CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2005-3 de nov 05 à mar 2006

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : des firmes suisses réputées mondialement sur les marchés de niche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
nouvelles méthodes basées sur des récepteurs artificiels, ce sont des milliers de molécules qui pourraient l’être désormais. De la tisane à la soupe de tomate en passant par le chewing-gum, tous les produits alimentaires de fabrication industrielle sont aujourd’hui aromatisés artificiellement. En tant que leader du marché, Givaudan fournit pratiquement tous les fabricants d’aliments et de cosmétiques ; celui qui veut éviter les arômes artificiels du genevois n’a qu’à s’adresser aux magasins bio. Avec un chiffre d’affaires de 2,7 milliards de francs, Givaudan est le numéro un mondial, précédant l’américain International Flavors and Fragrances (IFF) et le suisse Firmenich. Ce chiffre d’affaires est réalisé à raison de 60% par les arômes pour l’industrie alimentaire et 25% par les substances odorantes pour les produits de consommation courante comme les lessives, les gels-douches ou les savons, les parfums de luxe générant le reste. 46 ceo/givaudan L’importante demande de vanille reflète une envie de refuge et de bienêtre. C’est pourquoi de nombreux parfums contiennent aussi une note vanillée. C’est le patron de Givaudan, Jürg Witmer, qui a réalisé la scission de la société d’avec Roche durant les cinq dernières années et l’a portée au rang de leader mondial. Quel défi reste-t-il à relever pour le Français Gilles Andrier qui, entré en 1993 dans la société en tant que contrôleur de gestion, a repris le poste de PDG au printemps 2005 ? Forte croissance de la demande en Asie « Nous voudrions devenir les leaders incontestés de quelques marchés et de secteurs d’activité géographiques dans lesquels nous ne sommes pas encore les premiers », déclare-t-il (cf. page 48). Tel est par exemple le cas de la parfumerie de luxe en Inde. Alors que les marchés traditionnels d’Europe de l’Ouest, d’Amérique du Nord et du Japon n’ont qu’un faible potentiel de croissance, on attend surtout dans le futur des bénéfices dans les régions où la croissance démographique est la plus importante : Asie, Europe de l’Est et Amérique latine. Des centres de création d’arômes ont été mis en place à l’usage des clients de ces régions. En Asie, Givaudan commence actuellement son saut quantique. A Shanghai, l’unité de production existante a été complétée d’une seconde qui a doublé la production d’un seul coup. La demande chinoise, en forte croissance, devrait ainsi être satisfaite grâce à cette usine. Les managers de Givaudan sont convaincus que Shanghai deviendra bientôt le plus grand centre international de la parfumerie de luxe. Outre la croissance interne, deux bonnes occasions de développement par des rachats se sont présentées – via la reprise de Tastemaker en 1997 et le rachat de la filiale Aroma du groupe Nestlé IFS début 2002. Dans la course aux parts de marché,
20 000 parfums et mélanges de parfums, dont 300 pour la seule fraise, sont stockés dans les archives de Givaudan. l’entreprise s’impose comme société de conseil fournissant non seulement des arômes à ses clients, mais innovant aussi des gammes complètes de produits, de l’idée de l’étude de marché aux propositions de marketing. Un statut supposé créer des relations de longue durée avec les clients. Le caractère multiculturel de Givaudan est un avantage, car l’odorat et le goût sont une question de culture. Qu’il s’agisse de soupe aux nouilles ou de rouleaux de printemps, ce que pensent les Européens de leurs plats fait rire les Chinois. C’est pourquoi les clients chinois ne sont pas conseillés par des Suisses, mais par des Chinois. Afin de réussir face à la concurrence, il faut constamment proposer des nouveautés. Les technologies de production et de conservation d’arômes sont de plus en plus raffinées. Pour le chewing-gum par exemple, les molécules aromatiques sont enrobées dans de minuscules capsules qui n’éclatent que dans la bouche. Une boisson à la banane, qui est à vrai dire un aliment nourrissant, est néanmoins rafraîchissante parce qu’elle contient un agent rafraîchissant appelé « cooling agent » qui donne une sensation de fraìcheur. Développer des parfums en laboratoire Dans la quête de nouveaux arômes et parfums, les chercheurs possèdent deux méthodes. Ils essaient de sentir les tendances, telle l’envie de nature et de bien-être, et créent les substances odorantes correspondantes. Ou bien, lors de leurs excursions dénommées « scent-treks » en Asie ou en Amérique latine, ils mettent sous cloche leurs trophées olfactifs qu’ils recréent ensuite artificiellement en laboratoire. Il peut s’agir d’une nouvelle variante de poivron en provenance du Mexique ou bien de fleurs d’ashoka aux senteurs de freesia et de lis en provenance d’Inde. Depuis un an, la découverte de la molécule d’azurone a fourni le furore, dont la note marine et ozonique évoque la brise marine, ou encore le pharaone 10 qui rappelle la senteur de l’ananas vert – deux substances que Givaudan a fait breveter. Les dirigeants de l’entreprise souhaitent s’axer davantage sur ce type de substances olfactives précieuses et rentables, et réduire l’offre d’ingrédients standard qui sont exposés à la concurrence plus vive de sociétés bien établies et de nouveaux venus. Alors que les arômes destinés aux aliments sont presque toujours calqués sur les arômes naturels, un parfum est le produit de l’imagination. Un arôme culinaire est composé de quelques dizaines de molécules différentes, alors qu’un mélange de parfum peut en contenir jusqu’à 300. Nombreuses sont les créations que Givaudan a créées pour de grands couturiers : « l’Eau des Merveilles » pour Hermès, « l’Eau de Jade » pour Giorgio Armani, « Attraction » ceo/givaudan 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :