CEO Suisse n°2007-1 avr à aoû
CEO Suisse n°2007-1 avr à aoû
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2007-1 de avr à aoû

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : les leaders investissent... Abonia-Forster, Conzzeta, Emmi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
La carrure sportive et imposante (il a été international de handball), le patron d’Axpo aborde tout cela de manière très détendue. Son entreprise (voir l’encadré) appartient à 100% aux huit cantons du nord-est de la Suisse. Occuper ainsi le devant de la scène publique nécessite de pouvoir jongler efficacement entre les enjeux sociopolitiques et économiques. Le groupe énergétique doit assurer l’approvisionnement en électricité et réaliser des milliards de CHF d’investissement dans le parc de centrales électriques (capital fixe de 8,6 milliards de CHF) tout en gagnant de l’argent. Sans oublier de prendre en considération les préoccupations écologiques, le changement climatique et l’épuisement des ressources. Alors que la consommation électrique augmente chaque année, de vieilles centrales nucléaires et au charbon cesseront bientôt de fonctionner dans toute l’Europe. Par ailleurs, certains contrats de livraison entre Axpo et des producteurs étrangers arrivent à échéance. Ces contrats sont du reste remis en question par la décision de la Cour de justice européenne de vendre le transit de l’électricité au plus offrant en cas de surcharge du réseau. Axpo met en garde depuis 2005 contre la menace d’une « pénurie d’électricité », au plus tard à partir de 2020. De nombreuses voix s’élèvent pourtant contre les projets de centrales électriques, quelle que soit la source d’énergie utilisée. « Il est irréaliste de Pour Axpo, l’énergie hydroélectrique est un segment lucratif – et un atout important sur le marché européen. penser que nous pouvons nous passer de l’énergie et éviter d’utiliser des matières premières », affirme Karrer. Axpo prévoit des investissements de quelque 10 milliards de CHF au cours des prochaines années, aussi bien dans les énergies renouvelables et des installations plus efficaces que dans de nouvelles centrales combinant gaz et nucléaire. C’est inévitable « sous peine de compromettre la compétitivité de la Suisse ». Le Conseil fédéral a donné son feu vert pour la construction de nouvelles grandes centrales. Le groupe Axpo a vendu 112 240 millions de kilowattheures d’électricité et de gaz au cours du dernier exercice ; un tiers de l’électricité vendue provient de sa production propre. À titre de comparaison, la consommation de la Suisse s’élevait en 2005 à 57 330 millions de kilowattheures. Trois millions de Suisses sont approvisionnés en électricité par le groupe Axpo. Plus des deux tiers de l’énergie fournie par Axpo sont destinés au marché européen. Au total, le groupe distribue trois quarts de son électricité à l’étranger. L’an dernier, ce sont surtout les activités de négoce avec contrats à terme et produits dérivés qui ont rapporté des bénéfices considérables. À ce propos, on observe des similitudes entre les bourses d’électricité et le commerce des matières premières : les fluctuations des cours sont spectaculaires. Ainsi, à la bourse de l’électricité allemande EEX, le prix de 1000 kilowattheures peut varier entre 7 et 100 EUR. Plus de 2000 EUR ont même été déboursés dans un cas exceptionnel. « Nous avons tiré profit des opportunités qui nous ont été offertes, malgré notre modeste goût du risque », nous confie Heinz Karrer. Le patron d’Axpo est convaincu que son entreprise est suffisamment grande pour réaliser des résultats positifs à long terme sur le marché européen. Interrogé sur la possibilité d’une fusion, par exemple avec Atel, il se montre diplomate : « On ne peut exclure aucune option. Mais je vois mal la Commission suisse de la concurrence donner son feu vert à une telle fusion. » Le prix de l’électricité évolue également. De longues années durant, le marché de l’électricité du pays a encaissé des rentes monopolistiques chiffrées en milliards de CHF. L’ouverture prudente du marché national et les pressions exercées par l’État ont tiré les prix vers le bas. Cette baisse n’a toutefois pas été la même chez les 900 fournisseurs d’électricité. Entre-temps, la Suisse s’est « bien positionnée sur le marché européen », constate l’agence de l’énergie indépendante Enerprice. Karrer se montre encore plus optimiste : « Nos prix comparativement favorables renforcent la compétitivité de la Suisse. » Pour les raisons déjà évoquées, il prévoit toutefois une hausse du prix de l’électricité à l’avenir. Le groupe Axpo Le groupe Axpo englobe les Forces Motrices du nord-est de la Suisse SA (NOK), les Forces Motrices de Suisse centrale (CKW) ainsi qu’Électricité de Laufenbourg SA (EGL). La production d’électricité, les réseaux de transport, le négoce et les services sont les principales activités du groupe. Axpo emploie 3098 personnes et a réalisé en 2005/06 un chiffre d’affaires de 9,3 milliards de CHF et un résultat d’exploitation de 1,4 milliard de CHF. www.axpo.ch
+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + marché de l’énergie en suisse énergie solaire Flisom Energie solaire : le photovoltaïque a le vent en poupe. Les cellules solaires ultralégères de la société zurichoise Flisom AG présentent un énorme potentiel, notamment pour les toitures et les façades. L’entreprise entend produire ses panneaux solaires flexibles à l’échelle industrielle. Les bureaux de la jeune entreprise Flisom – une spin-off de l’EPF – sont situés dans l’aile « Einstein » du Technopark de Zurich. L’atmosphère de laboratoire qui règne dans les deux locaux abritant les prototypes des dispositifs Flisom sied parfaitement aux exigences induites par cette adresse prestigieuse. L’enchevêtrement de cylindres, de tubes, de boîtes et de matériel électronique ébahit les novices que nous sommes. Le PDG Anil Sethi nous aide à y voir plus clair. « En vaporisant sous vide des couches très minces de matériel photovoltaïque sur des films de plastique, nous parvenons à transformer plus de 14% du rayonnement incident en électricité. » Ce rendement fait la fierté des chercheurs et fondateurs de Flisom Ayodhya N. Tiwari, Marc Kaelin, Dominik Rudmann, David Brémaud et Hans Zogg. Il s’agit d’un record mondial pour des cellules solaires sur films plastique. Les coûts de production de ces cellules en plastiques ultralégères et flexibles sont beaucoup moins élevés que ceux des panneaux traditionnels en silicium. Flisom utilise un alliage de cuivre, d’indium, de gallium et de sélénium. L’objectif de l’entreprise est de rendre l’électricité solaire compétitive en fabriquant des panneaux en grande série au coût le plus bas possible. Les autres sources d’énergie demeurent, à l’heure actuelle, plus avantageuses. Dans Les films solaires flexibles de Flisom AG produisent de l’électricité à partir des toits et des façades. Anil Sethi, PDG, entend voir son entreprise percer d’ici quatre ans.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :