CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2005-3 de nov 05 à mar 2006

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : des firmes suisses réputées mondialement sur les marchés de niche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
A Sachseln, des micro-moteurs sont fabriqués pour pratiquement tous les domaines d’application, des lecteurs de cartes de crédit aux robots. représentent même pas 1% du chiffre d’affaires global de Maxon (2004 : 226,8 millions de francs), ils constituent une vitrine par excellence pour la société. Dans son bureau donnant sur le lac de Sarnen, Mayer pose sur la table un moteur miniature de trois grammes et six millimètres de diamètre, capable d’atteindre 100 000 tours-minute. « Il est possible de construire des moteurs d’un millimètre, j’en suis convaincu. La question est seulement de savoir si cela a un sens », affirme cet 18 ceo/acteurs de niche ingénieur chevronné. Les idées de nouvelles applications ne manquent pas. Mayer envisage même de créer un moteur renforçant les sphincters humains présentant des faiblesses. L’entreprise s’attend encore à une forte croissance dans les applications médicales. « Nous sommes à l’aube d’un énorme développement dans ce domaine. » Maxon a racheté un bâtiment d’une surface de production de 6000 m² qui abritera la division Technologie médicale. 12 millions de francs y seront investis, en fonds propres. Le premier semestre 2005 a été marqué par les meilleurs bénéfices jamais réalisés dans l’histoire de l’entreprise. Mayer n’a donc aucune crainte pour l’avenir. Il prévoit de doubler le chiffre d’affaires d’ici cinq ans. Ce ne sera cependant plus sous sa direction, puisque son départ est prévu pour 2006. Son successeur est issu de l’équipe de direction. Une réorganisation des structures est également prévue, ainsi que l’instauration d’une direction de groupe répartie en secteurs d’activité. Pour l’heure, l’entreprise reste une PME très influencée par Mayer. Son rôle de patron ne
La technologie de pointe suisse dans l’espace : le robot d’exploration martienne « Spirit » de la NASA s’est posé avec succès sur la planète rouge en 2004, suivi d’« Opportunity », le deuxième robot mobile de la NASA. Des 43 moteurs électriques utilisés lors de ces deux missions, 39 ont été fabriqués à Sachseln. le gêne pas, bien au contraire : « Le personnel a besoin d’être orienté. Je suis proche des gens, je soigne mes contacts et je communique beaucoup. » Chaque mois, toutes les divisions sont informées de leur situation financière et de leurs résultats en termes de qualité. Tous les employés reçoivent une prime en fonction des résultats. L’an dernier, la prime totale a représenté un mois de salaire. Mayer n’oublie pas de remercier la famille d’industriels allemands Braun, propriétaire de Maxon : « Elle nous permet d’appliquer cette politique salariale. » « Celui qui ne perçoit pas le changement court à sa perte » est une autre devise de Mayer. Il a connu les hauts et les bas de l’entreprise, qui est passée d’une trentaine de personnes il y a 40 ans à 1400 employés répartis aujourd’hui sur les trois sites de production en Suisse, en Allemagne et en Hongrie. Parmi les périodes difficiles, il cite les années 80, lorsqu’un de leurs gros clients, Grundig, décida soudainement de délocaliser sa production en Extrême-Orient et que la moitié du chiffre d’affaires s’envola en fumée. Ou encore la crise du secteur des semi-conducteurs au tournant du nouveau millénaire, qui entraîna des pertes d’emploi. Pour éviter une dépendance excessive, aucun client ne peut désormais représenter plus de 10% du chiffre d’affaires. Comment se fait-il que le leader mondial des micro-moteurs (quatre millions de pièces produites par an en moyenne) soit implanté à Sachseln, au beau milieu de nulle part ? Dans les années 60, la famille Braun cherchait un site d’implantation en Suisse et la Confédération attira son attention sur le canton peu développé d’Obwald. L’entreprise y est restée. Mayer n’en dissimule pas les inconvénients : « L’imposition fiscale est comparativement élevée, surtout sur les personnes physiques, et les grands axes de transport, par exemple l’aéroport de Zurich, sont très éloignés. » C’est le manque de techniciens qui pose toutefois le plus de problèmes. « Nous manquons d’ingénieurs et de monteurs. Ces métiers ne sont apparemment pas assez sexy pour les jeunes d’aujourd’hui. » A long terme, cette carence sera fatale pour la Suisse, estime-t-il. « Pour réussir en tant qu’acteurs de niche, nous devons absolument rester à la pointe de la technologie. » Etre plus rapide, plus performant et plus innovant pour résister à la concurrence meilleur marché venue d’Europe de l’Est ou « Nous devons être plus rapides, plus performants et plus innovants que les autres, sans quoi nous n’avons aucune chance. » d’Extrême-Orient. Maxon produit avec un haut degré d’intégration et conçoit ellemême de nombreux robots de fabrication et de technlogies des matériaux. Jürgen Mayer a l’œil qui pétille lorsqu’il aborde le sujet des « robots humains ». Maxon a supplanté la concurrence japonaise et fournit notamment les moteurs d’entraînement des robots humanoïdes Honda 7. Et Mayer ne serait pas Mayer s’il ne clôturait pas notre entretien par une autre formule dont il a le secret : « Finalement, se plaindre de l’âpreté de la concurrence, c’est se plaindre de manquer d’inspiration. » Maxon Motor AG, Sachseln Site Internet : www.maxonmotor.com Année de fondation : 1961 (à l’époque Interelectric Sachseln AG) Nombre d’employés : 1400 Chiffre d’affaires : 226,8 millions de francs Produits : composants et systèmes d’entraînement high-tech Propriétaire : l’actionnaire principal Karl-Walter Braun PDG et président du CA : Jürgen Mayer ceo/acteurs de niche 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :