Choiseul Magazine n°1 jan à aoû 2017
Choiseul Magazine n°1 jan à aoû 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de jan à aoû 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Choiseul France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Michael Fribourg.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LE PORTRAIT Il suffisait de lire les résultats du Top 100 des « jeunes leaders économiques de demain » que publie chaque année l’Institut Choiseul pour se rendre compte qu’Emmanuel Macron s’imposait comme une évidence. Encore inconnu du grand public, il prenait deux années de suite la tête du classement, en 2013 et 2014. Pas en 2015 ? Pour cause, il était devenu entre temps le ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique de François Hollande ; après avoir été pendant plus de deux ans son secrétaire général-adjoint quand ce dernier accéda au pouvoir suprême. Passant d’un modeste bureau dans les soupentes de l’Élysée aux vastes espaces de Bercy. Brisant sa chrysalide pour déployer ses ailes. L’aventure commence à Amiens où il a grandi entre deux parents médecins et aussi rencontré Brigitte, la professeure de français qu’il a eu en classe de première et qui allait devenir son épouse en 2007. Mais c’est à Paris que les choses sérieuses se mettent en place et, à partir de là, tout se déroule tambour battant. D’abord en prépa au prestigieux lycée Henri IV (H 4 pour les intimes) puis Sciences Po Paris ; en parallèle, il décroche un DEA de philosophie à Nanterre. Enfin, l’ENA et l’Inspection des finances. Après quelques missions, il intègre en 2007, comme rapporteur, la Commission pour la libération de la croissance française (la Commission Attali). C’est là qu’il croise nombre de personnalités d’influence qui l’identifient comme un des leurs. C’est d’ailleurs soutenu par Jacques Attali et Serge Weinberg qu’il devient banquier d’affaires chez Rothschild. Le temps de faire des « deals » d’importance et autant de bonus. Mais sa véritable passion est ailleurs. Jean-Pierre Jouyet le présente à François Hollande en 2006. Les deux hommes se retrouveront quatre ans plus tard pour la bagarre des primaires du PS puis du pouvoir. On connaît la suite, deux ans et demi à l’Élysée, presque autant au Gouvernement dirigé par Manuel Valls avant de claquer la porte. Quand on rencontre Emmanuel Macron, d’emblée on pense à Fabrice Del Dongo dont il a la fougue, et à Julien Sorel pour l’absolu. Mais très vite on se rend compte qu’il a surtout le charisme d’un Alcibiade par sa capacité à fasciner tous ceux qui l’approchent, les Socrate comme les Périclès. Au point que, si on l’a moqué pour ses envolées lyriques lors du meeting de la porte de Versailles, ce fut sans méchanceté ni mépris. «...On pense à Fabrice Del Dongo dont il a la fougue, et à Julien Sorel pour l’absolu C’est avec cette fougue qu’il crée « En Marche » et rassemble en un clin d’oeil plus de 120 000 militants, presque le double de ce qu’il en reste au PS ; ce qui explique sans doute les réactions rue de Solférino, invoquant sa « traîtrise », estimant qu’il avait grandi protégé par François Hollande à qui il devait sa fulgurante ascension. C’est oublier un peu vite que nombre de ses tentatives pour moderniser l’économie française et la mettre en position de force face 8 Pascal Lorot et Emmanuel Macron. à la concurrence, ont souvent buté sur les impératifs politiques, voire électoraux du Président comme du Premier ministre. Pour un CICE qui a fini par exister, combien de réformes trop timides, comme celles des retraites… Si la machine « En Marche » semble bien partie en ce début 2017, rien n’est acquis. Échan
EMMANUEL MACRON ges entre Emmanuel Macron et les lauréats du Choiseul 100 Africa le 3 juin 2016 lors du 3 e Choiseul Africa Summit. Emmanuel Macron interviewé lors de sa participation au 3 e Choiseul Africa Summit. Emmanuel Macron sait entraîner les hommes et galvaniser les foules, mais constituer un projet et une équipe est un travail de longue haleine qui réclame d’être au cœur de lignes de force contraires ; oser ne pas s’en tenir uniquement à ceux qui vous soutiennent depuis le début, quitte à faire des aigris parmi les fidèles. Autre chose, son intelligence rare, dont il est forcément conscient, peut être parfois perçue comme une agression par ses adversaires ; 9 LE PORTRAIT d’autant qu’il ne s’est pas privé de petites phrases assassines  : à propos de la taxation à 75% « c’est Cuba sans le soleil » ou, plus polémique quand il évoque « la gauche romantique » qui doit ouvrir les yeux, ou encore quand il parle de « socialisme de l’offre », regrettant que son gouvernement n’aille pas assez loin dans les réformes. Emmanuel Macron en quelques dates 1977 Naissance à Amiens 2002 Intègre l’ENA 2008 Banquier chez Rothschild 2012 Nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République 2013 Obtient la première place du classement Choiseul 100 2014 Nommé ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique 2016 Se déclare candidat à l’élection présidentielle de 2017 Pour l’heure, il concentre les flèches de droite comme de gauche. Eric Woerth, député LR  : « Il décrit très bien les problèmes mais ses solutions sont d’un classicisme extraordinaire ». Ou Henri Weber, ex Sénateur PS  : « Macron ne répond à aucune des trois conditions  : expérience, compétence et capacité de rassemblement ». Début des heures fragiles ? Ou rencontre avec l’Histoire. Portrait réalisé par Gérard Bonos



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :