CEO Suisse n°2007-2 sep/oct/nov
CEO Suisse n°2007-2 sep/oct/nov
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2007-2 de sep/oct/nov

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : éducation en Suisse, pourquoi investir dans l'intelligence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Editeur : PricewaterhouseCoopers SA, magazine ceo, Birchstrasse 160, 8050 Zurich Rédacteurs en chef : Alexander Fleischer, alexander.fleischer@ch.pwc.com, Franziska Zydek, zydek@purpurnet.com Directeur de la création : Dario Benassa, benassa@purpurnet.com Ont collaboré à cette édition : Michael Craig, Kaspar Meuli, Ella Sarelli, Giselle Weiss Concept, rédaction et conception : purpur ag, publishing and communication, Zurich, pwc@purpurnet.com Photos : couverture : Stefan Walter, page 3 : Andreas Teichmann, page 22 : Eva-Maria Züllig, page 43 : Marc Wetli Lithographie, impression : Sticher Printing, Lucerne Copyright : magazine ceo PricewaterhouseCoopers. Les opinions exprimées par les différents auteurs ne correspondent pas forcément à celles de l’éditeur. Le magazine ceo paraît trois fois par an en français, en allemand et en anglais. Tirage : 30 000 exemplaires 00 Commande ceo/editorial d’abonnements gratuits et changements d’adresse : sonja.jau@ch.pwc.com
Markus R. Neuhaus, administrateur délégué, PricewaterhouseCoopers, Suisse et Eurofirms Senior Partner Tout PDG se doit d’être informé de ce qui se passe dans son entreprise et sur son marché. Parallèlement, il doit garder la main sur des détails importants, car il ne doit pas perdre de vue le fait que le législateur le tient pour responsable du traitement correct des détails. Il n’y a pas de recette pour satisfaire à cette exigence posée aux patrons, chacun y répond à sa façon. Dans notre Forum, quatre personnalités issues de secteurs différents nous dévoilent leur manière de maintenir l’équilibre dans ce domaine délicat. Nous connaissons cette ambiguïté qui joue un rôle important dans nos différents secteurs d’activité également. Le domaine fiscal en est un bon exemple : il faut connaître et comprendre les lois et les règles dans le moindre détail pour éviter tout risque de défaillance. D’un point de vue entrepreneurial, il faut maintenir les charges fiscales d’exploitation à un niveau aussi bas que possible. Dans le même temps, il ne faut pas oublier le contexte de l’entreprise ni le contexte : les impôts, conformes aux processus de l’entreprise, sont la base de Tout PDG se doit d’être informé de ce qui se passe dans son entreprise et sur son marché. Parallèlement, il doit garder la main sur des détails importants, car il ne doit pas perdre de vue le fait que le législateur les tient pour responsable du traitement correct des détails. l’économie, et il est admis comme naturel que les entreprises contribuent dans une mesure appropriée au financement de l’Etat. L’entreprise qui n’est pas perçue comme « good corporate citizen » peut voir sa réputation remise en question. En tant que société de conseil fiscal, PwC a le devoir particulier de montrer la voie aux entreprises pour répondre à cette exigence parfois contradictoire. Andrin Waldburger montre, à partir de la page 27, l’importance que revêt la Total Tax Contribution dans ce contexte. Assumer sa responsabilité sociale Un autre article de la présente édition souligne la vulnérabilité du facteur réputation pour les entreprises. L’an dernier, la firme Argor-Heraeus a subi une pression importante pour s’être vu reprocher des livraisons d’or en provenance d’Afrique. Depuis, les reproches ont tous été retirés, et l’entreprise est restée très sensible aux questions de la responsabilité sociale qui concernent l’ensemble des membres de la chaîne de création de valeur. Argor-Heraeus est ainsi un exemple intéressant, dans un domaine commercial écologiquement très sensible, de la manière dont l’industrie lourde peut exercer ses activités avec succès en Suisse. Ce qui, dans notre entreprise comme pour toute la place économique, correspond à l’or de la firme tessinoise Argor-Heraeus, est la formation. Le dossier sur la Suisse en tant que lieu de formation que nous avons lancé dans ce magazine nous touche directement. Ces derniers mois, PwC a conclu des accords de financement de chaires avec quatre universités. Nous espérons que cet engagement, qui peut être qualifié de sponsoring, apportera à notre entreprise un profit direct ou indirect. Ce qui est sûr, c’est que la Suisse – et donc le grand public – profite aussi directement d’un tel engagement, d’autant plus que nous avons sciemment décidé de soutenir des établissements universitaires différents et répartis sur plusieurs régions. Je vous souhaite une lecture stimulante. Markus R. Neuhaus ceo/éditorial 03



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :