CEO Suisse n°2005-1 mar à jun
CEO Suisse n°2005-1 mar à jun
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2005-1 de mar à jun

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier biotech.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Interview : Franziska Zydek Photo : Dominic Büttner/pixsil Magazine ceo : M. Loosli, jusqu’en 2003, Coop n’a cessé de gagner des parts de marché et d’augmenter son chiffre d’affaires. Pour 2004, en revanche, on prévoit un recul. Devez-vous modifier votre stratégie ? Hansueli Loosli : a baisse du chiffre d’affaires enregistrée en 2004 par Coop est due à plusieurs facteurs, et notamment à l’intégration d’EPA et de Waro, avec quelques fermetures de magasins, mais aussi à des pertes causées par la transformation du front de vente. Lors de tels rachats, une phase d’adaptation est toujours nécessaire, selon le principe « reculer pour mieux sauter ». Une baisse des prix de 2%, dont profitent les clients, a également contribué au recul du chiffre d’affaires de 2004. Le troisième facteur est la réticence à l’achat plus marquée des clients du fait de la conjoncture. Pour toutes ces raisons, un changement de cap complet serait un échec. Il ne faut surtout pas copier les autres, car on devient alors qu’une pâle copie. Mais naturellement, des ajustements sont toujours nécessaires et rendent le travail intéressant. Coop est synonyme de qualité, de bio et de durabilité, mais aussi de prix plus élevés. Si Coop veut survivre dans un commerce de détail internationalisé (Aldi, Carrefour, etc.), vous devez baisser les prix. Peut-on concilier le bio, l’éthique sociale et les prix bas ? Nous baissons déjà les prix. Nous pouvons le faire grâce à la restructuration du groupe Coop de 14 sociétés coopératives régionales avec une centrale en une entreprise unique, proche du client et plus efficace. Nous diminuons notre marge, mais nous ne renonçons pas pour autant à la qualité. Et à l’avenir, nous n’allons pas seulement défendre notre position de leader du marché pour les produits bio, mais nous allons la renforcer. 46 ceo/coop Il existe maintenant une gamme bon marché chez Coop... Depuis le 10 janvier dernier nous offrons une gamme à bas prix, « Prix Garantie », qui s’ajoute à la marque Coop, aux articles de marque proposés et aux labels de confiance tels Coop Naturaplan, nous permettant ainsi d’offrir un assortiment complet à tous les niveaux de prix. Qu’est-ce que la gamme « Prix Garantie » exactement ? La gamme à bas prix comprend surtout des produits déjà présents dans l’assortiment, dont nous avons baissé les prix, mais qui n’ont pas changé au niveau du produit. Nous ne faisons pas de concessions sur la qualité. Les bâtonnets de poisson « Prix Garantie » contiennent du filet de colin et non pas une « purée de poisson ». Le jambon d’épaule « Prix Garantie » est du véritable jambon situé sur l’épaule et non pas du « porc cuit ». Les normes de durabilité de Coop s’appliquent-elles aussi à cette gamme ? Depuis 2003, Coop applique une charte pour un approvisionnement écologique et éthique, laquelle fait partie de l’accord de qualité et est ainsi absolument obligatoire pour tous nos partenaires. Nous avons deux priorités lors de l’application et du contrôle de cette charte. Nous voulons, d’une part, garantir que nos labels de confiance, en particulier, satisfont pleinement à ces exigences et, d’autre part, nous agissons en fonction des risques, c’està-dire que nous nous concentrons sur des pays et des secteurs où le risque d’infractions aux conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) est le plus élevé. Qu’en sera-t-il de votre entreprise dans cinq ans ? En 2010 comme aujourd’hui, Coop sera le distributeur de qualité avec un vaste assortiment, également en ce qui concerne les produits frais. Coop proposera toujours le choix entre les « Prix Garantie » Coop, les marques propres Coop, les articles de marque et les labels de confiance Coop comme Coop Naturaplan. Coop exploitera à l’avenir aussi un réseau dense de points de vente, ce qui garantit un rapport de proximité et satisfait aux besoins spécifiques des consommateurs grâce à différentes configurations de magasins. Tout cela devra nous distinguer et nous démarquer de la concurrence également à l’avenir. En effet, la population suisse veut et doit pouvoir continuer à bénéficier, pour son approvisionnement, d’un choix plus large qu’entre un assortiment Hard Discount limité à 700 articles et un réseau de points de vente composé de onze hypermarchés, ce à quoi nous continuerons à nous attacher. Et les nouveaux projets pour l’étranger ? Grâce au Joint Venture avec la société allemande Rewe dans le domaine de la gastronomie et du commerce de gros, nous avançons dans un espace commercial nouveau, mais néanmoins semblable, avec de réelles perspectives de croissance. Pour nous, ce premier pas à l’étranger représente un engagement stratégique, important au niveau commercial, avec un fort potentiel de développement. Comment les parts de marché concernant les produits durables vont-elles se développer ? Notre objectif est d’atteindre, d’ici 2010, un chiffre d’affaires de 2 milliards de francs avec Coop Naturaplan, Coop Naturaline, Coop Oecoplan et Max Havelaar. Nous voyons ici encore un potentiel de croissance et nous voulons encore renforcer notre place déjà solide de leader incontesté en matière de produits durables.
Coop. Hansueli Loosli, président de la Direction générale, nous parle de concurrence, d’innovation, de durabilité, d’avenir… et de sa conviction que : « Lorsque l’on copie les autres, on n’en devient qu’une pâle copie. » ceo/coop 47



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :