Choiseul Magazine n°3 jan à avr 2018
Choiseul Magazine n°3 jan à avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan à avr 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : retour d'Astana.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, au Conseil de sécurité des Nations unies, le 18 janvier 2018 renouvelle et bien d’autres projets se mettent en place. Par ailleurs, il existe également des plateformes de dialogue entre l’Asie centrale et l’Union européenne, ou encore le Japon et la Corée du Sud. La coopération économique avec l’Iran poursuit son développement progressif selon des principes de pragmatisme et de bénéfice mutuel. Le Kazakhstan, qui n’a pas d’accès direct à la mer, priorise la coopération dans les domaines du transport et des infrastructures. D’ailleurs, en 2014, les pays de la région ont achevé la construction du chemin de fer reliant la Chine, le Kazakhstan, le Turkménistan et l’Iran. Il est très important pour nous de maintenir l’activité du « Plan universel des actions communes », qui contribue essentiellement à la désescalade régionale et globale, surtout en matière de non-prolifération. C’est cette même position que le Kazakhstan a confirmée lors du briefing du CSNU sur la situation en Iran au début de janvier dernier. La situation en Afghanistan demeure la plus compliquée. Nous ne pouvons pas rester sans inquiétude face à la montée de l’activité terroriste et l’apparition des détachements de Daech. Il convient d’appliquer des mesures internationales communes pour surmonter les menaces et l’instabilité qui fragilisent la cohésion de la société afghane. Le Kazakhstan contribue à la stabilisation de l’Afghanistan par le biais de l’aide humanitaire et de l’enseignement, ainsi qu’à travers notre mandat au CSNU. Comme mentionné précédemment, le Kazakhstan a profité de son poste de président du Conseil pour organiser des débats ministériels sur l’Afghanistan et l’Asie centrale, débats qui ont poussé le président à appeler la communauté internationale à aider l’Afghanistan grâce à une coopération régionale élargie et à un usage plus efficace de la diplomatie préventive. Le Kazakhstan a également organisé, pour la première fois depuis 8 ans, un séjour sur place durant lequel les délégations des pays membres du CSNU ont pu se rendre directement compte de la situation et appréhender les domaines qui requéraient en priorité une aide. Nous considérons que la création d’un hub régional de l’ONU à Almaty est un élément important. Il devrait compléter l’activité du Centre onusien sur la diplomatie préventive pour l’Asie centrale à Achkhabad et permettre d’aborder un grand nombre de problèmes rencontrés par l’Afghanistan et la région en général. Il est bon de noter que la situation politique en Asie centrale est stable. Les pays de la région ont intensifié les recherches 22 sur l’ensemble des questions bilatérales et multilatérales, y compris les frontières, l’utilisation de l’eau, l’énergie et le commerce. Les cinq pays d’Asie centrale entrent aujourd’hui dans une ère de changements positifs qui permettent de renforcer les perspectives d’intégrité, d’interdépendance et, peutêtre, d’autonomie de la région. Nous sommes profondément convaincus que la résolution de potentiels défis intérieurs ou extérieurs n’est possible que par l’intensification de la coopération économique au sein de la région. En pratique, cela veut dire le renforcement des liens avec nos voisins, la recherche de nouvelles interactions, l’ouverture aux opportunités de croissance commerciale, la libre-circulation de la main-d’œuvre, des services et autre. PL  : M. le ministre, votre pays est en première ligne dans la lutte contre le terrorisme. Vous faites partie de l’Organisation de coopération de Shanghaï, réunissant, la Russie, la Chine, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan et désormais l’Inde et le Pakistan, créée dans la même ville, les 14 et 15 juin 2001. Comment voyez-vous le développement de la menace terroriste aujourd’hui et les perspectives pour lutter contre ce fléau ? K.A  : Les événements de l’année dernière ont clairement démontré que personne n’est épargné par le terrorisme. Hélas, cette menace est devenue une réalité pour le Kazakhstan aussi. Aujourd’hui, nous comprenons bien que ce fléau ne peut être combattu que par un effort commun. Le système des relations internationales est de plus en plus imprévisible en raison de contradictions croissantes entre les grandes puissances. Les sanctions économiques, les menaces mutuelles et la volonté de relancer la course aux armements ne contribuent pas au renforcement de la paix et de la stabilité. Et cela complique également la lutte de la communauté internationale contre le terrorisme. En 2015, depuis la tribune de la 70 e session de l’Assemblée générale des Nations unies, le président Noursoultan Nazarbaïev avait annoncé des initiatives concrètes dans la lutte contre le terrorisme, y compris l’établissement de la Coalition mondiale contre le terrorisme sous les auspices de l’ONU. L’élaboration et la présentation, le 19 janvier dernier, au siège de l’ONU, du projet initial du « Code de conduite
pour un monde libéré du terrorisme » est le premier pas vers la mise en place de cette initiative. Les objectifs principaux de ce document visent à créer une coalition internationale de pays partenaires engagés dans la lutte contre le terrorisme et ont pour ambition un monde libéré du terrorisme à horizon 2045, anniversaire du centenaire de l’ONU. Outre les efforts collectifs amenés par les Nations unies, il est important de renforcer la coopération contre le terrorisme dans le cadre des institutions internationales. La Convention de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) pour la lutte contre l’extrémisme, signée à Astana le 9 juin 2017, vise la consolidation de l’encadrement juridique international, une coopération plus efficace entre les pays membres et l’amélioration de la législation dans ce domaine. L’augmentation de la menace terroriste en Asie nous amène à la création d’un mécanisme panasiatique de renforcement des mesures de confiance et du maintien de la sécurité et de la stabilité. À cet égard, un rôle particulier est attribué à la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA) qui a été créée à l’initiative du président Nazarbaïev. Aujourd’hui, ce forum, qui réunit 26 pays dont l’Égypte, l’Israël, l’Inde, le Pakistan, la Chine et le Vietnam, a prouvé son efficacité et sa pertinence dans le climat actuel. Cette plateforme doit être utilisée à l’avenir pour améliorer l’efficacité de la lutte commune contre le terrorisme. PL  : Le Kazakhstan est au cœur des négociations pour un accord de paix en Syrie. Quel est l’état actuel des négociations et quelles perspectives voyezvous se dessiner alors que Daech est en train d’être éliminé de la carte politico-militaire de la région ? 23 RETOUR D’ASTANA K.A  : En 2017, huit sessions de négociations sur la situation en Syrie ont eu lieu avec le soutien de l’ONU et la participation des délégations gouvernementales de Syrie et de l’opposition armée, en présence de la Russie, de la Turquie et de l’Iran, en tant que pays garants, ainsi que des États-Unis et de la Jordanie dans le rôle d’observateurs. Ce format de pourparlers unique est efficace et a réuni des pays garants, chargés de mettre en œuvre les résultats des négociations d’Astana. Pour la première fois, les parties opposantes, les représentants du gouvernement syrien et de l’opposition armée, se sont réunis autour d’une table. Je souhaite souligner le fait que cette forme de conversation ne remplace en aucun cas les autres types de négociations, mais elle vient soutenir les pourparlers de Genève sous l’égide de l’ONU. Les négociations d’Astana ont abouti à un cessez-le-feu et nombre d’accords ont été signés en vue de le renforcer, notamment la création de zones de désescalade dans les provinces comptant 2 millions d’habitants. Dans ces territoires, toutes les mesures nécessaires sont prises pour assurer un accès rapide et sécurisé à l’aide humanitaire, ainsi qu’à l’assistance médicale et pour assurer la réparation des infrastructures. Grâce aux efforts des participants aux négociations à Astana, un consensus international s’est formé. Il est maintenant temps de lancer une discussion objective des questions politiques. En ce qui concerne la lutte contre l’État islamique, il est encore prématuré de parler d’une victoire totale sur le terrorisme en Syrie. Nous espérons que les parties syriennes se concentreront sur la transition politique et la reconstruction d’un pays ravagé par la guerre, comme l’avait ordonnée la ré- Débats ministériels sur l’Afghanistan et l’Asie centrale, Conseil de sécurité des Nations unies, 19 janvier 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 1Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 2-3Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 4-5Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 6-7Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 8-9Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 10-11Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 12-13Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 14-15Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 16-17Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 18-19Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 20-21Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 22-23Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 24-25Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 26-27Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 28-29Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 30-31Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 32-33Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 34-35Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 36-37Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 38-39Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 40-41Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 42-43Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 44-45Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 46-47Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 48-49Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 50-51Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 52-53Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 54-55Choiseul Magazine numéro 3 jan à avr 2018 Page 56