CEO Suisse n°2006-1 mai à aoû
CEO Suisse n°2006-1 mai à aoû
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2006-1 de mai à aoû

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : nanotechnologies, un grand avenir pour de petites particules.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Texte : Bernhard Raos Photos : Noë Flum Sous les hauts plafonds des halls de production de Hartchrom AG, dans les faubourgs de Steinach SG, a lieu le mariage de la solidité et de l’homéopathie industrielle : des cylindres de 2,7 mètres de long sont hissés dans d’énormes bassins de trempage où, après avoir été revêtus de chrome dur, ils sont recouverts d’une couche extrêmement mince de nanoparticules. Cette finition ne manque pas d’avantages, comme l’explique Michael Hekli, directeur de la recherche et du développement chez Hartchrom : « Dans le cas des rouleaux-guides de papier des rotatives de presse, cela permet de réduire le travail de nettoyage de 85%. Les temps d’immobilisation des machines sont plus courts, la productivité augmente et il y a moins de déchets. » La nouvelle technologie a déjà passé le test de dureté avec succès. Les rouleaux au nanochrome fonctionnent depuis plus de deux ans en exploitation normale, sans aucun problème. A 90 kilomètres de là, à Rüschlikon, dans le canton de Zurich, on n’en est pas encore à ce stade. Dans le laboratoire de recherches d’IBM, le chef de projet responsable, Evangelos Eleftheriou, a en mains le prototype d’un bloc mémoire (Millipede) nanomécanique révolutionnaire. Il en est fier : « Au cours des essais, tous les éléments micromécaniques ont fonctionné ensemble. » Avec ce produit surnommé « mille-pattes », les chercheurs d’IBM s’aventurent dans le domaine du millionième de millimètre. Pour la première fois, on a dépassé une densité d’enregistrement de 1 térabit par pouce carré pour le stockage de données : cela correspond à peu près au contenu de 25 DVD sur la surface d’un timbre-poste. Où installer cette nouvelle génération de mémoires ? « Partout où il existe une demande de capacité d’enregistrement importante dans un espace très réduit, comme dans les téléphones portables, les appareils photo numériques ou encore les PDA et les lecteurs MP3 », explique Evangelos Eleftheriou. Cependant, il faudra encore attendre un peu avant que cette petite merveille ne soit suffisamment mûre pour être lancée sur le marché. Le chef de projet d’IBM parle avec diplomatie des perspectives de succès : « Les mémoires pour l’électronique grand public constituent un marché en croissance rapide, où les chances sont aussi grandes que les risques. » Le rouleau presque inusable de Hartchrom et le prototype de super-mémoire indiquent à quel niveau la Suisse se situe actuellement en matière de nanotechnologie : les premières applications industrielles existent déjà et l’avenir des petites particules suscite de grandes espérances. Néanmoins, les experts de la nanotechnologie gardent les pieds sur terre : « Nous n’en sommes qu’aux débuts de la nanotechnologie. Je ne m’attends pas à un big bang, mais à un processus plus ou moins long, qui se déroulera par petites étapes », déclare, par exemple, Martina Hirayama, titulaire de la chaire de chimie industrielle à la Haute école zurichoise de Winterthur. Les résultats de nombreuses recherches, qui font actuellement la une des journaux, ne seront sans doute exploités à des fins commerciales que d’ici 10 à 15 ans. Cependant, Martina Hirayama en est convaincue : « La nanotechnologie va changer la face du monde. » Les investissements importants consentis par les milieux économiques et politiques dans la recherche démontrent l’importance accordée à la nanotechnologie au niveau international. Selon les estimations, cela représente déjà environ neuf milliards de dollars par an dans le monde entier, avec une tendance à la hausse. 14 ceo/nanotechnologie Le mille-pattes d’IBM Les technologies d’enregistrement connues à ce jour se heurtent peu à peu à leurs limites naturelles. Le support de données nanomécanique Millipede, développé par le laboratoire de recherches IBM de Rüschlikon, ouvre maintenant une nouvelle dimension. Le prototype autorise des densités d’enregistrement pouvant dépasser le térabit par seconde. Cela permet de stocker le contenu de 25 DVD sur la surface d’un timbre-poste. Plus de 100 000 cycles d’écriture et d’écrasement des données ont démontré que le Millipede avait les propriétés requises d’une mémoire réinscriptible. Ce support de données nanomécanique ne dégage pratiquement pas de chaleur, ne consomme que peu d’électricité et s’avère résistant aux chocs : des qualités idéales pour une utilisation dans des appareils mobiles comme les téléphones portables, les appareils photo numériques ou les clés USB. www.zurich.ibm.com Evangelos Eleftheriou, chef de projet chez IBM : mise au point d’un système de stockage de données nanomécanique.
Les rouleaux durables de Hartchrom L’entreprise Hartchrom AG, de Steinach SG, a développé un revêtement de surface résistant à la corrosion et aux écarts de température en collaboration avec la société allemande Nanogate Coating Systems. Ce produit, qui porte la marque Nanochrom, est constitué d’une combinaison de chrome micro-structuré et d’un nanorevêtement spécial. Cette couche capte moins de salissures et elle est plus facile à nettoyer que les systèmes traditionnels, comme le démontre l’essai pratique mené sur un rouleau-guide de papier par la maison d’édition allemande Springer. Au lieu de 330 000 à 370 000 rebobinages, le rouleau en Nanochrome peut en effectuer de 850 000 à 1,3 million avant d’être nettoyé. Cela permet de réduire jusqu’à 85% les temps de nettoyage. Chez Hartchrom, les chiffres d’affaires réalisés avec les surfaces en nanochrome sont encore relativement modestes. Cela devrait changer : Hartchrom considère qu’il existe d’autres possibilités d’utilisation pour l’industrie du papier et des films adhésifs, ainsi que pour la fabrication de polymères et la construction mécanique en général. www.hartchrom.com Michael Hekli, directeur R&D chez Hartchrom : des cylindres revêtus de nanoparticules.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :