CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2005-3 de nov 05 à mar 2006

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : des firmes suisses réputées mondialement sur les marchés de niche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Texte : Bernhard Raos Photos : Thomas Eugster Lorsque Jürgen Mayer, PDG du fabricant de moteurs suisse Maxon, veut galvaniser son équipe, il emploie une formule toute simple : « Dans notre créneau, nous possédons 30% du marché mondial. Il nous en manque donc 70%. » Supplanter la concurrence par l’innovation et saisir toutes les opportunités qui se présentent, cette recette a fait de l’acteur de niche du canton d’Obwald le leader du marché des micro-moteurs électriques. Maxon est l’une des nombreuses entreprises suisses à miser sur les marchés de niche. Un degré de spécialisation élevé et un marché très ciblé confèrent à ces entreprises des avantages concurrentiels indéniables. C’est également l’avis d’Urs Fueglistaller, directeur de l’Institut suisse des petites et moyennes entreprises et professeur à l’Université de St-Gall : « Les acteurs de niche sont plus entreprenants, plus incisifs et plus rapides que les grandes entreprises. Au sein de grandes structures, on perd beaucoup d’énergie et de ressources à résoudre tel ou tel conflit. » Fueglistaller parle en connaissance de cause : par le biais d’enquêtes ciblées, son Institut prend régulièrement le pouls des entreprises suisses (cf. également l’article sur la planification successorale, page 33). 0,3% seulement des entreprises suisses comptent plus de 250 employés. Les petites et moyennes entreprises réalisent plus de 300 des 440 milliards de francs qui composent le PNB suisse. La taille d’une entreprise est d’ailleurs toute relative. Ainsi, le fabricant de bonbons aux herbes Ricola de Laufen, qui emploie 390 personnes à travers le monde, se considère toujours comme une PME. L’élément déterminant de la réussite de ces acteurs de niche n’est donc pas leur taille, mais leur stratégie ciblée : « Soit nous nous engageons à fond Plate-forme pour entreprises ambitieuses Les entreprises privées spécialisées regorgent d’idées innovantes qu’elles convertissent en actions. Par le biais de PME Ambition, PricewaterhouseCoopers a fondé une communauté d’intérêts pour les petites et moyennes entreprises de Suisse qui ont de l’ambition. Cette plate-forme permet un échange de savoir et d’expériences et propose une offre de services adaptée aux besoins. Contact : peter.schmid@ch.pwc.com 16 ceo/acteurs de niche dans quelque chose, soit nous ne le faisons pas », explique Felix Richterich, copropriétaire et président du conseil d’administration de Ricola. Sa société a une image de marque authentique dans le monde entier, ce qui lui permet d’augmenter ses marges. Les entreprises privées n’étant soumises, contrairement aux grandes entreprises publiques, à aucune obligation de publication, la rentabilité demeure un secret commercial. Ceci est aussi un des facteurs de leur réussite. Fueglistaller en cite d’autres : « Dans une PME, le charisme du chef d’entreprise est souvent décisif. Il est fréquent que celui-ci soit à la fois détenteur de fonds propres, directeur général et preneur de risque. Il est souvent très proche des employés. » Un grand nombre de ces entreprises spécialisées ont également une longueur d’avance en matière de services. « Ces sociétés connaissent parfaitement les besoins de leurs clients et elles leur proposent des solutions personnalisées. » Courage et prise de risques sont nécessaires De nombreux exemples illustrent les thèses du professeur Fueglistaller. Prenons celui de la société Thermoplan de Weggis, qui fabrique des appareils spécialisés destinés à la production alimentaire. Cette entreprise familiale, qui compte120 employés et réalise un chiffre d’affaires de 80 millions de francs, est dirigée par Domenic et Esther Steiner. Ce couple innovant a réalisé son plus gros coup il y a six ans. Opposée à une rude concurrence, Thermoplan a décroché un contrat de fournisseur exclusif de la chaîne américaine de cafés Starbucks. 20 000 machines à café ont déjà été livrées, 90% des pièces provenant de Suisse. Depuis lors, Thermoplan a élargi sa clientèle à d’autres grands groupes, tels IKEA, McDonald’s ou Burger King. Le courage et la prise de risques ont été récompensés. Les comptes se portent bien également chez Rolf Dobelli et sa société point-com getAbstract. getAbstract propose le téléchargement d’ouvrages économiques sous forme comprimée et envoie déjà ses résumés de quelques pages à 150 clients, dont UBS, CS, Microsoft, Deutsche Telekom et PricewaterhouseCoopers. Fondée il y a sept ans en pleine euphorie Internet, la société lucernoise, qui possède une filiale aux Etats-Unis, a survécu à l’éclatement de la bulle. Elle emploie aujourd’hui 20 personnes et 120 journalistes freelance et réalise des bénéfices. Dobelli ne dévoile aucun chiffre, mais déclare : « Notre croissance atteint en moyenne 40% par an. En 2004, 2,3 millions de résumés ont été téléchargés. » L’entreprise souhaite à présent diversifier son offre en proposant la « littérature mondiale en version comprimée », des mises en bouche de Hesse, Brecht et Cie en huit pages maximum. « Cette activité va lentement se développer », avance Dobelli. La barre est toutefois placée très haut : décupler le chiffre d’affaires en cinq ans. Les conditions-cadres doivent être suffisantes Les marchés à forte croissance sont souvent stimulés par une demande élevée, une position dominante sur le marché permettant d’augmenter les marges. Les leaders du marché poursuivent de manière cohérente et systématique une stratégie de croissance rentable. Pour autant qu’on les laisse faire. Au vu de l’enquête réalisée l’an dernier par la Chambre de l’industrie et du commerce du canton de St-Gall, la fièvre monte dans de nombreuses PME. La stabilité politique et la stabilité monétaire ne constituent plus des conditions-cadres suffisantes. 58% des entreprises interrogées considèrent que l’Etat est un obstacle. Plus de la moitié d’entre elles soutiendraient une revendication exigeant le contrôle de la compatibilité PME des nouveaux textes législatifs. 93% réclament un dégrèvement fiscal sur les droits de succession et souhaitent une suppression de la double imposition sur le capital et sur la fortune. Les lacunes de la Suisse dans ce domaine ont été évoquées en milieu d’année par le ministre de l’économie, Joseph Deiss : « Pour être innovantes, les entreprises ont besoin de liberté. Multiplier les ordonnances, les directives et les règles leur complique la vie. Nous devons prendre des mesures à cet égard si nous voulons rester compétitifs sur le plan international. »
acteurs de niche 1 Jürgen Mayer, PDG de Maxon Motor AG, une entreprise spécialisée dans les composants et systèmes d’entraînement de précision. Maxon Motor : leader des micro-moteurs. Quatre millions de micro-machines ultraspécialisées sont fabriquées chaque année dans le canton d’Obwald, et le potentiel est encore loin d’être épuisé. A l’entrée du complexe de la société Maxon Motor AG à Sachseln, un panneau adresse le message suivant : « Celui qui n’a d’yeux que pour la concurrence ne découvrira aucun marché lucratif. » La devise de l’entreprise est signée Jürgen Mayer, PDG et président du conseil d’administration du fournisseur de composants et systèmes d’entraînement de précision. En nous faisant visiter son entreprise, ce dynamique sexagénaire nous montre avec fierté que ces principes ne sont pas affichés pour la parade. Des robots hors de prix et des chaînes de production high-tech fabriquent ici les meilleurs micro-moteurs du monde pour pratiquement toutes les applications : lecteurs de cartes de crédit, distributeurs automatiques de billets, moteurs plats pour le secteur industriel et automobile, matériel médical spécialisé ainsi qu’entraînements des robots d’exploration sur Mars pour la NASA et l’Agence spatiale européenne. Si les moteurs spatiaux ne ceo/acteurs de niche 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :