Chercheurs d'eau n°65 avr/mai/jun 2020
Chercheurs d'eau n°65 avr/mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de avr/mai/jun 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Beltrami Côme Unique

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : les nouveaux caissons Divevolk pour smartphone.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
40 GLOBE PALMER dans le sanctuaire marin d’Apo réservent aussi de belles surprises. Les récifs coralliens sont intacts, colorés et accueillent une faune sous-marine abondante. Les nombreuses tortues se laissent facilement approcher des plongeurs, les serpents de mer ondulent calmement entre les éponges et les alcyonnaires, les poissons clown protègent avec vigueur leurs anémones, les crevettes nettoyeuses font la toilette des murènes, les raies farfouillent inlassablement dans le sable et de gros barracudas, immobiles dans le bleu semblent surveiller les récifs comme s’ils en étaient les éternels gardiens. Pour notre étape suivante sur l’île de Siquijor nous avons apprécié le confort du Coco Gove Beach Resort, superbe complexe hôtelier dont les bungalows sont éparpillés dans un parc immense, bien entretenu et qui donne sur une longue plage de sable immaculé. Les sites de plongée autour de Siquijor nous ont révélé de petits îlots de corail éparpillés sur des fonds sableux. Ces mini-récifs font le bonheur des plongeurs amateurs de biologie car ils représentent chacun un véritable microcosme sous-marin. Des comatules bariolées
sont accrochées aux branches des coraux et abritent entre leurs bras des crevettes, des crabes et de minuscules gobies. Entre ces bouquets de fougères de mer des poissons fantômes se dissimulent pour éviter les prédateurs. Les parties mortes des coraux sont colonisées par de petites algues, des hydraires et des éponges encroûtantes entre lesquelles se faufilent des vers plats, des nudibranches et des syngnathes. Dans les cavités rocheuses se cachent des murènes, des porcelaines et des blennies. En plongée de nuit ces spots sont aussi le repère de grosses tortues qui viennent dormir, des danseuses espagnoles en balade nocturne et de certaines espèces de poissons voraces qui se gavent du zooplancton qui est attiré par la lumière des phares des plongeurs. La dernière étape de notre safari eut lieu sur l’île de Pangangan, emplacement stratégique pour plonger sur les tombants vertigineux de Cabilao mais aussi pour rejoindre rapidement l’île de Bohol afin d’organiser quelques visites terrestres. Chocolate Hills est certainement l’un des paysages les plus emblématiques des philippines. Cette formation géologique que l’on trouve à Bohol est composée de plus de 1000 petites collines réparties sur 50 km2. La découverte de ce site exceptionnel, ainsi que notre rencontre avec les tarsiers dans la réserve



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :