturelles  : incarner la première en parcourant inlassablement le monde pour expliquer son projet, et du même coup, nourrir la seconde. Et puis, il y a la femme. « Maud Bailly, c’est une bulle de vie avec une impressionnante vivacité d’esprit, une incroyable capacité de travail et une éthique à toute épreuve » dit d’elle Angélique Gérard, la présidente des centres de contact Free. Angélique Gérard, autre étoile montante du business au féminin, faisait partie du jury qui a désigné Maud Bailly, en 2016, lauréate du prix de la femme d’influence dans la catégorie « Politique espoir ». Auquel s’ajoute l’année dernière le « Prix du Leadership » dans la catégorie espoir aussi. Depuis leur première rencontre, elles sont devenues amies et échangent régulièrement, partageant une grande confiance dans le jugement de l’une vis-à-vis de l’autre. Angélique Gérard retient également de Maud « le temps qu’elle consacre à aider les autres pour leur permettre de réussir leurs études ou leur carrière ». Le jardin secret de Maud. Le bien ne faisant pas de bruit, elle n’aime pas trop le mettre en avant. Consentant juste à estimer qu’elle ne fait que rendre ce qu’elle a reçu. Ayant été accompagnée et soutenue quand elle-même, ne venant pas des quartiers huppés de la capitale, a été confrontée à des condisciples maîtrisant tous les codes des classes préparatoires, le saint des saints de l’élite. Depuis, elle demande à chaque personne aidée d’en aider une dizaine d’autres en retour  : « À force, j’aurai en moi une armée de petites lumières ». Portrait réalisé par Gérard Bonos



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 1Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 2-3Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 4-5Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 6-7Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 8-9Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 10-11Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 12-13Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 14-15Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 16-17Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 18-19Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 20-21Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 22-23Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 24-25Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 26-27Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 28-29Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 30-31Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 32-33Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 34-35Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 36-37Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 38-39Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 40-41Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 42-43Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 44-45Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 46-47Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 48-49Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 50-51Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 52-53Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 54-55Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 56