CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2004-2 de oct 04 à fév 2005

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : le marché chinois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
besoin d’un partenaire auprès duquel ils se sentent en sécurité. » Chaque matin, à sept heures et demie, Franco Knie répète son nouveau numéro et les ajouts de la tournée suivante avec ses sept éléphants d’Asie. Le dompteur ne lâche pas prise et invite ses animaux à répéter par des ordres aux résonances étrangères. Les éléphants sont des animaux intelligents et savent qu’ils ne doivent pas renouveler les séquences ratées pendant la représentation ; c’est pourquoi il leur arrive de tricher devant le public. Pendant l’entraînement, par contre, ils n’ont aucune excuse. Franco Knie – qui représente l’animal de tête pour ses éléphants – marie la fermeté à la compréhension et à l’attention. « Pendant le dressage, j’apprends beaucoup de choses », dit-il, « notamment à me maîtriser et à réfléchir avant d’agir ou de réagir. » Y a-t-il des points communs entre le dressage des éléphants et la direction d’une équipe ? « Les sentiments et les réactions des animaux sont 48 ceo/leader « Les sentiments et les réactions des animaux sont immédiats et obligent à être sincère. De même, on obtient davantage lorsqu’on travaille avec respect et sincérité avec les personnes. » immédiats et me forcent à être sincère. De même, on obtient davantage lorsqu’on collabore avec respect et sincérité avec les personnes. » Certains des 180 collaborateurs originaires de douze nations différentes travaillent chez Knie depuis de nombreuses années déjà. Les machinistes marocains, qui préparent les pistes pour chaque numéro et montent ou démontent le chapiteau, sont présents dans l’entreprise depuis parfois deux ou trois générations. Au Maroc, ils sont fortunés et certains sont propriétaires d’immeubles d’habitation. De nombreuses positions dirigeantes sont occupées par des Suisses, tandis que la majorité du personnel auxiliaire est originaire de l’étranger. Bien qu’organisé de manière hiérarchique, le cirque laisse suffisamment d’autonomie à chacun de ses collaborateurs. Organisation et timing Deux douzaines de chefs d’équipe, du maître d’écurie au chef d’atelier en passant par le maître menuisier, veillent au bon déroulement des différents processus. Ralph Schmid, 32 ans, est responsable du parc de véhicules et des transports. Il dirige une équipe de huit chauffeurs et organise les livraisons de fourrage pour les animaux et le transport du fumier chez les pépiniéristes et les agriculteurs. Ses hommes et lui achètent des denrées alimentaires chez un grossiste avec le chef cuisinier et les apportent aux cuisines du cirque. L’évacuation des déchets fait également partie de son travail. Le dernier jour d’une représentation, Ralph Schmid et ses hommes conduisent les roulottes vers leur nouvelle destination. Dans l’après-midi et pendant la représenta-
On joue sans interruption pendant huit mois de l’année. Le montage du chapiteau dure six heures et demie, le démontage deux heures. tion du soir, tout ce qui n’est pas indispensable est chargé dans deux trains spéciaux ou bien transporté par route. Quand les spectateurs, vers onze heures du soir, sortent du chapiteau, les tentes et les roulottes ont déjà disparu. Alain Berthier, chef de chapiteau, et ses 35 hommes démontent le chapiteau en seulement deux heures. Ce Français de 57 ans a travaillé pour bien des cirques ; mais seul le cirque Knie, qui l’emploie depuis 1991, fonctionne, selon lui, « comme une montre suisse ». Tout y est organisé, y compris les vacances et la retraite. Chaque collaborateur connaît son rôle. En tant que responsable, il contrôle régulièrement le montage des gradins et des mâts. Autrefois, il fallait prévoir de très coûteuses interruptions au cours de la tournée car la distance entre les différentes étapes était trop importante. Aujourd’hui, on joue en continu, même si le cirque ne reste qu’une journée sur un lieu. Les coupures sont très rares et ne se produisent, par exemple, que lorsqu’un sol boueux empêche le montage des tentes. Celui-ci commence généralement le matin et dure six heures et demie. Les mâts sont apportés à l’aide de chariots élévateurs puis installés sur des plaques fixées dans le sol. Le toit du chapiteau est soulevé par des câbles. L’organisation a-t-elle évolué au cours des décennies ? « En principe, les processus sont les mêmes qu’autrefois », dit Franco Knie. L’entreprise a toujours été parfaitement structurée et organisée, explique-t-il. Mais aujourd’hui, le travail est exécuté de façon plus rationnelle, en recourant à des moyens techniques. Toujours en tête Franco et Fredy Knie tiennent beaucoup à ce que leurs collaborateurs puissent s’exprimer et émettre des critiques à l’égard de leurs supérieurs. Pour pouvoir cultiver une telle franchise, les deux patrons doivent toujours être disponibles. Pendant les tournées, ils logent, comme les machinistes, les ouvriers et les artistes, dans une roulotte. Tous vivent les uns à côté des autres et n’ont aucune vie privée. C’est parfois une source de conflit, personne ne le nie. Pourtant, l’entreprise fonctionne grâce à son savoir-faire, son bon sens, sa continuité, un financement solide ainsi qu’une direction très exigeante envers elle-même et chaque jour présente sur la piste. Depuis toujours, l’entreprise cultive son engagement social. Chaque année, le cirque donne des représentations gratuites dans toute la Suisse, auxquelles sont invitées 30 000 personnes handicapées et personnes âgées en difficulté. Franco Knie explique : « Nous souhaitons rendre à la société un peu de la bienveillance qu’elle nous témoigne. » La sécurité est une autre priorité de l’entreprise : en effet, Knie est le premier cirque d’Europe à employer un agent de la sécurité et répond, aujourd’hui déjà, aux futures exigences légales. « Nous voulons être en tête partout », dit Franco Knie.//ceo/leader 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :