CEO Suisse n°2007-2 sep/oct/nov
CEO Suisse n°2007-2 sep/oct/nov
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2007-2 de sep/oct/nov

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : éducation en Suisse, pourquoi investir dans l'intelligence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Professeur Markus Hodel, directeur de la HES de Suisse centrale : « Les HES contribuent de manière importante à l’innovation et au transfert des connaissances. » Hautes écoles spécialisées : Axées sur la pratique et en plein essor. À peine les HES se sont-elles établies dans le système de formation suisse qu’une nouvelle poussée de modernisation s’annonce : il faut créer un nouveau « paysage de hautes écoles spécialisées », un projet ambitieux et prometteur. 20 ceo/éducation en suisse Dix ans, dans l’enseignement suisse, c’est peu. En dix ans, les HES ont réussi à s’établir, avec les universités et les écoles polytechniques fédérales, comme le troisième pilier du système d’enseignement. Les sept HES cantonales et intercantonales, nées de la fusion d’un grand nombre d’écoles supérieures, offrent aux étudiants et aux employeurs ce qu’ils souhaitent : pas de colloques tenus dans des tours d’ivoire mais des plans d’études modernes et compacts, de l’architecture à la microélectronique, des télécommunications à la gestion d’entreprise en passant par le design management, les technologies de l’information et les sciences de la vie. Les chiffres sont parlants : depuis 1997, date de lancement, le nombre des étudiants est passé de 5000 à 50 000. L’apprentissage et la maturité professionnelle suivis d’une HES se révèlent une réelle alternative au parcours collège-maturité-université. Dans les petites classes, l’encadrement est beaucoup plus personnel que dans les universités, où des centaines d’étudiants se bousculent dans un amphithéâtre. Les filières sont axées sur les exigences de la vie professionnelle. La HES de Suisse orientale a, par exemple, introduit une classe internationale dans ses cours
+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + éducation en suisse Les sept hautes écoles spécialisées cantonales et intercantonales répondent aux attentes des étudiants et des employeurs : des cursus modernes, compacts et axés sur la pratique. d’économie d’entreprise, avec l’anglais comme langue principale d’enseignement. Les étudiants effectuent des séjours dans des universités partenaires en Europe, aux Etats-Unis, en Russie ou en Chine et collaborent à des projets économiques internationaux. La HES de Suisse orientale s’est ainsi propulsée au niveau de la très renommée Université de Saint-Gall, comme en témoigne le poste de doctorat créé par ces deux institutions à Singapour en mars 2006 afin d’accroître leur notoriété et d’encourager les échanges d’étudiants. La pratique avant tout Les études dans une HES sont rigoureusement organisées ; axées sur les exigences de la vie professionnelle, elles comprennent des projets pratiques, des cours en atelier et en laboratoire, des études de cas et des travaux de projet. « Les HES contribuent de manière importante à l’innovation et au transfert des connaissances », explique Markus Hodel, directeur de la Haute école spécialisée de Suisse centrale et président de la Conférence des recteurs des hautes écoles spécialisées suisses. Les HES mettent l’accent non pas sur la recherche des connaissances, comme les universités, mais plutôt sur l’application des découvertes les plus récentes. La Haute École Arc, dans la région de Neuchâtel–Berne–Jura, est en étroite relation avec l’industrie horlogère et participe notamment à un projet visant à améliorer la lubrification des ressorts dans le barillet, un important facteur de précision. La Haute école de technique et d’architecture (HTA), qui appartient à la HES de Suisse centrale, a fondé, avec l’éditeur de logiciels Sun Microsystems, un « Centre d’excellence Sun ». Ce centre de données est, après l’Université de Berne et l’EPFZ, le troisième partenariat de ce genre conclu en Suisse par Sun. Les diplômés des HES sont une main-d’œuvre très prisée et trouvent rapidement du travail. Selon une étude effectuée par l’Association faîtière des diplômés HES Suisse, 96% des étudiants ont trouvé un emploi qualifié dans les douze mois qui ont suivi leur diplôme. Les salaires d’embauche oscillent entre 5500 et 7500 CHF par mois. En gestion d’entreprise et en architecture, domaines dans lesquels une comparaison directe entre les HES, les universités et les EPF est possible, un diplôme HES se révèle au moins « d’égale valeur », selon le bilan de Monika Pätzmann, directrice de l’équipe du rectorat de la Haute école pédagogique de Berne et auteur d’une thèse sur ce thème. Selon cette étude, un diplômé HES en gestion d’entreprise ou en architecture bénéficie même d’un léger avantage sur le marché du travail, en raison de son expérience pratique. Des objectifs ambitieux À peine les HES se sont-elles établies dans le système de formation suisse qu’une nouvelle poussée de modernisation s’annonce. « L’agglomérat d’écoles donne naissance à un paysage de hautes écoles spécialisées », explique Markus Hodel, directeur de la HES de Suisse centrale, qui se présentera dès l’automne prochain sous la marque internationale « Hochschule Luzern – Lucerne University of Applied Sciences and Arts ». Les HES, réparties dans plusieurs régions et cantons, avec plus de 60 établissements partenaires, doivent être dirigées plus efficacement et collaborer davantage les unes avec les autres. En plus des diplômes de bachelor, elles proposeront à partir de la rentrée 2008 un nombre limité de programmes de master. La recherche appliquée sera en outre renforcée. Toutes ces mesures engendreront une nouvelle augmentation du nombre d’étudiants et nécessitent des fonds. D’après le Masterplan, qui vise à optimiser les financements de 2008 à 2011, les HES nécessitent 8,2 milliards de CHF de la part de la Confédération et des cantons pour les charges d’exploitation, les charges immobilières et les investissements immobiliers. Le Parlement devrait décider de la mise en place de ces financements en septembre, lorsque sera discuté le crédit alloué à l’enseignement et à la recherche pour les quatre années à venir. Cette somme comprend des investissements immobiliers à hauteur de 600 millions de CHF, qui permettront aux hautes écoles spécialisées de mieux affirmer leur valeur. La HES de Suisse orientale prévoit, au nord de la gare de Saint-Gall, la construction d’une nouvelle tour pouvant accueillir 2000 étudiants. La HES du nordouest de la Suisse envisage de construire, sur un nouveau campus, à côté de la gare de Brugg, un nouveau centre de formation avec des facultés de technique, de pédagogie et d’économie. Sur ce terrain de 42 000 mètres carrés, 4000 places d’études et 1000 emplois devraient être créés. Près du nouveau campus, la société Kabelwerke Brugg AG construit un nouvel atelier, des bureaux et un bâtiment de services. Ces projets de construction sont la manifestation d’efforts visant à réunir sur un même site la formation, la recherche et le travail.//ceo/éducation en suisse 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :