CEO Suisse n°2006-1 mai à aoû
CEO Suisse n°2006-1 mai à aoû
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2006-1 de mai à aoû

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : nanotechnologies, un grand avenir pour de petites particules.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Global CEO Survey : Les chefs d’entreprise misent clairement sur la mondialisation pour atteindre les objectifs d’entreprise. D’après l’étude menée par PricewaterhouseCoopers auprès de plus de 1400 CEO en 2005, les chefs d’entreprise sont particulièrement préoccupés par la mondialisation et la complexité induite. 9th Annual Global CEO Survey Globalisation and Complexity* Inevitable Forces in a Changing Economy *connectedthinking « Global CEO Survey 2005 » peut être obtenue gratuitement auprès de sonja.jau@ch.pwc.com 32 ceo/expertise pwc INFLUENCE DE LA MONDIALISATION Quelle est l’influence/Quelles sont les répercussions de la mondialisation sur votre entreprise ? Très positive Assez positive Neutre Assez négative Très négative Ne sait pas/pas de réponse 3 prochaines années 2 1 1 1 1 Année prochaine 3 10 11 10 3 dernières années 19 18 22 24 29 35 35 39 39
Dans toutes les branches – qu’il s’agisse de PME ou de grandes entreprises, de marchés développés ou émergents – les entreprises misent fortement sur la mondialisation pour atteindre leurs objectifs. En général, les CEO interrogés considèrent la mondialisation avec optimisme : pour 58% d’entre eux, la mondialisation aura une « certaine » ou une « grande » incidence sur leur organisation, chiffre en augmentation de 5 points lorsque les dirigeants d’entreprise font un pronostic à trois ans. Les entreprises qui escomptent une croissance de la mondialisation pour croître elles-mêmes doivent en gérer les conséquences et, notamment, la complexité grandissante. Nouveaux marchés, nouveaux clients, nouveaux produits et nouveaux services, une situation née de la mondialisation qui exacerbe simultanément la complexité au sein des entreprises. Seule une bonne gestion de cette complexité permettra de récolter les fruits de la mondialisation. Précisons qu’il existe COMMENT FAIRE FACE À LA COMPLEXITÉ Quelle est l’importance des facteurs suivants pour faire face à la complexité ? Collaborateurs très compétents Communication efficace Aptitude à identifier les activités créatrices de valeur Aptitude à identifier les activités destructrices de valeur Convergence entre processus IT et processus commerciaux Possibilités de cerner le degré de complexité Cadre à l’échelle de l’entreprise pour maîtriser la complexité Pas important Assez important d’autres sources de complexité, hors de portée d’influence d’un CEO, susceptibles toutefois d’anéantir la plus-value. Gérer la complexité = priorité On ne s’étonnera donc pas que « gérer la complexité » soit la préoccupation prioritaire des CEO interrogés. La grande majorité (86%) indique l’existence dans leur entreprise d’au moins trois projets dont l’objectif est d’augmenter la création de valeur – et, par là, la complexité. Interrogés sur la nature de ces projets, les CEO ont mentionné le plus fréquemment l’extension de l’activité commerciale dans de nouveaux pays.Si les CEO peuvent avoir une certaine 12 10 32 55 14 15 35 45 14 16 37 41 15 17 34 43 1 7 21 39 32 4 17 32 30 16 6 17 31 28 17 Important Très important Extrêmement important influence sur la complexité liée à leur activité économique, ils ne peuvent pas, en revanche, influencer les forces géopolitiques comme les législations nationales et internationales. Ils ne peuvent pas non plus influer sur les agissements de leurs concurrents ni sur l’évolution des besoins de leurs clients. Ces facteurs sont perçus comme des moteurs de risques et de coûts, accompagnés du qualificatif de « moyens » à « grands ». Pourtant, les dirigeants interrogés se montrent peu soucieux du fait que ces sources de complexité supplémentaire puissent desservir la croissance de leur chiffre d’affaires ou de leur bénéfice. Plus des trois quarts d’entre eux affirment accorder une grande prévalence à la gestion de la complexité (77%) ainsi qu’à la réduction d’une complexité inutile (78%). La quasi-totalité des répondants (97%) est impliquée dans au moins un projet dont l’objectif est de réduire la complexité dans ceo/expertise pwc 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :