CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
CEO Suisse n°2005-3 nov 05 à mar 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2005-3 de nov 05 à mar 2006

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : des firmes suisses réputées mondialement sur les marchés de niche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Editeur : PricewaterhouseCoopers SA, magazine ceo, Birchstrasse 160, 8050 Zurich Rédacteurs en chef : Alexander Fleischer, alexander.fleischer@ch.pwc.com, Franziska Zydek, zydek@purpurnet.com Directeur de la création : Dario Benassa, benassa@purpurnet.com Concept, rédaction et conception : purpur ag, publishing and communication, Zurich, pwc@purpurnet.com Photos : titres/page 46 : Huber/laif, page 3 : Andreas Teichmann, page 5 : Courtesy Givaudan, page 25 : Markus Bertschi, page 30, 35 : Marc Wetli, page 44 : Kristensen/laif, page 45 : Michael Freeman/Corbis/RDB, page 47, 49 : Martin Ruetschi/Keystone, page 48 : Raphaël Yoshitomi Lithographie : CMS Sticher AG, impression : Sticher Printing, Lucerne Copyright : magazine ceo PricewaterhouseCoopers. Les opinions exprimées par les différents auteurs ne correspondent pas forcément à celles de l’éditeur. Le magazine ceo paraît trois fois par an en français, en allemand et en anglais. Tirage : 30 000 exemplaires Commande 00 ceo/editorial d’abonnements gratuits et changements d’adresse : sonja.jau@ch.pwc.com
Markus R. Neuhaus, administrateur délégué, PricewaterhouseCoopers, Suisse Nous avons consacré les trois dernières éditions de ceo* à la présentation de pays en plein essor économique. Nous examinons aujourd’hui un autre marché d’avenir : la Suisse. On constate que bon nombre d’entreprises y ont trouvé un créneau qui leur a permis d’acquérir une réputation mondiale. Il nous a paru intéressant d’analyser les particularités et les points communs de ces spécialistes uniques en leur genre. Espérons en outre que ces acteurs de marchés de niche prévoiront leur succession à temps. Il s’agit là d’un thème très épineux, comme le montre une étude récemment réalisée par notre société et présentée dans ce numéro. L’exploitation de créneaux, un point fort Pour la Suisse, il est indispensable de pouvoir exploiter des marchés de niche pour assurer sa survie en tant qu'espace économique. Parmi la multitude de décisions économiques et politiques auxquelles est confrontée la Suisse, le maintien et l’encouragement de ses points forts en tant que site d’implantation ne doivent pas être perdus de vue. Le faible volume de son marché intérieur et ses ressources limitées en matières premières ne lui laissent pas d'autre choix. Parmi la multitude de décisions économiques et politiques auxquelles est confrontée la Suisse, le maintien et l'encouragement de ses points forts en tant que site d’implantation ne doivent pas être perdus de vue. L’ouverture, un facteur d’implantation La prédominance anglo-saxonne des règles de l'économie mondiale est un fait. Mais il reste une marge de manœuvre importante qui doit justement être utilisée de manière innovante et prospective par un petit Etat comme la Suisse. Il appartient à chaque état de créer pour son économie, son marché des capitaux et donc pour sa population les meilleures conditions possibles vis-à-vis de la concurrence internationale. Cela ne veut pas dire consolider des forteresses imprenables mais cela signifie au contraire ouverture, création et exploitation d'opportunités. Lors du référendum sur la libre circulation des personnes aux nouveaux Etats membres de l'UE, les Suisses ont prouvé de manière saisissante qu’une nouvelle prise de conscience est apparue : pour saisir une occasion, il faut aussi savoir s’ouvrir. Une ouverture vers le monde extérieur génère des visions et des idées nouvelles. Les innovations qui en résultent sont souvent à la base du modèle d’affaires des « vedettes » du créneau. La profusion des brevets et des prix Nobel en Suisse, si elle est due en grande partie à un afflux de personnes talentueuses, constitue également un important facteur d’implantation. Des institutions, tel le CERN à Genève, dont le plus passionnant projet d’avenir est présenté dans ce ceo*, contribuent à créer un climat propice aux innovations. Mais cellesci surgissent surtout lors de rencontres, lorsque des personnes décident de s’exprimer et de partager leurs expériences personnelles. Les réseaux favorisent de telles rencontres : c’est également un des thèmes de ce ceo*. La densité des réseaux en Suisse est, elle aussi, un atout pour notre pays. Je vous souhaite une lecture captivante. Markus R. Neuhaus ceo/éditorial 03



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :