CEO Suisse n°2005-1 mar à jun
CEO Suisse n°2005-1 mar à jun
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2005-1 de mar à jun

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier biotech.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Intensifier la fourniture de traitements antituberculeux DOTS au centre médical Holy Trinity, à Accra, avec l’aide du Fonds Mondial, incarne l’objectif du programme du Ghana visant à augmenter, via des partenariats publics-privés, la fourniture de services dans des domaines où l’accès aux ressources publiques est limité. Partenariat à l’échelle mondiale : de nouvelles possibilités en vue au Ghana. Le Ghana, premier pays d’Afrique coloniale à devenir indépendant en 1957, a aussi été le premier Etat à satisfaire aux conditions du Fonds Mondial et à bénéficier de ses financements, recevant ses premiers fonds en janvier 2003. Ce petit pays tropical souffre d’une grave pénurie de ressources pour combattre la triple menace du paludisme, de la tuberculose et du VIH/SIDA. Avec des dépenses de santé de USD 7 par tête et seulement un médecin pour 23000 habitants, le Ghana combattrait difficilement les maladies infectieuses sans l’aide internationale. En décembre 2002, le Ghana a signé des contrats avec le Fonds Mondial pour le VIH/SIDA (USD 5 millions sur deux ans) et la tuberculose (USD 2,3 millions sur deux ans). En juillet 2003, un autre contrat a été signé pour le paludisme (USD 4,6 millions sur deux ans). Le Ghana a répondu en un temps record à toutes les exigences du Fonds Mondial, recevant les premiers financements dans le mois qui a suivi la signature des contrats concernant la tuberculose et le VIH/SIDA. Le renouvellement des deux premiers contrats pour une seconde période de trois ans est actuellement en cours, conditionné par la validation des preuves des résultats recueillies jusqu’ici par des agents locaux du Fonds comme PricewaterhouseCoopers. 50 ceo/global La prorogation de ces deux contrats se traduira par un autre engagement de USD 12,6 millions. Trois critères décisifs ont permis au Ghana de profiter des financements du Fonds Mondial pour asseoir ses programmes sur des bases solides : une longue expérience des partenariats publics-privés, un gouvernement relativement décentralisé et un soutien politique au plus haut niveau aux efforts du Fonds Mondial. Avec l’aide du Fonds Mondial, le Ghana redouble ses efforts pour sauver des vies, intensifiant la prévention et lançant des programmes de traitement plus efficaces. Les efforts du pays pour utiliser à bon escient les ressources du Fonds Mondial font naître un énorme espoir pour l’avenir. Les progrès permis par les contrats en quelques chiffres - 153 personnes porteuses du VIH/SIDA ont reçu une formation pour prodiguer des soins à domicile - 6698 personnes ont bénéficié de services de conseils et de tests pour le VIH - 332 femmes et nouveaux-nés ont bénéficié d’un traitement empêchant la transmission du VIH de la mère à l’enfant - 1173 personnes souffrant du VIH/SIDA ont bénéficié d’un traitement antirétroviral - 2000 professionnels de la santé ont été formés au protocole antituberculeux DOTS - 94 dispensaires antituberculeux ont été rénovés et équipés - Plus de 4440 personnes ont été traitées pour la tuberculose selon le protocole DOTS Pour s’assurer de l’affectation appropriée des financements, le Fonds Mondial a nommé des agents locaux du Fonds. PricewaterhouseCoopers joue ce rôle dans le monde entier.
ceo* *connectedthinking



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :