CEO Suisse n°2007-1 avr à aoû
CEO Suisse n°2007-1 avr à aoû
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2007-1 de avr à aoû

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : les leaders investissent... Abonia-Forster, Conzzeta, Emmi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Le changement climatique influe sur le marché de l’électricité L’accord bilatéral devrait également réglementer le commerce de l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables. La part considérable (57%) de l’hydroélectricité dans le bouquet énergétique de la Suisse constituera à ce propos un avantage concurrentiel. L’UE a annoncé vouloir réduire ses émissions de CO 2 de 20% par rapport aux statistiques des années 1990. En Suisse, une initiative écologique a même relevé ce chiffre à un ambitieux 30%. Les groupes énergétiques suisses peuvent s’en réjouir. Le remplacement de chaque centrale au charbon et de chaque chauffage au mazout impliquera en effet le recours à davantage d’énergies renouvelables. On ne réglera pas tout en améliorant l’efficacité. Le changement climatique redonne même un peu d’aura à la tant décriée centrale nucléaire (38% de la production d’électricité nationale), qui ne rejette pas de CO 2. La Suisse profite en outre du système d’échange des émissions de l’UE. Cet instrument vise à minimiser les coûts de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Plus l’UE relèvera son plafond des droits d’émission, plus l’électricité suisse produite sans rejet de CO 2 sera compétitive. Pour Rolf Linkohr, conseiller spécial du Commissaire européen pour l’énergie, on peut concevoir que la facture d’électricité mentionnera bientôt « la quantité de CO 2 libérée lors de la production. » En Suisse, le changement climatique n’a pas seulement un impact sur le marché de l’électricité. L’hydraulicité, qui mesure la production d’électricité à partir de l’énergie hydraulique, en est un indicateur important. Si les précipitations de pluie et de neige diminuent, la quantité d’eau disponible pour faire tourner les turbines baisse également. Une diminution de 6,7% a été enregistrée en 2005. Les grands fournisseurs suisses envisagent dès lors d’investir des milliards de CHF dans le renforcement des capacités des centrales, dans l’amélioration de l’efficacité et dans les énergies renouvelables. En Suisse comme à l’étranger. Ainsi, Atel a entrepris la construction de deux parcs à éoliennes en Italie et pris une participation dans des mini-centrales hydroélectriques suisses et Axpo a racheté des parts de l’entreprise de traitement des déchets organiques Kompogas. Karrer en est persuadé : « Le moindre mégawatt aura son importance à l’avenir. » 18 ceo/énergie Entegra Le retour en grâce de la mini-centrale hydroélectrique. Depuis l’automne dernier, la minicentrale hydroélectrique de Buchholz, dans le canton de Saint-Gall, produit à nouveau de l’électricité. Grâce à des fonds publics, cette énergie renouvelable a le vent en poupe. La notion de « mini » est toute relative. Du haut de leurs 15 mètres, les murs en béton de la mini-centrale hydroélectrique de Buchholz surplombent les communes de Gossau et de Flawil. La rivière Glatt a profondément creusé son lit au niveau de la chute d’eau, tandis qu’un paysage de prairies s’étend derrière l’imposante bâtisse. Un castor en est la principale attraction.
+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + marché de l’énergie en suisse hydroélectricité Ivo Scherrer, le directeur de la société Entegra Wasserkraft AG, s’est empressé d’agripper cette main tendue par la nature. « Il fallait choisir entre la démolition ou la réhabilitation de cette installation désaffectée depuis près de 100 ans. Une destruction aurait signifié la disparition de ce biotope. » Avec le soutien de sa société mère Entec, Entegra, qui exploite d’autres mini-centrales électriques, a réussi à convaincre les deux communes de même que l’Office fédéral de l’énergie, de rassembler plus de 100 actionnaires minoritaires, donnant ainsi une seconde vie à la centrale. Depuis l’automne dernier, deux turbines à hélice y produisent de l’électricité. Les estimations prévoient une production annuelle de 700 000 kilowattheures, soit la consommation de 135 ménages. Conçues à l’Université de Stuttgart, les turbines ont été fabriquées en Indonésie. Pas uniquement en raison du coût, insiste Scherrer. « En Suisse, plus personne ne construit ce type de mini-turbines. De plus, nous exportons ainsi les technologies environnementales européennes en Asie du Sud-Est. » Buchholz devient une référence. L’un des techniciens indonésiens avait d’ailleurs appris son métier chez Sulzer, un fabricant de turbines implanté à Winterthour. La boucle est bouclée. À l’intérieur du barrage, Scherrer, qui est titulaire d’une maîtrise en génie civil, nous fait découvrir la nouvelle écluse à poissons. Les poissons et autres organismes aquatiques sont ramenés à la surface via un chenal à forte déclivité qui est rempli et vidé périodiquement. La mini-centrale électrique remplit ainsi tous les critères d’une production d’électricité écologique. Grâce à l’aide publique et au tarif fixe de 15 centimes par kilowattheure, les mini-centrales attirent les investisseurs privés. La Suisse compte près de 1000 installations de ce type. Même les grands groupes énergétiques, longtemps opposés à leur financement en raison des frais supplémentaires, montrent des signes d’intérêt. Ainsi, le groupe Atel a pris une participation dans Entegra. Ce rapprochement n’inquiète pas Scherrer. « Il nous permettra d’accélérer le processus de développement des énergies renouvelables. » www.entegra.ch La mini-centrale hydroélectrique de Buchholz près de Gossau produit de l’énergie écologique et préserve un biotope. « Tous y gagnent », explique le directeur Ivo Scherrer. Photos : Roth und Schmid



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :