CEO Suisse n°2006-2 sep/oct/nov
CEO Suisse n°2006-2 sep/oct/nov
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2006-2 de sep/oct/nov

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Raiffeisen, le tout plus grand que la sommes des éléments.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Illustration par l’ESA d’étoiles à neutrons découvertes par Integral. Ci-dessus un X-ray Pulsar, à l’extrême droite une étoile à neutrons en rotation, à haute énergie, qui en « mange » une autre. Au milieu, un modèle d’Integral avec les différents instruments qui explorent simultanément la même région de l’espace, permettant ainsi aux scientifiques d’identifier et d’analyser des objets à haute énergie. « L’ISDC s’est fait un nom dans l’exploitation commerciale de l’espace. »
de l’importance des rayons gamma intergalactiques ? A la recherche d’un site d’implantation pour son centre de données (l’Université de Genève ne disposait pas de suffisamment de place), Courvoisier avait trouvé un domaine appartenant à la commune de Versoix. Il n’avait plus qu’à convaincre le canton d’assumer le loyer. Courvoisier sourit à ce souvenir : « Lors de ma première rencontre avec un représentant du Département cantonal de l’instruction publique, ce dernier a essayé de me persuader que notre cas nécessitait une réglementation nouvelle, requérant l’autorisation du pouvoir législatif. C’était un vendredi après-midi, et je n’ai pas bougé d’un pouce avant que l’employé ne m’ait promis d’essayer de trouver une solution. » Courvoisier a remporté une victoire identique à Berne, auprès de la Confédération, où les dispositions légales ont pu être interprétées de manière qu’un soutien du projet Integral fût possible. Le Fonds national suisse a participé également, et les frais de rénovation et de transformation des bâtiments ont été pris en charge par la commune de Versoix. Le projet pouvait enfin voir le jour. Comme c’est souvent le cas quand on relève de nouveaux défis, il a fallu faire face à des problèmes complètement inattendus. Ainsi, par exemple, comment trouver une colle qui résiste dans l’espace ? « Je crois que nous avons perdu six mois à cause du problème de la colle », se souvient Courvoisier. Autre exemple, pour détecter les rayons gamma, les instruments doivent être dotés de cristaux de béryl tous de la taille d’une canette et capables de supporter des différences de température de plusieurs centaines de degrés. Un autre instrument est composé de 16 000 petits cristaux contenant des éléments électroniques en tellurure de cadmium, un matériau extrêmement difficile à travailler. « La conception et la construction d’un télescope spatial comme Integral exigent environ 10 000 hommes-années de travail », explique Courvoisier. « Ensuite, on pose l’engin sur quelques centaines de tonnes de carburant, et on allume la mèche... » Si Courvoisier s’est inquiété du sort de cette œuvre commune avant son lancement, ces craintes étaient infondées : Integral est un immense succès. La concurrence est grande La mission est aujourd’hui si productive – et la fusée dispose encore de réserves d’énergie suffisantes – que le projet sera prolongé jusqu’en 2010. L’ISDC, Courvoisier l’espère, pourrait devenir ensuite un « Centre de données multimissions ». L’idéal serait de lancer un autre projet de haute énergie en collaboration avec l’ESA – mais la concurrence entre les différents membres européens est grande. Toutefois, l’ISDC s’est déjà engagée à traiter une grande partie des données de la mission GAIA de l’ESA. Cette mission prévue pour 2012 devra permettre de déterminer la position et les mouvements exacts des étoiles. « L’ISDC s’est fait un nom dans l’exploitation commerciale de l’espace », constate Courvoisier avec satisfaction, domaine dans lequel sont impliquées également d’autres organisations suisses : par exemple l’International Space Science Institute, à Berne, qui offre sa collaboration aux astronomes du monde entier, ou encore l’Université de Berne, avec un projet retentissant destiné à mesurer le vent solaire. Par ailleurs, Courvoisier est heureux de constater que des entreprises suisses ont ouvert en outre d’excellents créneaux dans le domaine de l’astronautique : systèmes de propulsion pour la mission Mars Rover, coiffe des charges utiles de la fusée Ariane… En écrivant l’histoire de l’univers Trouver les fonds nécessaires aux projets scientifiques est une tâche extrêmement difficile, et Courvoisier s’en plaint : à peine le satellite est-il lancé qu’il cesse d’exister, et déjà plus personne n’a envie de mettre la main au porte-monnaie. Certes, le soutien du consortium lui a permis de maintenir son institution à flot jusqu’à présent, mais il regrette qu’en Suisse et en Europe on manque de stratégies dans le domaine de la recherche astronomique : « L’indépendance de l’Europe résultera dans une large mesure de la mise en place de structures propres, permettant une exploitation de l’espace », souligne-t-il. « Je suis convaincu que la science peut ouvrir des perspectives importantes à l’économie – par exemple dans le domaine de la météorologie, de la communication et de la navigation. » Actuellement, de nombreux efforts entrepris en Europe s’enlisent, souvent en raison de désaccords sur le choix de la partie « qui doit diriger ». Quoi qu’il en soit, les informations obtenues grâce à Integral ont permis d’expliquer pourquoi la Voie lactée luit, de voir comment une étoile à neutrons en rotation en « mange » une autre, de nous familiariser avec les secrets de l’antimatière et d’illustrer des phénomènes aussi mystérieux que les « sursauts gamma ». Tous les deux ou trois jours paraissent dans le monde de nouvelles publications scientifiques consacrées aux découvertes de la mission. Ces découvertes seront progressivement rendues accessibles à un plus large public. C’est, d’ailleurs, le meilleur argument de vente de l’ISDC, explique Courvoisier : « Non seulement nous nous trouvons au cœur d’une importante machinerie européenne, mais nous écrivons aussi un nouveau chapitre de l’histoire de l’univers. » //ceo/isdc 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :