CEO Suisse n°2006-3 déc 06 à mar 2007
CEO Suisse n°2006-3 déc 06 à mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2006-3 de déc 06 à mar 2007

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : les leaders investissent... Abonia-Forster, Conzzeta, Emmi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
« Quand on voit par exemple les conditions de vie des Ukrainiens, il n’est pas difficile d’imaginer ce dont ils auront besoin à l’avenir. Et lorsque leurs besoins de base seront comblés, ils voudront du confort ! » 40 ceo/afg bâtiments publics, au domicile ou sur le lieu de travail. Les activités du groupe ont été réparties en quatre divisions – chauffage et sanitaire, cuisines et réfrigération, techniques de traitement de l’acier, fenêtres et portes. Au premier semestre 2006, l’entreprise a pratiquement doublé son bénéfice. Détendu, le PDG nous accueille à Steinbach, sur le lac de Constance, dans un bureau moderne aménagé comme un séjour. Une imposante baie vitrée donne sur des champs d’arbres fruitiers et des vaches paissant paisiblement. La pièce incarne la conception d’Oehler : « Nous ne voulons pas vendre des fenêtres, mais des vues », dit-il. « Dans le même ordre d’idées, nous ne vendons pas des installations de chauffage, mais du confort ; pas des cuisines, mais un style de vie ; pas des cabines de douche, mais du bien-être. » Pour concrétiser cette philosophie en un concept global, il a même fait construire à Arbon un appartement équipé intégralement de produits AFG. Ce lieu ne fait pas office de salle d’exposition, mais bien de « feel room » pour les clients et les partenaires commerciaux visitant l’habitation. Ils peuvent ainsi ressentir en personne ce à quoi tend Oehler : le bien-être au plus haut niveau. Développer une clientèle internationale La complémentarité des produits AFG serait l’une des conditions préalables à la mise en œuvre de cette stratégie, au même titre que la qualité supérieure proposée par les quatre divisions de l’entreprise. « Selon moi, le succès est d’autant plus grand si l’on se présente comme un fournisseur complet dans son secteur. Cela exige un vaste assortiment. » Ce « self-made man », qui a soutenu sa thèse de doctorat en droit à St- Gall, prévoit une croissance future de 8 à 10% pour son entreprise. Au cours de l’exercice 2005, près de 80% du chiffre d’affaires ont été réalisés en Suisse et en Allemagne, les deux marchés locaux. Lors de l’assemblée générale d’avril 2006, le PDG a promis aux actionnaires qu’un nouveau palier serait franchi par le biais d’une internationalisation intense. « La fusée est amorcée », lance Oehler. Selon lui, les principaux marchés potentiels pour les entreprises de son groupe se situent en Europe de l’Est et en Extrême-Orient, et notamment dans les nouveaux pays de l’UE, en Russie et en Chine. « Tous ces pays ont un retard important à combler en matière de construction et de logement », poursuit Edgar Oehler. « Quand on voit par exemple les conditions de vie des Ukrainiens, il n’est pas difficile d’imaginer ce dont ils auront besoin à l’avenir. Et lorsque leurs besoins de base seront comblés, ils voudront du confort ! » Le groupe AFG occupe une position stratégique de choix pour répondre aux besoins et aux exigences de qualité croissants. Grâce à Kermi, la division chauffage et sanitaire est présente en Russie depuis dix ans. Faits marquants Début 2004, le groupe AFG a racheté les sociétés Bruno Piatti AG, puis EgoKiefer AG. La reprise de Piatti, dont le siège est à Dietlikon ZH, a fait du groupe le plus grand constructeur de cuisines de Suisse avec une part de marché d’environ 20%. Grâce au rachat d’EgoKiefer, qui dispose de sites de production à Altstätten SG et à Villeneuve VD, le groupe est devenu le plus grand fabricant de fenêtres et de portes du pays. Edgar Oehler frappe un troisième grand coup en septembre 2005 en rachetant les cuisines allemandes Miele. L’arrivée de cette nouvelle filiale lui permet de disposer d’un système de distribution englobant 50 marchés d’envergure. D’un seul coup, AFG se retrouve en mesure de fabriquer et de vendre des cuisines en dehors de la Suisse et de l’Allemagne. Encore mieux : la combinaison des trois labels Forster, Miele et Piatti lui permet de se faire une place de choix parmi les plus grandes marques du marché mondial.
+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + Business en Europe « Nous n’avons pas l’intention de nous tourner les pouces ici en Suisse et d’observer la concurrence », affirme Oehler. « Nous fabriquerons des produits pour ces nouveaux marchés et nous les y vendrons. Nous y implanterons également des sites de production, car nous voulons être présents si la qualité augmente dans ces pays et qu’ils commencent à produire pour l’étranger. » Une usine moderne de radiateurs tubulaires a été mise en service en octobre 2004 à Stribo, en République tchèque. Avec l’usine de peinture inaugurée un an auparavant, ce nouveau site a conforté la position du groupe sur ce marché. Miser sur des labels forts Pour Edgar Oehler, cette expansion vers les nouveaux pays membres de l’UE et ultérieurement vers la Russie n’est qu’une « extension » des activités actuelles. Des critères communs caractérisent l’espace européen : la même histoire, des systèmes éducatifs similaires et des objectifs de vie comparables. « Aussi longtemps que notre label apparaîtra comme le symbole du bienêtre, notre position sur le marché suisse sera assurée », nous confie Oehler, avant d’ajouter en souriant : « Là où les gens achètent Mercedes, Audi et BMW, il y a également une place pour les cuisines Forster, Piatti ou Miele. » Bien que la croissance du groupe soit plus rapide à l’étranger qu’à domicile, Edgar Oehler insiste sur l’importance de la Suisse. « Nous devons disposer d’une base solide dans notre pays », affirme-t-il. En Suisse, les travailleurs sont qualifiés et motivés et les relations entre employeurs et employés sont bonnes. Le double système de formation est un avantage considérable ; de nos jours, on a autant besoin de diplômés universitaires que d’artisans. La croissance rapide du holding a également mis en lumière la nécessité de disposer d’un siège central pour le groupe. La première pierre du nouveau et ultramoderne Corporate Center a été posée cet été à Arbon. AFG Arbonia-Forster-Holding AG en chiffres Le leader des équipementiers intégrés du bâtiment est coté à la SWX Swiss Exchange et emploie quelque 5000 personnes. Le groupe est présent dans 80 pays du monde et dispose de sites de production en Suisse, en Allemagne et en République tchèque. Grâce à ses quatre divisions (chauffage et sanitaire, cuisines et réfrigération, techniques de traitement de l’acier, fenêtres et portes), AFG a réalisé en 2005 un chiffre d’affaires de 1123,6 millions de CHF et un bénéfice de 51,532 millions de CHF. Au premier semestre 2006, tous les indicateurs de rendement affichaient déjà une hausse. Le bénéfice du groupe après impôts s’élève à 22,2 millions de CHF, soit une augmentation de 95,7% par rapport à l’exercice précédent. L’ancien conseiller national PDC se sert de la société Hartchrom AG, dont il a fait l’acquisition en 1998, comme d’une sorte de baromètre conjoncturel. L’entreprise, qui connaît une croissance vertigineuse sous la houlette d’Oehler et a été renommée Surface Technologies International Holding AG (STI), enregistre un succès international dans le domaine du papier et de l’impression, des General Industries et des technologies d’armement. STI fournit par exemple des rouleaux d’impression ultramodernes, partiellement avec revêtement en nanocouches, à de nombreux fabricants de cylindres d’impression, dont Heidelberger, MAN et Koenig & Bauer. « Pour l’instant, nous travaillons 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 », constate le directeur sans dissimuler sa satisfaction. Plus on imprime, plus on achète et plus on consomme, telle est sa devise. « Le taux d’exploitation de STI stimule mon envie d’investir. » Attirer les marchés des capitaux Pour Edgar Oehler, investir dans de nouveaux marchés implique une activité personnelle accrue. Affirmant connaître tous les domaines d’activité de son groupe sur le bout des doigts, le PDG ne s’arrête jamais. Ainsi, l’an dernier, il a rendu visite à l’ensemble des 50 sociétés de distribution des cuisines Miele, la nouvelle acquisition du holding. En tant que partenaire de négociation et décideur, il participe à toutes les transactions importantes de son entreprise. « C’est la seule manière de bâtir la confiance », affirme-t-il. « La confiance est la dalle sur laquelle reposent toutes nos affaires. » Son passé politique et militaire a un écho positif, surtout dans les pays de l’Est. Si la politique lui a appris à négocier avec fermeté, ses activités militaires antérieures lui permettent de parler un langage universel et de trouver rapidement un terrain d’entente. La formule « 24 Years Member of Parliament and Colonel of the Swiss Army » a toujours eu son petit effet jusqu’à présent. Edgar Oehler déborde d’énergie et d’idées. Il lui arrive même de devoir appuyer sur le frein pour ne pas surmener son entourage. L’ordre et la réglementation font également partie de ses priorités. Pour la première fois, lors de l’exercice 2005, toutes les acquisitions de l’année précédente – à l’exception de la production des meubles de cuisine Miele – ont été reprises dans les comptes consolidés. Dans le même temps, la comptabilité a été convertie aux normes IFRS (International Financial Reporting Standards), en vue de l’internationalisation du groupe. Oehler est convaincu que le respect des normes IFRS est un atout décisif sur le marché des ventes, mais aussi sur celui des capitaux. Le groupe AFG développe par ailleurs son propre système de contrôle interne et il est sur le point de mettre en œuvre un système de gestion des risques. A 64 ans, le PDG n’exclut pas de ralentir un jour. En prévision de l’avenir, il vient même de s’affilier au club de golf de Bad Ragaz. Mais il n’a encore jamais joué, dit-il en nous lançant un clin d’œil.//ceo/afg 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 1CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 2-3CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 4-5CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 6-7CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 8-9CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 10-11CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 12-13CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 14-15CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 16-17CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 18-19CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 20-21CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 22-23CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 24-25CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 26-27CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 28-29CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 30-31CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 32-33CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 34-35CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 36-37CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 38-39CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 40-41CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 42-43CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 44-45CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 46-47CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 48-49CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 50-51CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 52-53CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 54-55CEO Suisse numéro 2006-3 déc 06 à mar 2007 Page 56