Choiseul Magazine n°3 jan à avr 2018
Choiseul Magazine n°3 jan à avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan à avr 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : retour d'Astana.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
solution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU. Je suis certain que cela dépendra aussi des négociations à Genève. Il est capital d’éviter toute autre escalade du conflit, car le risque d’une relance terroriste est très élevé. PL  : M. le ministre, au plan économique, le Kazakhstan voit son développement essentiellement favorisé par les hydrocarbures. Mais ces ressources ne sont pas éternelles. Des pays, comme les Émirats arabes unis, sont déjà rentrés dans une perspective de l’après-pétrole par la technologie et l’innovation. Le Kazakhstan a-t-il déjà commencé à se projeter dans ce futur qui peut être proche ? K.A  : En 2017, après avoir surmonté les conséquences de la crise économique mondiale, l’économie kazakstanaise a connu un nouveau rebond. Ainsi, le Kazakhstan a enregistré un taux de croissance de son PIB de 4% et de la production industrielle de plus de 7%. Or, nous nous rendons compte que l’époque de la « manne pétrolière » touche à sa fin et que le pays doit trouver d’autres pistes de développement. C’est pourquoi un grand nombre de stratégies politiques ont été adoptées. Elles proposent des objectifs concrets et des mesures qui visent à diversifier notre économie, à développer nos exportations et à numériser notre industrie. La dépendance économique du Kazakhstan envers le pétrole et le gaz s’amenuise. La part du secteur des services dans le PIB du pays a augmenté et nous avons noté une croissance dans l’industrie de transformation. En outre, en 2017, nous avons adopté la Stratégie nationale d’investissement pour 2018-2022, qui vise à attirer les investissements étrangers directs dans les secteurs non primaires de l’exportation. 24 Dans son message de janvier 2018 sur l’état de la Nation, le président Nazarbaïev a assigné au gouvernement la tâche de faire de l’industrialisation le secteur phare des nouvelles technologies. Dans le domaine pétrolier en particulier, nous travaillons activement à l’introduction de plateformes agrémentées des nouvelles technologies de l’information, à l’augmentation des exigences en matière d’efficacité énergétique et de respect de l’environnement par les entreprises. Des mesures spécifiques sont prises pour inciter les entreprises à investir dans les technologies « vertes ». Nous avons pour tâche d’atteindre 30% d’énergie alternative au Kazakhstan d’ici 2030. Aujourd’hui, il existe 55 sources d’énergie renouvelable d’une capacité totale de 336 MW. En 2017, elles ont produit environ 1,1 milliard de kWh d’énergie « verte » et nous étudions pour le Kazakhstan les possibilités offertes par les nouvelles technologies présentées lors de l’exposition internationale « EXPO-2017 » sur le thème de « L’énergie future » qui a eu lieu en 2017 à Astana. Nous nourrissons d’ambitieux espoirs pour le développement du complexe agro-alimentaire. Notre politique agricole vise à améliorer radicalement la productivité, la croissance des exportations de produits agricoles transformés et à introduire de plus en plus de nouvelles technologies. PL  : L’Union économique eurasiatique, conclue entre la Russie, la Biélorussie et votre pays fonctionne depuis 2015. Pouvez-vous déjà tirer un bilan et quelques perspectives ? K.A  : En tant que plus grand pays enclavé du monde, notre État cherche à avoir accès à de nouveaux marchés pour ses
produits. C’est l’un des objectifs majeurs de notre participation à l’Union économique eurasiatique (UEEA). La formation de cette Union est intervenue dans un contexte difficile. En raison de la crise économique mondiale, le rythme du développement économique des États membres de l’UEEA a baissé. La chute des prix des principaux produits d’exportation dans le contexte des sanctions réciproques des pays de l’Ouest et de la Russie a entraîné la réduction du commerce extérieur avec les pays tiers et du commerce au sein de l’Union. Dans le même temps, selon les experts, sans participation à l’UEEA, les conséquences négatives de la crise pour nos pays seraient encore plus graves. Cependant, l’UEEA a passé avec succès l’étape du devenir, a affermi son autorité internationale, et les liens commerciaux et économiques entre elle et divers pays se développent bien. La base juridique de l’UEEA a été créée et se perfectionne constamment. Ses organes – la Commission économique eurasienne et la Cour de justice fonctionnent comme prévu. Malgré les problèmes existants, l’intégration a un effet positif sur le développement des économies des États de l’Union. Nous travaillons ensemble et nous nous rencontrons régulièrement pour discuter de questions importantes. Nos économies se synchronisent peu à peu, ce qui active les coopérations. Le commerce entre les membres de l’UEEA a considérablement augmenté depuis 2017. Actuellement, nous avançons activement vers l’établissement d’un marché commun basé sur les « quatre libertés »  : circulation des biens, des services, des capitaux et du travail. Un marché unique des médicaments et des produits médicaux a été lancé en avril 2017. La création d’un marché commun de l’électricité et de l’énergie est prévue pour l’année 2019. Pour 2025, il est prévu de créer des marchés communs pour le gaz, le pétrole et les produits pétroliers ainsi qu’un organisme supranational pour réglementer le marché financier, probablement situé à Almaty. Les citoyens des pays de l’UEEA peuvent travailler dans l’un des États membres de l’Union sans permis de travail et faire valoir leurs diplômes sans avoir besoin de les faire certifier. 25 RETOUR D’ASTANA Les processus de négociations sur des accords de coopération commerciale et économique et la création de zones de libre-échange avec plus de 10 pays ont été lancés. Il existe déjà un accord préférentiel entre la CEEA et le Vietnam. L’adhésion du Kazakhstan à l’UEEA a créé des conditions favorables à la croissance économique, et à l’amélioration du bien-être de nos citoyens ; elle a également garanti l’accès de la production du Kazakhstan aux marchés des pays tiers. Elle ouvre également la possibilité d’une coopération renforcée, égalitaire et avantageuse entre États-membres, ainsi qu’avec les autres pays. « Aujourd’hui, les relations franco-kazakhstanaises sont un exemple de coopération efficace et complémentaire, fondée sur des fortes traditions d’amitié et de soutien mutuel. PL :...Toujours dans un même ordre d’idée, la Chine vient de lancer son grand projet de route de la soie. Comment le Kazakhstan voit-il ce projet – qui fut d’ailleurs lancé par le président Xin Jinping lors d’une visite dans votre pays en 2013 – et comment compte-t-il bénéficier de ses retombées potentielles ? K.A  : En tant que premier pays situé sur le trajet de l’OBOR, et acteur clé du projet d’autoroute « Europe occidentale-Chine occidentale » et d’une ligne ferroviaire « Kazakhstan-Turkménistan-Iran-Golfe persique », le Kazakhstan est le lien essentiel entre l’Europe et la Chine, et une des composantes principales du pont continental eurasiatique. Dans ce contexte, le mégaprojet chinois offre au Kazakhstan l’opportunité de procéder au développement accéléré de son industrie et d’obtenir des infrastructures de transport et de logistique efficaces. L’interconnexion du couloir de transit kazakhstanais avec le réseau de transport dans le cadre de l’OBOR permettrait de créer un système de transport avancé et compétitif et des hubs logistiques internationaux qui relieront les marchés mondiaux. La nouvelle politique économique « Nourly Jol », annoncée par le président Nazarbaïev en 2014, correspond largement aux projets de développement de l’OBOR. Les deux programmes stratégiques mettent l’accent sur le développement Processus d’Astana. La 8 e réunion des négociations inter-syriennes s’est tenue à Astana les 21 et 22 décembre 2017



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 1Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 2-3Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 4-5Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 6-7Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 8-9Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 10-11Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 12-13Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 14-15Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 16-17Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 18-19Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 20-21Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 22-23Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 24-25Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 26-27Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 28-29Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 30-31Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 32-33Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 34-35Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 36-37Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 38-39Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 40-41Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 42-43Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 44-45Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 46-47Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 48-49Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 50-51Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 52-53Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 54-55Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 56