CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
CEO Suisse n°2004-2 oct 04 à fév 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2004-2 de oct 04 à fév 2005

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : PricewaterhouseCoopers

  • Format : (230 x 280) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : le marché chinois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
De la poudre aux yeux ? Pas du tout ! Le cirque Knie fonctionne avec la précision d’une montre suisse. A propos de finances, de fermeté, de points communs entre le dressage des animaux et la direction d’une équipe – et autres secrets d’une gestion parfaite. Texte : Werner Catrina Photos : Roth und Schmid Le public se lève et salue par une pluie d’applaudissements les artistes de Chine, de Corée du Nord, d’Ukraine, d’Uruguay, de France, d’Italie et de Suisse. Franco Knie, directeur du cirque, le remercie au nom de toute la famille et termine par un « au revoir ! ». Il a bon espoir que le public continue de remplir le grand chapiteau au cours des prochains mois, jusqu’à ce que se termine la tournée, le 5 décembre à Lugano, après 375 représentations. En 2005, des centaines de milliers de personnes reviendront oublier leur quotidien dans le monde merveilleux du cirque. 44 ceo/leader Projet et financement Sur le pupitre de Fredy Knie junior, directeur artistique et célèbre dresseur de chevaux, s’empilent des vidéos sur lesquelles des artistes du monde entier présentent leurs numéros. Le programme des tournées est réalisé plusieurs années à l’avance par Fredy Knie senior. Pour découvrir de nouvelles attractions, la direction collabore avec des agents internationaux à l’affût des meilleures productions, par exemple à Paris ou Montréal, pendant les festivals artistiques. Les numéros de classe internationale doivent être réservés au moins deux ans à l’avance, et des arrhes doivent être versées. Avant les autres, Fredy Knie a noué des relations avec la scène artistique chinoise et, en 1984, son cirque fut le premier en Europe occidentale à engager une troupe venue de Chine. Sa confiance envers les Chinois, explique-t-il, s’est consolidée au fil du temps, ce qui lui a également permis d’entrer en contact avec le National Circus de Corée du Nord, qui contribue au programme de cette année par un numéro aérien très spectaculaire. C’est le marché, et notamment les grands cirques européens et américains mais aussi les puissants casinos de Las Vegas, qui détermine le prix des numéros de classe internationale. Mais face à cette concurrence, Fredy Knie a de bonnes cartes en main car, sur la scène artistique internationale, un engagement chez Knie est aujourd’hui considéré comme une marque de qualité. En outre, le cirque suisse propose aux artistes une tournée de huit mois avec un ou deux numéros à exécuter chaque jour (la rémunération dépendant du nombre de représentations), une excellente infrastructure, des roulottes confortables, des repas de qualité et des honoraires ponctuels – ce qui n’a rien d’évident dans le monde à facettes du showbiz. Le « Cirque national suisse des Frères Knie » a été fondé en 1919 par une famille de funambules, des immigrés d’origine allemande. Quelques années plus tard, il se mit à parcourir le pays en compagnie de trapézistes, de clowns, de chevaux et d’éléphants en convoi exceptionnel. Aujourd’hui, les sixième et septième générations, artistes à succès et hommes d’affaires, poursuivent la gestion de cette entreprise familiale. La société Frères Knie Cirque National Suisse SA est une entreprise sainement financée. Les investissements étant effectués à partir de ressources personnelles, aucun crédit bancaire n’est nécessaire. « Nos ancêtres géraient leur budget en veillant à ne pas dépenser plus d’argent qu’ils n’en avaient en caisse », explique Franco Knie, président du conseil d’administration et directeur technique. « Nous travaillons encore selon ce principe qui nous réussit. » En outre, les parents de la génération aujourd’hui active ont fondé une société immobilière et construit un lotissement à Rapperswil, sur le terrain de leurs anciens quartiers d’hiver. L’entreprise familiale ne révèle aucun chiffre ; même le nombre de personnes ayant assis-
ceo/leader 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :